Tous les articles par objethistoire

Les professeurs du Muséum et l’organisation de l’enseignement des sciences

Savants et professeurs sont intervenus sur des questions variées concernant l’organisation de l’enseignement scientifique. Parmi eux les professeurs du Muséum d’histoire naturelle spontanément ou sollicités par les autorités.

Continuer la lecture de Les professeurs du Muséum et l’organisation de l’enseignement des sciences

Le Muséum national d’histoire naturelle dans la Révolution (1789-1804)

Décret de la Convention nationale du 10 juin 1793, l’an second de la République française, relatif à l’organisation du jardin national des plantes & du cabinet d’histoire naturelle, sous le nom de Muséum d’histoire naturelle (BNF, département Philosophie, histoire, sciences de l’homme)

Pour le Muséum, la Révolution produit un effet de seuil décisif. En 1789, le cabinet n’est jamais qu’un très grand cabinet, c’est-à-dire qu’il demeure comparable avec d’autres collections aristocratiques européennes d’importance équivalente. En 1804, au sortir de la Révolution, il est devenu incomparable ou selon une formule devenue lieu commun un « abrégé du monde terrestre ».

Continuer la lecture de Le Muséum national d’histoire naturelle dans la Révolution (1789-1804)

Société Zoologique d’Acclimatation de France

Isidore Geoffroy Saint-Hilaire, (1805-1861) (Collection Bibliothèque de l’Académie nationale de médecine)

Le 10 février 1854, la Société zoologique d’acclimatation de France fut créée à Paris, promue par Isidore Geoffroy Saint-Hilaire. Son but principal était l’introduction, l’acclimatation et la domestication en France d’animaux exotiques utiles, afin de doter l’agriculture et l’industrie de nouvelles ressources. La Société eut dès sa formation une vocation universelle. Pourtant, ce rayonnement international reste encore peu abordé. Une étude de cas, centrée sur l’Espagne, permet d’approfondir le débat. La pensée scientifique qui animait le projet était axée sur la Théorie de la variabilité limitée du type, due à Isidore Geoffroy Saint-Hilaire. Cependant, il n’a pas été question du transformisme au moment de la création de la Société, car le passage d’une espèce à une autre ne fait pas partie du débat. Les fondements de la Société semblent plutôt être bâtis sur l’intérêt du programme pour le bien-être public.

Santiago Aragon