Rénover et raconter la préhistoire après 1950 dans la lignée du Muséum

Biface acheuléen (Abbeville). Coll. MNHN, cliché R. Orliac
Biface acheuléen (Abbeville). Coll. MNHN, cliché R. Orliac

Rénover et raconter la préhistoire après 1950 dans la lignée du Muséum : François Bordes et la préhistoire moderne

La génération de préhistoriens qui arrive en France aux postes de responsabilités après la Seconde Guerre mondiale n’a eu de cesse de moderniser l’archéologie préhistorique, de la constituer en discipline scientifique à part entière. Parmi ceux-ci, François Bordes qui occupe un poste de  maître de conférences à Bordeaux à partir de 1956 – avant de devenir professeur, directeur de l’Institut du Quaternaire, puis directeur des antiquités préhistoriques d’Aquitaine – peut à juste titre être considéré comme ayant organisé et structuré la recherche paléolithique en Aquitaine.

Pour autant, si on revient – comme il l’a fait lui-même à plusieurs reprises – sur ses années de formation, à partir de 1945, date à laquelle il entre comme stagiaire au CNRS pour y préparer une thèse à la faculté des sciences de Paris sur Les limons quaternaires du Bassin de la Seine, on s’aperçoit à quel point des institutions comme l’IPH ou le Muséum ont participé à façonner durablement la conception de la préhistoire que François Bordes développe par la suite en Aquitaine, tant au niveau conceptuel par son ancrage dans la géologie qu’au niveau institutionnel et relationnel par les réseaux que celui-ci maintient ou met en place. Les relations entre Bordes et ses aînés donnent également des clefs pour comprendre comment celui-ci se placera à la fois en rupture et en continuité avec la génération qui l’a précédé dans son entreprise de moderniser la discipline du triple point de vue des idées, des pratiques et des institutions.

Noël Coye