Archives de catégorie : Séances

Résumés, textes intégraux ou documents issus des présentations faites lors des séances du séminaire.

L’affaire du Muséum (1872-1875)

Vue perspective de la ménagerie des reptiles – André Louis-Jules (1819-1890) architecte – extrait de la Revue générale de l’architecture et des travaux publics

Auguste Duméril (1812-1870), titulaire de la chaire de Zoologie (reptiles et poissons) décède le 12 novembre 1870. Cette chaire restera vacante pendant cinq années. Elle est à l’origine de « l’affaire du Muséum » et de conflits personnels et politiques qui conduiront Chevreul, alors directeur du Muséum, à donner sa démission, pour la reprendre aussitôt. L’homme du conflit se nomme Camille Dareste (1822-1899), médecin, fondateur de la tératologie expérimentale. Dareste est loin d’être un spécialiste des reptiles et des poissons mais, fatigué des postes de professeur qu’il occupa à Lyon puis à Lille, il désirait à tout prix une chaire parisienne. Chevreul s’opposa à la candidature de Dareste, malgré les appuis de ses amis du Muséum, dont Quatrefages, et de ses relations politiques. La grande presse de l’époque s’empara de cette histoire. Vingt neuf quotidiens vont évoquer la démission de Chevreul et la candidature de Dareste, de la simple ligne d’information aux articles de plusieurs colonnes. Edmond About, directeur du XIXe siècle donnera tout son talent pour conter cette « affaire », véritable imbroglio politique et académique qui s’achève par la nomination de Léon Vaillant (1834-1914) le 20 juillet 1875 à la chaire des Reptiles et Poissons. Quant à Camille Dareste, le ministre crée pour lui un enseignement d’embryogénie et un laboratoire de tératologie à la Faculté de Médecine de Paris en 1875,  laboratoire qui sera rattaché à l’EPHE en 1879.

Jean-Louis Fischer
Centre Koyré

Édouard Lartet (1801-1871), de la ferme du Campané au Muséum national d’Histoire naturelle : un itinéraire singulier

Édouard Lartet (1801-1871), de la ferme du Campané  au Muséum national d’Histoire naturelle : un itinéraire singulier

Le Mammouth de la Madeleine. Extrait de Reliquiae aquitanicae : being contributions to the archaeology and palaeontology of Perigord and the adjoining provinces of Southern France, London, Williams, 1865-1875, planche XXXVII

Édouard Lartet fut professeur du Muséum sans l’être. Ce paradoxe résume une vie hors du commun, au cours à la fois atypique et exemplaire. Avocat de formation, il devient palaéontologue puis préhistorien. Il fouille notamment le gisement du Campané à Sansan, ainsi que plusieurs autres gisements du département du Gers, comme Simorre. C’est grâce à lui qu’une région connue depuis le XVIIe siècle pour livrer des objets bizarres (les « fausses turquoises de Simorre ») devient une terre paléontologique. Lartet est d’abord un homme de terrain mû par sa passion pour les fossiles puis il se « professionnalise » et devient paléontologue, décrivant les restes fossiles qu’il met au jour. Il publie notamment plusieurs notices sur la colline de Sansan avec la liste des espèces qui y vivaient au Miocène. Parmi les découvertes qui l’ont rendu célèbre la première est celle du Pliopithecus souvent cité comme le premier singe qui mit à bas la théorie de Cuvier. On détaillera cet aspect, et les légendes qui y sont associées. La découverte d’un autre singe, le Dryopithecus, du côté de Saint-Gaudens cette fois, mérite également une mention.

La carrière de Lartet s’est orientée en direction de la préhistoire. Aussi, devenu théoricien à part entière, Lartet conçoit-il la première chronologie du Quaternaire digne de ce nom. Il aura, de surcroît, la bonne fortune de découvrir un ivoire de mammouth gravé, la gravure représentant un mammouth, prouvant définitivement la contemporanéité de l’homme et des grands mammifères quaternaires : c’est l’ivoire dit de La Madeleine.

Si Lartet critiqua le cuviérisme dogmatique il ne devint pas évolutionniste quoiqu’ayant travaillé avec son collègue du Muséum Albert Gaudry, paléontologue évolutionniste s’il en est. Nommé à la chaire de paléontologie du Muséum en 1869, il ne put néanmoins y enseigner : malade, il dût retourner dans son Gers natal où il rend son dernier soupir au seuil de l’année 1871, l’année où Charles Darwin publie en Angleterre The Descent of man.

