Archives de catégorie : Lectures / Readings

L’herbier des philosophes

L'Herbier des philosophes. J.-M. Drouin

L’Herbier des philosophes
Jean-Marc Drouin
Paris, Éditions du Seuil, collection « Science ouverte », 320 p.

Science « aimable » et populaire, art d’effeuiller la marguerite, la botanique, devenue partie prenante de la recherche en biologie, a longtemps été le lieu d’affrontement de grandes querelles philosophiques auxquelles prirent part Leibniz et Rousseau, Goethe, Coleridge ou Condorcet. Le système sexuel développé dans la Philosophie botanique de Linné n’offusqua pas seulement la très puritaine Encyclopaedia Britannica, il inspira aussi diverses classifications zoologiques, voire ? à Auguste Comte ? une classification des sciences au parfum végétal bien marqué. Quant à Charles Darwin, on ne s’étonnera pas de le trouver ici penché sur primevères et orchidées, trouvant dans la botanique quelques idées-forces de sa théorie.

Au terme de cette excursion très rousseauiste, on se prend à penser que s’il n’y eut jamais, comme le disait Kant, de « Newton du brin d’herbe », le végétal eut cependant de patients observateurs, de hardis théoriciens et de merveilleux penseurs.

Linné et la France (1780-1850)

Pascal Duris Linné et la France

Pascal Duris Linné et la France : 1780-1850

Droz – Histoire des Idées et Critique Littéraire

Présentation de l’éditeur : Linné (1707-1778), auteur de la nomenclature binaire des plantes, a très vite été idolâtré par les amis de la Nature en France. Rousseau l’invoque de façon touchante. Cependant, les milieux officiels d’Ancien Régime lui préféraient Buffon. Par réaction, au moment de la Révolution, la réputation de Linné monta à son zénith. De nombreuses Sociétés linnéennes se fondèrent à Paris et surtout dans les villes méridionales, dont M. Duris retrace l’histoire mouvementée. Peu à peu, les travaux de Jussieu et de Lamarck tendirent à supplanter Linné dans l’esprit de beaucoup de gens. Vers le milieu du XIXe siècle, les controverses s’apaisent, les Linnéens se réconcilient avec les adeptes de Jussieu. La vie du « Prince des botanistes » devient, grâce à la littérature populaire, un exemple à méditer pour la jeunesse.

Non-geniculate coralline red algae (Rhodophyta) and the Paris Museum: systematics and scientific history

Woelkerling W .J. & Lamy D., Non-geniculate coralline red algae (Rhodophyta) and the Paris Museum: systematics and scientific history. Paris, Publications du Muséum national d’Histoire naturelle/ADAC, 1998, viii+767 p.

Les algues rouges corallines non articulées sont des organismes historiquement et biologiquement fascinants d’une importance écologique considérable. Leur taxonomie a été accompagnée d’une nomenclature particulièrement confuse et leur étude historique a été sujette à controverses et à débats. Le Muséum national d’histoire naturelle, Paris, conserve une des plus grandes collections de ces algues au monde ; cette collection, incluant les spécimens originaux de J.B. Lamarck,  est importante aux points de vue taxonomique et historique. Pour la première fois ces collections a été étudiée : 200 types ont été repérés, catalogués, photographiés, accompagnées d’informations nomenclaturales.

La première partie de cet ouvrage (pp. 15-242) replace l’étude des corallines en France durant deux siècles, de J.B. Lamarck (1780) à madame Marie Lemoine (1980). Après un survol de l’histoire du Muséum depuis 1635, la place de la botanique puis de la cryptogamie est précisée. De nombreux botanistes français, pour la plupart non appointé par le Muséum ou les Universités, ont permis de grandes avancées dans la compréhension de ce groupe d’algues. Une étude diachronique et chronologique permet mettre en évidence des filiations directes ou indirectes entre ces personnes. La partie biographique comporte deux catégories : 1-informations biographiques, exemples d’écriture, portraits, existence de manuscrits des personnes ayant décrit des taxons nouveaux dont les spécimens types sont au Muséum ; 2-notes biographiques pour plus de 150 collecteurs dont les spécimens sont conservés au Muséum.

 

 

La botanique au Muséum national d’histoire naturelle, 1793-1935