Louis-Eugène Bouvier (1856-1944), un amateur à la chaire d’entomologie ?

Louis Eugène Bouvier (1856-1944) ( © Muséum national d’histoire naturelle – Direction des bibliothèques et de la documentation)

Titre volontairement accrocheur pourrait-on dire, voire irrespectueux à l’égard d’un savant qui occupa une chaire au Muséum 36 années durant. Instituteur dans le Jura, devenu élève à l’École Normale supérieure de Saint-Cloud en 1878, Bouvier y est repéré par son enseignant d’histoire naturelle : Edmond Perrier (1844-1921). Boursier puis stagiaire du Muséum, il acquiert rapidement les grades de l’enseignement supérieur. Le voilà licencié, agrégé et docteur ès sciences naturelles (1887). Il doublera ensuite son agrégation naturaliste par celle obtenue à l’École supérieure de pharmacie (1889) où il suppléera les enseignements de cryptogamie. Sa thèse de pharmacie portera sur l’appareil circulatoire des cétacés souffleurs. Avec celle de zoologie sur le système nerveux des gastéropodes prosobranches, il renouvelle les considérations évolutives et systématiques de tout ce groupe. Très appuyé par Perrier et Alphonse Milne-Edwards (1835-1900) avec qui il mène d’importants travaux sur les crustacés, il est nommé professeur à chaire des animaux articulés en 1895 (à 39 ans) et ne quittera plus le giron du Muséum de sa carrière. Continuant son ascension, il est élu président de la Société zoologique de France en 1896 et de la Société entomologique de France en 1898. Quatre ans plus tard, il entre à l’Académie des sciences (section d’anatomie et de zoologie). La Légion d’honneur suivra de près…

M. Bouvier, de l’Institut, professeur d’histoire naturelle (1911) — Agence Meurisse. (Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, EI-13 (2456))

Voilà une trajectoire qui n’est pas celle de l’amateur annoncé. Pourtant, quand en 1917 (il a 61 ans), sa chaire est réduite à l’entomologie, Bouvier n’a quasiment rien publié sur les insectes.

En effet, en 1901, seulement 10 de ses articles concernaient les insectes alors que sa bibliographie comptait déjà 184 références. De même, entre 1903 et 1919, ses travaux sont essentiellement des notes préliminaires à un ouvrage synthétique sur les crevettes d’eau douce[1] du Globe qui paraîtra en 1925. Il semble donc n’avoir pas effectué de recherches en entomologie lorsqu’il en obtint la chaire.

Si Bouvier n’est assurément pas un amateur, il n’était pas non plus un entomologiste reconnu. Pourtant, les témoignages sont unanimes à dire qu’il fit merveille dans les collections d’insectes du Muséum. Partant de ce constat quelque peu surprenant, il est légitime de s’interroger sur les leviers employés par Bouvier en faveur de l’entomologie au sein de cette institution. Nous pensons qu’à défaut d’apporter à cette science son expertise scientifique, il va la développer avec ce que nous appellerions aujourd’hui une « science participative »[2]. Nous étaierons nos propos par quelques témoignages des pratiques de cette entomologie, puis nous établirons une typologie desdits entomologistes. Cela nous conduira assez logiquement à questionner les catégories d’amateurs, de spécialistes et de professionnels avant 1914. Nous verrons qu’autour de Bouvier et du Muséum, la science de l’Insecte se définissait mal dans l’actuelle dichotomie amateurs/professionnels.

Loïc Casson (Centre Koyré UMR 8560)

On pourra consulter :

[1] Eugène Louis Bouvier, Recherches sur la morphologie, les variations, la distribution géographique des crevettes de la famille des Atyidés, Paris, France, P. Lechevalier, 1925, 371 p.

[2] À près d’un siècle de distance, nous rappelons, mais sans lien de causalité avec Bouvier, le premier programme participatif lancé en 2006 par l’association Noé et le Muséum, à savoir l’Observatoire des Papillons des Jardins.