Dégénération des « sauvages » et critique du lamarckisme au Royaume-Uni

The natural history of society in the barbarous and civilized state; an essay towards discovering the origin and course of human improvement by William CookeTaylor(1840)Dégénération des « sauvages » et critique du lamarckisme au Royaume-Uni : la Natural History of Society in the Barbarous and Civilized State (1840) de William Cooke Taylor

Journaliste et historien irlandais, ami et protégé de l’archevêque anglican Richard Whately (1787-1863), William Cooke Taylor (1800-1849) fut l’auteur d’une Natural History of Society in the Barbarous and Civilized State, publiée à Londres en 1840. L’enjeu de l’ouvrage était de réfuter les théories des philosophes des Lumières, affirmant l’émergence progressive des sociétés civilisées à partir de communautés humaines comparables, quant à leur mode de subsistance et institutions, aux peuples dits « sauvages ». Taylor offrait également, dans sa Natural History of Society, une critique des doctrines transformistes de Lamarck. Pour contrer les théories du progrès et les hypothèses lamarckiennes, il invoquait l’inaptitude des « sauvages » à se civiliser et expliquait leur mode de vie comme effet de processus de « dégradation », comportant l’oubli de techniques, connaissances, notions religieuses et morales, révélées à l’homme lors de sa création.

En faisant référence aux théories britanniques des années 1830 et 1840 sur la « dégradation » des « sauvages », cet exposé propose une analyse et une contextualisation des arguments critiques de Taylor. Parmi ses sources d’inspiration on remarque les travaux de Richard Whately, qui devait contester les hypothèses lamarckiennes en 1846 et en 1847, et les Twelve Lectures on the Connexion between Science and Revealed Religion du cardinal Nicholas P.S. Wiseman (1802-1865), publiées en 1836, qui proposaient une réfutation des doctrines de Lamarck. On fera également référence aux recherches de Pietro Corsi, Adrian Desmond, Phillip Sloan et James Secord, sur la diffusion du lamarckisme au Royaume-Uni dans la première moitié du XIXe siècle.

Maria Beatrice Di Brizio