Science, philosophie et religion dans l’Essai de Paléontologie Philosophique d’Albert Gaudry (1896)

Albert Gaudry (1897) (BCM- MNHN)
Albert Gaudry (1897) (BCM- MNHN)

Science, philosophie et religion dans l’Essai de Paléontologie Philosophique d’Albert Gaudry (1896)

Quand Albert Gaudry publie son Essai de Paléontologie philosophique en 1896, c’est un savant de 69 ans qui a une longue carrière derrière lui, et qui rédige une sorte de testament intellectuel. Il a passé beaucoup de temps à faire de la synthèse paléontologique dans les trois volumes des « Enchaînements du Monde Animal dans les temps géologiques » (1878-1895). Il continue à essayer de convaincre ses contemporains de la réalité de l’évolution, si bien documentée par la paléontologie. Et il offre les réflexions que lui inspirent les connaissances nouvelles.

Une grande partie du livre est consacrée à résumer l’ensemble de l’histoire évolutive des animaux, non pas groupe par groupe mais par grandes étapes, acquisitions et nouveautés : augmentation de la diversité au cours des temps géologiques, différentiation des animaux, leur accroissement, les progrès de l’activité (histoire de la locomotion, histoire de la préhension), les progrès de la sensibilité (histoire de la vue, histoire de l’ouïe, histoire de l’odorat, histoire du goût, histoire du toucher, histoire des sentiments affectifs) et les progrès de l’intelligence vus par l’étude des encéphales fossiles.

La vue d’ensemble apparaît essentiellement progressiste. Gaudry en tire une forte défense de l’évolution, théorie à laquelle certains de ses collègues continuent à s’opposer (Armand de Quatrefages). Au long de ses énumérations, il a des réflexions poétiques, esthétisantes, parfois drôles. Mais de la vue d’ensemble il tire une défense de l’harmonie de la nature, contre l’image d’une lutte généralisée pour la survie. Lorsqu’il s’intéresse ensuite aux mécanismes de l’évolution, d’un côté il est modeste – « on doit avouer que jusqu’à présent on connaît très peu les causes des transformations des êtres » -, de l’autre il est aussi déroutant, faisant sans prévenir des mentions du Créateur, de l’Auteur du monde, etc. Il se montre préoccupé par la nature des forces vitales, et c’est là qu’il est intéressant d’interroger ses conceptions : sont-elles scientifiques, philosophiques, religieuses ? Il mentionne les forces créatrices, et envisage les rapports du monde avec Dieu. Si Gaudry ne peut s’empêcher de terminer son livre par un aveu de foi religieuse, l’essentiel de son argumentation est à notre avis philosophique. En effet, il ne fait aucun appel à la Bible ou à la théologie, alors qu’au début comme à la fin de son livre il cite bon nombre de philosophes, de Platon à Victor Cousin et Paul Janet.

Marc Godinot