Le Muséum et les représentations polymorphes de l’évolution des espèces et de la société

Galerie d’Anatomie comparée. (Fonds Pierre Petit IC 1098, © Muséum national d’histoire naturelle – Direction des bibliothèques et de la documentation

La mise en scène dans les expositions ne peut être interprétée sur la simple base d’une transposition en trois dimensions de données « purement » scientifiques. Tout travail de mise en forme de la science à destination du « public » est un processus de communication complexe qui relève également de l’architecture et de la scénographie, et passe par la création de décors, mobiliers, dispositifs techniques et leur organisation dans l’espace. Une exposition donc, vue comme un outil de communication, offre des modes de lectures à ses visiteurs par le jeu des relations physiques qu’elle instaure entre les objets présentés et les visiteurs.

Haut-relief placé à la face postérieure de la statue de Lamarck, Archives du Muséum National d’Histoire Naturelle (1930)

Les environnements réels produits, les partitions muséographiques ainsi créées, sont tout autant de représentations qui reflètent une conception à la fois partielle, symbolique, idéalisée d’une réalité scientifique et des visiteurs. Ce sont des visions du monde qui renvoient à des contextes socioculturels, historiques, politiques, géographiques ou techniques spécifiques.

C’est ce que nous verrons au Muséum national d’histoire naturelle avec l’interprétation muséale de l’évolution des espèces aux prises avec l’idéologie, l’histoire, le politique, la société. Notre propos chronologique nous conduira à interroger les représentations qui ont (pré)figuré dans les galeries du muséum, et à dégager les contraintes et stratégies communicationnelles sous-jacentes de leurs concepteurs qui, depuis le XIXe siècle, ont construit une représentation médiatique de l’évolution des espèces.

Fabienne Galangau Quérat (UMR Paloc MNHN/IRD)