Gilbert, le vétérinaire républicain : ou comment faire des animaux, les « compagnons de travail » des hommes


Traité des prairies artificielles, ou Recherches sur les espèces de plantes qu’on peut cultiver avec le plus d’avantage en prairies artificielles dans la généralité de Paris, & sur la culture que leur convient le mieux, Gilbert, François-Hilaire, 1789 (© Bibliothèque nationale de France)

Après le Muséum, l’autre institution importante à s’occuper des animaux est l’École de Maison Alfort qui devient une école d’économie rurale à partir de 1795. Son sous-directeur, François-Hilaire Gilbert (1757-1800), incarne cette génération de vétérinaire participant à tous les débats importants au début des années 1780 et à la controverse Vicq d’Azir Daubenton, sur le devenir de la médecine des animaux.

Dès le début de la Révolution, fort de son prestige conquis grâce à son Traité des prairies artificielles, il occupe une place-clé dans la redéfinition du rôle des animaux au sein de l’agriculture régénérée. Dès lors, il participe à toutes les grandes sociétés savantes, comités gouvernementaux, commission ministérielles, entre 1790 et 1799, jusqu’à son départ en Espagne. Il est membre de l’Institut à partir de 1795 et va développer une pensée globale sur l’animal en République, liée au projet politique d’une République agronome. Son chef d’œuvre inachevée aurait dû être la constitution d’un troupeau de moutons mérinos qui passe la frontière espagnole en 1800 mais sans lui…

Avec le Consulat d’autres projets apparaissent, délaissant les pistes des agronomes, savants et vétérinaires, au profit d’autres choix économiques, rendant d’autant plus importante une étude croisée du Muséum et de l’École de Maison Alfort et leur place essentielle dans le projet républicain du Directoire.

Pierre Serna, Professeur d’histoire de la Révolution française à l’Université de Paris 1 Panthéon Sorbonne (IHRF/IHMC)

Découvrez « Comme des bêtes » de Pierre Serna

 

 

 

 

 

 

 

L’Animal en République. 1789-1802, genèse du droit des bêtes, Paris, éditions Anacharsis, 2006.