La Ménagerie dans les années 1930, patrimoine scientifique et artistique du Muséum

L’une des rotondes où les Singes s’ébattent en plein air. Feuillée-Billot, A. “La nouvelle singerie du Muséum national d’histoire naturelle.” La Nature 62, n°2939 (15 octobre 1934) : 367.

Au tournant du XXe siècle, on croyait généralement que la Ménagerie de Paris, le zoo public le plus ancien du monde, avait grandement besoin d’être rénovée. Deux grands édifices – une Singerie par François-Benjamin Chaussemiche (1864-1945) et une Fauverie par René Berger (1878-1954) – furent finalement construits dans les années 1930. Dans les deux cas, l’architecture était esthétiquement moderne et scientifiquement fondée sur les besoins des animaux exposés. Les édifices furent salués comme dignes de la capitale et il y eut un sentiment général que la Ménagerie serait à nouveau source d’envie pour ceux qui venaient des provinces et des pays étrangers.

Nouvelle fauverie du Muséum. – Façade principale. – R. Berger, Architecte S.A.D.G. Goissaud, Antony. “La nouvelle fauverie du Muséum d’histoire naturelle à Paris par René Berger, Architecte en chef des Bâtiments civils et Palais Nationaux, S.A.DG.” La Construction moderne 53, n°13 (16 janvier 1938) : 219.

Dans la continuité du rôle que l’art avait depuis longtemps joué au Muséum et dans la Ménagerie, la Fauverie avait un vaste programme de sculpture comprenant deux bas-reliefs de Berthe Martinie (1883-1958) à l’intérieur, cinq bas-reliefs de Georges Hilbert (1900-1982) sur la façade principale, trois bas-reliefs d’Anna Quinquaud (1890-1984) au-dessus de l’entrée, trois bas-reliefs d’Auguste Seysses (1862-1946) au-dessus de la sortie, et une sculpture en bronze de Paul Jouve (1878-1973) devant le bâtiment. En plus de compléter l’architecture et de signaler l’objectif du bâtiment, les sculptures soulignaient l’importance de l’art animalier à cette époque. Tout aussi important, et contrairement à l’architecture moderne du bâtiment, les décorations sculpturales présentes à l’entrée et à la sortie mettaient en valeur les habitudes et habitats de certaines bêtes sauvages et, dans une moindre mesure, les modes de vie des gens qui vivaient à leurs côtés.

Bien que finalement jamais exposé là – et maintenant dans le hall d’entrée de la Grande Galerie de l’Évolution – deux triptyques ont été peints par Raoul Dufy (1877-1953) pour le hall d’entrée de la Singerie. Les panneaux centraux, « Les explorateurs » et « Les scientifiques », représentaient des hommes notables qui ont vécu à des moments différents et dans des endroits variés et concordent avec la célébration des « grands hommes » ailleurs au Muséum. En accord avec le bâtiment pour lequel les peintures ont été commandées, les panneaux latéraux dépeignaient des fables et des légendes au sujet des singes et d’autres animaux.

La Singerie et la Fauverie ont rafraîchi la Ménagerie et ont été une amélioration indispensable pour les animaux exposés. Cependant, la « nouvelle » Ménagerie était nécessairement comparée au Zoo de Vincennes, qui s’ouvrait en 1934 à la périphérie de la ville, lui aussi sous la direction du Muséum. Désormais, le patrimoine scientifique et artistique du Muséum impliquerait la comparaison de ces deux parcs zoologiques différents.

Maria P. Gindhart

Éléments bibliographiques
  • Dufy : les années 30. Paris : Fondation Électricité de France, Espace Electra, 1997. Publié conjointement avec l’exposition « Dufy: les années 30 » à l’Espace Electra à Paris, 14 mai-13 juillet 1997.
  • Feuillée-Billot, A. « La nouvelle fauverie du Muséum. » La Nature 66, n°3026 (1 juin 1938) : 367-368.
  • Feuillée-Billot, A. « La nouvelle singerie du Muséum national d’histoire naturelle. » La Nature 62, n°2939 (15 octobre 1934) : 366-368.
  • Goissaud, Antony. « La nouvelle fauverie du Muséum d’histoire naturelle à Paris par René Berger, Architecte en chef des Bâtiments civils et Palais Nationaux, S.A.DG. » La Construction moderne 53, n° 13 (16 janvier 1938) : 218-223.
  • Henry, Frédéric. « Les transformations du Muséum d’histoire naturelle. » L’Architecture 51, n°1 (15 janvier 1938) : 31-36.
  • Mercadier, Henry. « La grande pitié du Muséum. » Lectures pour tous (mai 1930) :  93-99.