Pascal Tassy
MNHN, HDT, CR2P

 

Question ontologique

Cabinet Bonnier de la Mosson, Paris, Muséum national d’Histoire naturelle, bibliothèque centrale

Nos six séances précédentes ont permis d’esquisser la très grande variété des identités d’un établissement comme le Muséum national d’histoire naturelle. En définitive, ces rencontres ont représenté une sorte d’introduction nécessaire à la question fondamentale, la question identitaire qui sera traitée ce soir : qu’est-ce qu’un Muséum ?

Dans la vie du Muséum national d’histoire naturelle, ce questionnement s’est posé de manière impérieuse à de multiples reprises : bien sûr lorsqu’il s’est agi de transformer le Jardin du Roi en un Muséum, mais également en arrière-plan de toutes les crises institutionnelles, c’est-à-dire  lorsque le Muséum dut justifier son organisation ou sa raison d’être.

L’historien Camille Limoges a très bien montré, qu’après l’âge d’or des années 1793-1844 une nouvelle période s’ouvre dans les années 1849-1863. À ce moment-là, les particularités voire le particularisme affichés par le Muséum deviennent autant de sujets de controverses. Le Muséum apparaît alors comme une « anomalie ».

Le rapport Corne de 1849 évoque cette institution comme :

« Une branche détachée du tronc commun et qui vit un régime particulier. La puissance publique est absente de cet établissement, excepté pour en solder les dépenses. Les hommes de science n’occupent pas seulement les chaires, ils administrent dans toute la portée de ce mot. »

Aux reproches sur l’administration générale, à la mise en cause du fonctionnement de l’établissement par le biais de la critique de la gestion des collections, ne tarderont pas à se superposer des débats sur la ligne et la légitimité scientifique du Muséum.

En 1863, dans un mémoire en défense en réponse aux conclusions du rapport Allard de 1858, les professeurs du Muséum auront à cœur de démontrer que l’organisation de leur établissement n’est pas politique. Sa création en 1793 ne le marque pas du sceau du jacobinisme ou de quelque autre doctrine :

« Si le décret qui créa le Muséum d’Histoire naturelle est du 10 de juin 1793, il repose sur les principes du projet présenté à l’Assemblée nationale le 23 d’août 1790 » porté par les Officiers du Jardin du Roi et du cabinet d’Histoire naturelle : Daubenton, Lemonnier, Portal, Mertrud, Van Spaendonck, Brongniart, Lamarck, Desfontaines, Faujas, Thouin, Fourcroy, Lacépède, Jussieu.

Bien plus que la politique, c’est selon eux « la science qui a présidé à l’institution du Muséum ». Le Muséum est donc un établissement scientifique avant tout et les règles qui président à son fonctionnement traduisent la nécessité d’être au plus proche des exigences scientifiques.

Bien sûr le temps des professeurs-administrateurs du Muséum national d’histoire naturelle des statuts originels de 1793 est révolu.

Pourtant, au-delà des seuls accommodements juridiques et administratifs à un contexte scientifique, politique, social en perpétuelle évolution, le Muséum n’a jamais pu faire l’économie de ses réflexions ontologiques.

Dès lors, seul un chercheur armé, tant sur le plan philosophique que sur le plan de l’histoire des sciences était à même d’aborder, aujourd’hui, dans ce séminaire, cette question identitaire dans ses multiples dimensions.

Jean-Marc Drouin, professeur au Muséum national d’histoire naturelle, est l’un des plus fins connaisseurs du Muséum et de son histoire. C’est donc tout naturellement que celui-ci, en tant qu’historien et épistémologue des savoirs naturalistes, est invité à se pencher sur cette question qui vient clore cette première année du séminaire : Qu’est-ce qu’un Muséum ?

 Rappel de quelques éléments bibliographiques concernant Jean-Marc Drouin :

  • 2008. L’Herbier des philosophes, Paris, Seuil, (Coll. Science ouverte)
  • 2008. (Nouvelle édition revue et actualisée) Présentation de Charles Darwin, l’Origine des espèces, Paris, Flammarion, (Collection GF), traduction d’Edmond Barbier, revue par Daniel Becquemont.
  • 2004 (Avec Jean-Daniel Candaux et la collaboration de Patrick Bungener et René Sigrist) édition annotée des Mémoires et souvenirs d’Augustin-Pyramus de Candolle (1778-1841), Genève, Georg, [autobiographie d’un botaniste].
  • 1993. L’écologie et son histoire, Réinventer la nature. Préface de Michel Serres. Paris, Flammarion, (Champs). [Réédition de Réinventer la nature. L’écologie et son histoire, Paris, Desclée de Brouwer, 1991, 213 p.]
  • 1990. (avec Charles Lenay) Théories de l’évolution. Une anthologie, Paris, Presses Pocket, 212 p. [recueil de textes avec introduction et notes].

 

A. Hurel (MNHN)