Le Muséum national d’histoire naturelle et les botanistes “hors les murs” au XIXe siècle. Pratiques, collections, échanges, sociétés savantes

J. Lamarck. Plan du travail à faire pour mettre en ordre les herbiers du Cabinet national d’histoire naturelle (AN A/J15/512, cl. P. Lafaite)

Le décret de la Convention nationale du 10 juin 1793 porte création de douze chaires d’enseignement. La botanique est alors au cœur du dispositif, notamment avec ses chaires de « botanique dans le Muséum » et de « botanique dans la campagne ».

  • La chaire de « botanique dans le Muséum », confiée à René-Louiche Desfontaines, a pour objet l’« exposition de la physique végétale, de la philosophie botanique, des principaux systèmes ou méthodes de distribution des plantes », cours suivis de démonstrations fondées sur les collections du Muséum, dont l’herbier qui se voit rattaché à la chaire de botanique.
  • Les activités de celle de « botanique dans la campagne », de Laurent-Antoine de Jussieu, prendront la forme de « 20 herborisations » à différentes périodes de l’année, « dans les campagnes des environs de Paris ». « Il sera fait dans les mois de février et de mars quelques herborisations destinées à l’étude des mousses, des lichens et de plusieurs autres plantes analogues qu’on ne trouve en pleine végétation que pendant ces mois. »

Au-delà de ces chaires, c’est tout un projet dynamique du savoir scientifique qui est mis en place.

Afin d’accélérer les progrès de l’histoire naturelle, il est tout de suite envisagé les moyens permettant d’accroître les collections. Le « règlement pour le Muséum national d’histoire naturelle » de 1793 nous donne quelques pistes de ce point de vue

La botanique y une place essentielle fondée sur un jeu de réciprocités multiples : publier des inventaires pour informer les naturalistes, développer la correspondance avec les « établissements analogues et les naturalistes », favoriser la circulation des pièces – échanges, acquisitions, demandes aux divers départements « des productions de leur territoire », voyages et missions dans les régions et parfois au loin.

Ainsi, d’un point de vue formel, le Muséum semble envisager son développement dans une interaction perpétuelle. Le lien est tout de suite établi entre collections et terrain, entre Paris le Muséum et d’autres établissements, la province, voire l’étranger, entre les professeurs du Jardin des plantes et les naturalistes « hors les murs ».

Il nous a semblé important de revenir sur cette espèce de cahier des charges originel et de vérifier si, dans les faits, dans la pratique, celui-ci s’est trouvé validé ou non au cours du XIXe siècle.

Denis Lamy, ingénieur de recherche au CNRS, UMR « Origine, Structure et évolution de la biodiversité », membre du Centre Alexandre Koyré, est un spécialiste de l’histoire de la botanique. Ses travaux portent sur l’étude des classifications botaniques XVIIe-XIXe siècles en relation avec l’évolution des concepts et sur une mise en perspective sociale et académique, par l’étude de la circulation des savoirs à travers les réseaux de botanistes, des grandes institutions, des sociétés savantes spécialisées et de la vie des grandes collections de plantes.

A. Hurel (MNHN)


Print This Post Print This Post

Posted in: Séances, Présentations, Séances

Comments are closed.

La vénus hottentote – Entre Barnum et Muséum

Vénus hottentote. Entre Barnum et Muséum

Livre dirigé par Claude Blanckaert
478 pages, 160 figures couleur, 35€

Archives


Carnets de recherche