La contribution du Muséum à la naissance de l’ethnomycologie et à l’essor des psychedelic studies

Psilocybe mexicana Heim. Archives du Muséum National d’Histoire Naturelle (1958)

Les effets hallucinogènes des champignons à psilocybine furent découverts en 1955 quand deux ethnologues amateurs états-uniens, Robert Gordon Wasson, vice-président de la banque J.P. Morgan & Co et son épouse, Valentina Pavlova-Wasson, pédopsychiatre, participèrent à une cérémonie nocturne en pays Mazatèque, au Mexique. Le Muséum national d’Histoire naturelle était déjà associé aux recherches des époux Wasson sur les usages et représentations des champignons, par la personne du Professeur Roger Heim (1900-1979), alors directeur du laboratoire de cryptogamie.

M. Heim, directeur du Muséum. Inauguration de l’exposition « Splendeur et diversité du monde des Insectes ».
(© Muséum national d’histoire naturelle, Direction des bibliothèques et de la documentation, cote IC 2502)

La découverte des effets de ces champignons allait marquer le début d’un moment particulier de l’histoire du Muséum qui s’inscrit dans une histoire plus globale, celle des psychedelic studies, champ d’investigation interdisciplinaire qui connaît aujourd’hui un regain d’intérêt.

Nous verrons comment cette découverte a permis le tissage d’un réseau international d’échanges scientifiques et quelles purent être ses conséquences sur la production de savoir.

 

Vincent Verroust, doctorant au Centre Alexandre Koyré, chercheur attaché à l’Institut universitaire d’histoire de la médecine et de la santé publique (Université de Lausanne)