Archives pour la catégorie Résumés

Alfred Grandidier et le Muséum national d’histoire naturelle

Alfred Grandidier, photographie d'Eugène Pirou, © Muséum national d’histoire naturelle, Direction des bibliothèques et de la documentation
Alfred Grandidier (1836-1921), photographie d’Eugène Pirou, © Muséum national d’histoire naturelle, Direction des bibliothèques et de la documentation

Si Alfred Grandidier, célèbre explorateur du XIXe siècle aujourd’hui un peu oublié, n’a jamais occupé de fonction officielle au Muséum, il n’en a pas moins joué un rôle notable dans son administration.

Devenu correspondant du Muséum en 1867, l’explorateur se contente toute sa vie de ce titre modeste, qui ne reflète pas l’influence de l’homme sur la vénérable institution. Pourvoyeur de collections minéralogiques et botaniques américaines dès 1859, puis d’une impressionnante collection zoologique de l’Océan Indien à partir de 1867, Alfred Grandidier obtient à la fin du siècle un bureau et un laboratoire personnels dans les locaux du Muséum. Surtout, il participe aux choix scientifiques et politiques de l’établissement, dans le contexte de l’expansion coloniale française, à la faveur de sa proximité intellectuelle et amicale avec le directeur du Muséum, Alphonse Milne-Edwards.

L’empreinte laissée par Alfred Grandidier mérite d’être redécouverte, d’autant qu’elle correspond à une période importante de l’histoire du Muséum lui-même.

Jehanne-Emmanuelle Monnier

Pour aller plus : éléments de la présentation faite par J.E. Monnier le 21 mai 2015.

OWikipedia: O is the fifteenth letter an

La préhistoire au Palais du Trocadéro, du Musée d’ethnographie au Musée de l’Homme (1878-1962)

Le petit architecte. N° 116, Exposition Universelle de 1878, le Palais du Trocadéro (Source : Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, FOL-LI-59)
Le petit architecte. N° 116, Exposition Universelle de 1878, le Palais du Trocadéro (Source : BNF, département Estampes et photographie, FOL-LI-59)

L’Exposition universelle de 1867 à Paris avait offert à la Préhistoire une consécration scientifique et populaire. Le succès de l’exposition française de l’Histoire du travail avait été d’abord celui de sa première salle dédiée à « La Gaule avant l’emploi des métaux ». Celle de 1878,  lui fournira une nouvelle vitrine de choix en accordant une place importante aux Préhistoriques dans l’exposition des sciences anthropologiques. Cette fois, elle consacrera une Préhistoire fondée sur l’alliance de l’Ethnographie et de la Paléontologie humaine.

Lire la suite La préhistoire au Palais du Trocadéro, du Musée d’ethnographie au Musée de l’Homme (1878-1962)

Postérité de Lamarck

"La postérité vous admirera, elle vous vengera, mon père" Aménaïde Cornélie Lamarck à son père. Monument Lamarck, Muséum.
“La postérité vous admirera, elle vous vengera, mon père” Aménaïde Cornélie Lamarck à son père. Monument Lamarck, Muséum.

La question de la réputation de Lamarck pendant sa vie et immédiatement après sa mort est très complexe. Pour la majorité des historiens, Lamarck aurait été défait de son vivant même, par Cuvier et d’autres naturalistes, qui dénonçaient son amour pour les spéculations oisives.

Des historiens éminents et à contre-courant ont au contraire affirmé que Lamarck avait beaucoup de disciples, notamment en France et en Angleterre. L’examen critique du problème, avec l’appui de deux cas majeurs de réactions à Lamarck en France et en Angleterre, nous permettra de faire un pas de plus vers une historiographie moins anachronique et « militante ».

Pietro Corsi

Le Musée d’ethnographie du Trocadéro et le Musée de l’Homme face ou dans le Muséum ?

affiche-mh-1938
© BC MNHN

Dans la foulée de l’exposition universelle de 1878, l’État fonde le Musée d’Ethnographie du Trocadéro. Directement placé sous la tutelle du ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, il est destiné, selon le vœu formulé par Jules Ferry, à présenter « l’histoire des mœurs et des coutumes des peuples de tous les âges ».

L’établissement de ce nouveau musée permet alors, non seulement de centraliser les collections d’objets provenant des missions scientifiques effectuées de par le monde, mais aussi de procurer aux collections « ethnographiques » un statut légitime et autonome au sein des musées français. Cependant, le Musée d’Ethnographie du Trocadéro permet surtout d’afficher la politique de la jeune IIIe République, en présentant les objets liés à des pratiques culturelles sensées disparaître en raison de la colonisation et de la mise en place de l’État-nation dans les régions métropolitaines.

Lire la suite Le Musée d’ethnographie du Trocadéro et le Musée de l’Homme face ou dans le Muséum ?