Une histoire politique de Victor de l’Aveyron

Une histoire politique de Victor de l’Aveyron

De l'éducation d'un homme sauvage, ou Des premiers développemens physiques et moraux du jeune sauvage de l'Aveyron, par E. M. Itard, médecin de l'Institution nationale des sourds-muets, membre de la Société médicale de Paris, etc. A Paris, chez Goujon fils, imprimeur-libraire, rue Taranne, n°. 737. Vendémiaire an X. (1801)
De l’éducation d’un homme sauvage, ou Des premiers développemens physiques et moraux du jeune sauvage de l’Aveyron, par E. M. Itard, médecin de l’Institution nationale des sourds-muets, membre de la Société médicale de Paris, etc.
A Paris, chez Goujon fils, imprimeur-libraire, rue Taranne, n°. 737. Vendémiaire an X. (1801)

En décembre 1799, alors que la France vient de connaître un nouveau coup d’État politique portant le général Bonaparte au pouvoir, des chasseurs capturent un jeune enfant dans les forêts de l’Aveyron. Rapidement, cet enfant, confié aux autorités municipales puis départementales, suscite la curiosité, l’intérêt voire la convoitise : alors que chacun cherche à conserver sa place ou à renforcer sa réputation auprès des nouvelles autorités, cette première capture est suivie d’une véritable lutte, scientifique et administrative, pour s’approprier l’enfant. Alors que commence l’enquête pour déterminer les origines de l’enfant baptisé Victor, les journaux parisiens s’emparent de cette affaire qui divise alors les savants : Victor est-il sourd ? Peut-on le soigner ? Ces questions font autant écho à des débats anciens autour desquels se sont divisés les philosophes depuis le XVIe siècle et que la Révolution française, traversée par l’idéal de « régénération », n’a fait que réactualisée : est-il possible, en observant cet enfant « sauvage », de saisir les origines d’une humanité et de comprendre les modalités de développement du langage ou des mœurs et ainsi de saisir les moyens pour transformer l’homme et perfectionner la société. Les membres de la nouvelle Société des Observateurs de l’homme érigent Victor de l’Aveyron en premier objet de l’anthropologie que ses membres entendent construire. On comprend que cette découverte de l’enfant sauvage de l’Aveyron cristallise l’intérêt des savants et suscite rapidement des débats politiques au moment même où se pose la question de la nature du régime politique. Lucien Bonaparte, fugace ministre de l’Intérieur, parvient à imposer le transfert de l’enfant à Paris, afin qu’il soit confié aux bons soins de l’abbé Sicard, directeur de l’Institut des sourds et muets. Dès lors, la mission confiée au jeune médecin Jean-Marc-Gaspard Itard pour soigner l’enfant, est soumise autant aux mutations du regard médical qu’aux transformations politiques qui caractérisent la transformation du Consulat en Empire, puis l’évolution de plus autoritaire du régime bonapartiste. L’échec de toute perfectibilité constatée par Itard, la reprise en main de l’enfant par les nouveaux experts médicaux Gall et Spurzheim qui arguent de la débilité irréductible de l’enfant, marquent indéniablement plus qu’un échec thérapeutique la fin des idéaux portés par les Lumières et la Révolution française.

De l’éducation d’un homme sauvage, ou Des premiers développemens physiques et moraux du jeune sauvage de l’Aveyron, par E. M. Itard, médecin de l’Institution nationale des sourds-muets, membre de la Société médicale de Paris, etc. A Paris, chez Goujon fils, imprimeur-libraire, rue Taranne, n°. 737. Vendémiaire an X. (1801)
De l’éducation d’un homme sauvage, ou Des premiers développemens physiques et moraux du jeune sauvage de l’Aveyron, par E. M. Itard, médecin de l’Institution nationale des sourds-muets, membre de la Société médicale de Paris, etc.
A Paris, chez Goujon fils, imprimeur-libraire, rue Taranne, n°. 737. Vendémiaire an X. (1801)

L’objectif de cette communication est moins de révéler des choses nouvelles sur cette affaire que de rappeler les enjeux des débats scientifiques et surtout politiques que pose cette découverte en la replaçant dans l’histoire longue de la confrontation entre sauvagerie/civilisation et dans l’histoire courte de la période révolutionnaire et impériale.  Aujourd’hui, il est courant d’occulter ces débats pour insister sur des questions touchant soit à des histoires disciplinaires particulières – de la psychiatrie ou de la psychanalyse par exemple- , soit aux trajectoires biographiques et aux réactions des figures particulières (le médecin Itard ou le médecin des « fous », Pinel). Tout en nous appuyant sur les nombreux travaux sur les enfants sauvages et sur Victor de l’Aveyron en particulier, notre projet est de remettre précisément en contexte cette affaire en les réinscrivant dans des débats plus généraux sur la position non seulement des marginaux ou des « infirmes de la communication », mais plus largement des individus ou des groupes (femmes, hommes de couleur, « brigands »…) qui constituent les objets de procédures de qualification/disqualification à partir desquelles se construit le passage de la République du Directoire à l’Empire bonapartiste. Cette enquête sur Victor de l’Aveyron est un moyen de remettre au jour les enjeux politiques de cette affaire : l’analyse de la trajectoire de cet enfant, les catégories à partir desquelles il a été construit, questionné et regardé par les élites intellectuelles et politiques entre 1799 et 1810, nous paraît particulièrement adéquate pour revisiter une partie de l’histoire de l’instauration du régime impériale et pour mieux comprendre le passage d’un ordre républicain à un nouvel ordre impérial. Tout en proposant une « plongée » dans le monde des savants (les Idéologues, les « professeurs » des grandes institutions savantes…) permettant d’éclairer la géographie du « Paris savant », il convient encore de rappeler les enjeux politiques d’une anthropologie à l’œuvre autour de cet enfant sauvage, enjeux que les représentations postérieurs dans les œuvres de fictions (je pense naturellement au film de Truffaut mais aussi aux nombreuses évocations du « sauvage de l’Aveyron ») ou à l’occasion de faits divers souvent sordides (lors des découvertes récentes des enfants maltraités) tendent souvent à effacer. S’il y a eu une actualité de l’enfant sauvage en 1800, c’est parce que cette découverte et les débats qu’elle fait émerger s’inscrivent alors au cœur des questions posées par des contemporains confrontés aux effets des secousses d’une société révolutionnée

Jean-Luc Chappey