Le Muséum national d’histoire naturelle dans la Révolution (1789-1804)

Décret de la Convention nationale du 10 juin 1793, l’an second de la République française, relatif à l’organisation du jardin national des plantes & du cabinet d’histoire naturelle, sous le nom de Muséum d’histoire naturelle (BNF, département Philosophie, histoire, sciences de l’homme)

Pour le Muséum, la Révolution produit un effet de seuil décisif. En 1789, le cabinet n’est jamais qu’un très grand cabinet, c’est-à-dire qu’il demeure comparable avec d’autres collections aristocratiques européennes d’importance équivalente. En 1804, au sortir de la Révolution, il est devenu incomparable ou selon une formule devenue lieu commun un « abrégé du monde terrestre ».

Ce bouleversement révolutionnaire s’opère dans trois directions. D’une part, au travers de la capture d’une foule d’objets, le cabinet voit ses collections s’accroître dans un rapport de un à sept tandis que la surface d’exposition est presque doublée. D’autre part, le Muséum, dans les discours des professeurs comme des architectes et des politiques, prétend rassembler et ordonner en un lieu unique, sorte de panoptique du monde naturel, la totalité des espèces et des espaces. Enfin, le Muséum révolutionnaire projette, sans que la différence avec l’Ancien Régime soit ici très nette, de démocratiser l’accès aux collections devenues nationales et accueille, une fois les collections mises en place, un public nombreux et varié surtout sensible aux oiseaux et aux mammifères. Signe de son importance nouvelle comme de la mode culturelle de l’histoire naturelle, le Muséum est intégré au début du XIXe siècle par les voyageurs européens dans la triade capitale – avec la Bibliothèque nationale et le Musée du Louvre – et devient l’objet de discours stéréotypés qui fabriquent la réputation de grandeur nouvelle de l’institution, ce que Gotthelf Fischer appelle sa « splendeur actuelle ». Cette place centrale du cabinet du Muséum ne sera contestée qu’au cours du XIXe siècle avec la démonétisation de l’histoire naturelle, science de collection, au profit de la biologie, science de laboratoire, et la concurrence d’autres grands musées en Europe et dans les Amériques.

Pierre-Yves Lacour