Archives pour la catégorie Résumés

La préhistoire au Palais du Trocadéro, du Musée d’ethnographie au Musée de l’Homme (1878-1962)

Le petit architecte. N° 116, Exposition Universelle de 1878, le Palais du Trocadéro (Source : Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, FOL-LI-59)
Le petit architecte. N° 116, Exposition Universelle de 1878, le Palais du Trocadéro (Source : BNF, département Estampes et photographie, FOL-LI-59)

L’Exposition universelle de 1867 à Paris avait offert à la Préhistoire une consécration scientifique et populaire. Le succès de l’exposition française de l’Histoire du travail avait été d’abord celui de sa première salle dédiée à « La Gaule avant l’emploi des métaux ». Celle de 1878,  lui fournira une nouvelle vitrine de choix en accordant une place importante aux Préhistoriques dans l’exposition des sciences anthropologiques. Cette fois, elle consacrera une Préhistoire fondée sur l’alliance de l’Ethnographie et de la Paléontologie humaine.

La création du Musée ethnographique des Missions scientifiques (1878) puis son installation en tant que Musée d’Ethnographie (MET) au Palais du Trocadéro (1879), se sont faites selon un principe de partage des responsabilités : les collections d’Anthropologie et d’histoire naturelle vers le Muséum national d’histoire naturelle et à confier celles d’Archéologie préhistorique françaises au Musée des Antiquités nationales (MAN) de Saint-Germain-en-Laye.

La mission scientifique du Musée ethnographique serait de donner à voir des séries d’objets permettant de suivre l’évolution des populations depuis les temps antéhistoriques. Elles constitueraient le « meilleur commentaire des théories préhistoriques, qui ne tiennent pas toujours assez compte des progrès ou des décadences de la civilisation. » Ainsi, dès l’origine et à travers une accumulation de pièces, la Préhistoire se voit associée à une ethnographie qui vise à « l’étude de toutes les manifestations de l’activité humaine[1] ».

Par-delà les principes originels, la capacité de la Préhistoire à se faire une place au MET puis au Musée de l’Homme se révéla plus précaire que prévu.

L’histoire de ces institutions dévoile la difficulté de ce domaine scientifique à s’insérer dans une organisation largement dominée par une Ethnologie d’essence coloniale et par l’Anthropologie physique. Dans ce contexte, elle peut apparaître reléguée au rang de supplétive.

Cette situation amène à s’interroger, plus largement, sur la place de la Préhistoire en tant que discipline autonome et légitime dans la cohérence du dispositif des sciences de l’Homme (enseignement, collections, expositions), depuis la prise de fonctions par Paul Rivet à la chaire d’Anthropologie du Muséum (1928) et à la direction du MET jusqu’à l’installation effective au Musée de l’Homme de la chaire de Préhistoire créée en 1962.

Arnaud Hurel (mars 2015)

[1] E.-T. Hamy, « Rapport sur le Musée ethnographique à M. le ministre de l’Instruction publique au nom de la Commission spéciale », in E.-T. Hamy, Les Origines du Musée d’Ethnographie, op. cit., p. 306.

Postérité de Lamarck

"La postérité vous admirera, elle vous vengera, mon père" Aménaïde Cornélie Lamarck à son père. Monument Lamarck, Muséum.
“La postérité vous admirera, elle vous vengera, mon père” Aménaïde Cornélie Lamarck à son père. Monument Lamarck, Muséum.

La question de la réputation de Lamarck pendant sa vie et immédiatement après sa mort est très complexe. Pour la majorité des historiens, Lamarck aurait été défait de son vivant même, par Cuvier et d’autres naturalistes, qui dénonçaient son amour pour les spéculations oisives.

Des historiens éminents et à contre-courant ont au contraire affirmé que Lamarck avait beaucoup de disciples, notamment en France et en Angleterre. L’examen critique du problème, avec l’appui de deux cas majeurs de réactions à Lamarck en France et en Angleterre, nous permettra de faire un pas de plus vers une historiographie moins anachronique et « militante ».

Pietro Corsi