L’intégration des questions écologiques et environnementales en anthropologie sociale : la part des recherches menées au Muséum dans les années 1970

Cette communication reprend des éléments d’une enquête que j’ai menée, sur la façon dont les anthropologues sociaux ont historiquement thématisé l’environnement et l’écologie. Mon objectif était de comprendre la diversité des courants de recherche qui nourrissaient plus ou moins explicitement le champ émergent de l’anthropologie environnementale (Demeulenaere, 2017).

Il est apparu que les recherches menées dans les années 1970 au Muséum, particulièrement au laboratoire d’ethnobotanique-ethnozoologie, ont joué un rôle important bien que peu connu de la communauté française des anthropologues sociaux.

À cette époque, le laboratoire sous la houlette de son directeur Roland Portères, affirme son intention de s’ancrer dans les sciences humaines (Portères, 1961 ; Barrau, 1971). Au début des années 1970, l’ethnobotaniste Jacques Barrau, directeur adjoint du laboratoire, est l’un des premiers importateurs en France de l’ethnoscience développée par l’ethno-écologue américain Harold Conklin. Il s’implique dans l’institutionnalisation de ce courant, comme en témoigne la série de texte qu’il a écrit pour en stabiliser l’histoire et le contenu (Barrau, 1984, 1985, 1993). Un séminaire ‘Ethnosciences’ est créé et animé par Claudine Friedberg et Alice Peeters durant près de 10 ans. Les développements cognitivistes de l’ethnoscience menés par Brent Berlin à travers ses travaux sur les universaux dans les classifications vernaculaires (des couleurs, des plantes…) (Berlin & Kay, 1969 ; Berlin et al. 1974) y sont discutés.

Cependant, l’attachement des chercheurs formés au Muséum, dont au Musée de l’Homme, aux approches holistiques et transdisciplinaires d’André-Georges Haudricourt ou à la technologie culturelle d’André Leroi-Gourhan les amène à défendre plutôt l’idée que les classifications du monde naturel ne sont qu’une entrée parmi d’autres pour comprendre les rapports d’une société avec son environnement. Leur étude doit être intégrée dans une approche plus globale des sociétés, qui comprend en particulier l’étude des usages pratiques et symboliques de la nature. Dans cette école, les représentations de la nature ne vont jamais sans les pratiques de gestion des ressources naturelles ; les savoirs jamais sans les savoir-faire (Friedberg, 1992).

Jacques Barrau a par ailleurs été le partenaire de l’anthropologue Maurice Godelier, dans l’organisation d’un séminaire, « Écologie et sciences humaines ». Ce séminaire était très suivi à l’époque et a formé toute une génération de chercheurs travaillant en France sur les rapports entre les sociétés et leur environnement. Les discussions de ce séminaire ont nourri la publication de L’Idéel et le Matériel (Godelier, 1984), dont Philippe Descola reconnaît l’influence dans sa thèse de doctorat (Descola, 1986). Cependant, cet auteur a poursuivi par la suite d’autres voies – l’« écologie symbolique », l’« anthropologie de la nature » – dont le succès académique a contribué à un désintérêt (provisoire) de la discipline pour l’étude des praxis promues par les disciples du tandem Godelier-Barrau.

Élise Demeulenaere (chargée de recherche au CNRS, UMR Eco-anthropologie et ethnobiologie, Département Homme et Environnement du Muséum national d’Histoire naturelle)

Références :

Barrau J. 1971 – L’ethnobotanique au carrefour des sciences naturelles et des sciences humaines. Bulletin de la Société Botanique de France, 118 (3/4) : 237-247.

Barrau J. 1984 – Ethnologie : ethnoscience, Encyclopædia Universalis, Paris : 482-484.

Barrau J. 1985 – À propos du concept d’ethnoscience, in : Les Savoirs naturalistes populaires, Paris : Éditions de la Maison des sciences de l’homme : 5-12.

Barrau J. 1993 –Les Savoirs naturalistes et la naissance de l’ethnoscience, in : La Science sauvage : des savoirs populaires aux ethnosciences, Paris : Éditions du Seuil : 15-27.

Descola, Philippe. 1986. La nature domestique: Symbolisme et praxis dans l’écologie des Achuar. Editions MSH.

Friedberg Cl., 1992, « Représentation, classification : comment l’homme pense ses rapports au milieu naturel », dans Marcel Jollivet dir., Sciences de la nature. Sciences de la société. Les passeurs de frontière, Paris, CNRS, p. 357-371.

Godelier, Maurice. 2010. L’idéel et le matériel : Pensée, économies, sociétés. Flammarion.

Martin, Marie-Alexandrine. 1975. « L’ethnobotanique, science per se ? A propos d’un livre de B. Berlin, D.E. Breedlove, P.H. Raven, “the Principles of tzeltal plant Classification” ». JATBA 22(7-8-9) : 237-76.

Portères, R. (1961) – « L’ethnobotanique: place – objet – méthode – philosophie », Journal d’agronomie tropicale et de botanique appliquée, VIII (4-5), pp. 102–109.

Ressource utile :

Demeulenaere E., 2017, « L’anthropologie au-delà de l’anthropos. Un récit par les marges de la discipline », in Blanc G., Demeulenaere E., Feuerhahn W., Humanités environnementales. Enquêtes et contre-enquêtes. Publications de la Sorbonne, Paris. p. 43-73.