Le Muséum national d’histoire naturelle et Rouen au XIXe siècle : relations et collections

Portrait d'Henri-Marie Ducrotay de Blainville, collection BIU Santé Médecine, CIPB1121, « Licence ouverte Open Licence ».
Portrait d’Henri-Marie Ducrotay de Blainville, collection BIU Santé Médecine, CIPB1121, « Licence ouverte Open Licence ».

Dès ses origines, la ville de Rouen entretient un lien privilégié avec le Jardin du Roy. Si la naissance rouennaise de son fondateur, Guy de la Brosse, reste légendaire, son lien avec la région est avéré.

Dès l’ouverture des premiers cours publics d’histoire naturelle de l’école centrale de Rouen, le muséum national se pose en figure tutélaire de l’enseignement scientifique et de la diffusion des savoirs par les collections. Ses chercheurs expertisent les candidatures des professeurs, arbitrent les polémiques locales et discutent des idées mises en culture à Rouen. L’importance de la correspondance conservée au muséum rouennais met au jour un véritable réseau scientifique. Débats épistolaires, visites aux galeries, les naturalistes, échangent idées et spécimens.

Georges Pouchet portrait - Archives du Muséum d'histoire naturelle de Rouen - GPO 1- GPO 1, documents sur G. Pouchet
Georges Pouchet portrait – Archives du Muséum d’histoire naturelle de Rouen – GPO 1, documents sur G. Pouchet

Le muséum national a par ailleurs formé plusieurs naturalistes réputés, nés en Seine-Inférieure, ayant bien souvent reçu une première instruction à Rouen. C’est le cas d’Henri Ducrotay de Blainville, le professeur titulaire de la chaire des mollusques, des vers et des zoophytes (1830), de la chaire d’anatomie des animaux (1832), et de la chaire de zoologie et de physiologie comparée (1844). Né près de Dieppe, il étudie tout d’abord la peinture et la musique à Rouen, avant d’embrasser une carrière de naturaliste au muséum national. C’est par son influence que Félix-Archimède Pouchet, jeune rouennais, intègre l’institution, se forme, puis revient fonder le Muséum d’histoire naturelle de Rouen en 1828. Enfin, son fils, Georges Pouchet, participe à la vie du muséum national des années 1860 aux années 1890, en qualité de directeur du vivier-laboratoire de Concarneau, puis de professeur d’anatomie comparée (1879). Les années qui précèdent son décès, survenu en 1894, il contribue, entre autres, aux débats relatifs à la construction de la nouvelle galerie d’anatomie comparée inaugurée en 1898.

Bénédicte Percheron (ANR/DFG Biolographes – Fondation Maison des Sciences de l’Homme)