Des poètes au Jardin des Plantes

Les trois règnes de la Nature, Paris, Chez Giguet et Michaud, 1809
Les trois règnes de la Nature, Avec des notes par M. Cuvier, de l’Institut, et autres savants, Paris : Chez Giguet et Michaud, 1809

Le Jardin des Plantes de Paris a suscité un poème d’Adrien-Marie Depasse (vers 1830), de même que celui de Lyon a été décrit en vers par l’anonyme C.R. en 1817 et celui de Montpellier par Thomassy et Leprince en 1839. À côté de ces oubliés de l’histoire littéraire aussi bien que de l’histoire des sciences, il faut citer le « Poème du jardin des plantes » de Victor Hugo pour qui la promenade autour du Muséum est l’occasion de réflexions esthétiques et philosophiques.

Par ailleurs, les grandes figures qui passèrent au Museum furent l’objet de vers le plus souvent élogieux. On peut ainsi lire des poèmes consacrés en tout ou partie à Buffon, Cuvier, Geoffroy-Saint-Hilaire et même Lamarck.

Mais l’activité poétique exista, sous l’Empire et la Restauration, au sein du Museum lui-même. Joseph Deleuze, figure curieuse de l’histoire du Muséum, est connu pour être le traducteur de deux grands poèmes didactiques: Les Amours de plantes d’Erasmus Darwin et Les Saisons de Thompson. Et s’il n’était pas lui-même poète, il cite parfois dans ses ouvrages les vers de Castel sur Les Plantes. Cuvier lui-même ne dédaigna pas de rédiger les notes du grand poème scientifique de Delille, Les Trois Règnes de la nature.

Ces quelques textes témoignent de ce que, à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe, la poésie et les sciences naturelles pouvaient encore entretenir d’étroites relations et se rendre mutuellement des services. On s’intéressera aux enjeux épistémologiques, esthétiques et idéologiques manifestés par de telles relations en rapport avec le Muséum et le Jardin des Plantes.

Nicolas Wanlin


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *