Archives de catégorie : Résumés

Chimistes au Muséum

Fremy (à gauche) et ses élèves : manipulations sur la paillasse extérieure  (Cliché : Petit 1881) Bibliothèque Centrale MNHN
Fremy et ses élèves : manipulations sur la paillasse extérieure
(Cliché : Petit 1881) Bibliothèque Centrale MNHN

En 1626, ses médecins convainquent le roi Louis XIII de créer à Paris un Jardin des plantes médicinales et un droguier pour y donner un enseignement rénové de la médecine et de la pharmacie, avec des démonstrations d’Anatomie humaine, de Botanique et de Chimie. Naissait alors une institution où seront écrites de très belles pages de l’histoire de la chimie.

William Davisson d’origine écossaise, médecin et chimiste disciple de Paracelse, y fait dès 1648 et en français les premiers cours publics de chimie. Puis, à la fin du XVIIe siècle sous l’influence de Fagon commence à se développer l’étude de l’histoire naturelle à côté de l’aspect médical.

Buffon, intendant du Jardin à partir de 1739, crée le Cabinet d’histoire naturelle et oriente les études et les enseignements vers l’histoire naturelle dans toute son étendue. Il s’entoure des scientifiques les plus réputés de l’époque et en 1743 fait appel à Guillaume François Rouelle comme démonstrateur de chimie. Par l’intérêt de ses démonstrations, son enthousiasme et sa passion pour la chimie qu’il savait communiquer, Rouelle attire au Jardin un public considérable, encyclopédistes, économistes, philosophes, et surtout il forme les chimistes français de l’époque révolutionnaire (Lavoisier, Macquer, Darcet, Baumé…). C’est le début du siècle d’or de l’institution, avec des naturalistes et des expérimentalistes de premier plan. Hilaire Marin Rouelle succède à son frère et découvre l’urée en 1773. À la fin du XVIIIe siècle, les cours de Fourcroy, ardent propagandiste des théories nouvelles de Lavoisier, attirent une audience telle que l’ancien amphithéâtre ne suffit plus, ce qui amène Buffon à décider la construction d’un nouveau bâtiment, aujourd’hui le GAM.

Pendant la révolution, Fourcroy, membre de la Convention, contribue à la rénovation de l’enseignement public en France et continuera son œuvre jusque sous le premier empire avec l’organisation de l’Université impériale. Sous l’influence de Fourcroy, le décret de la Convention du 10 juin 1793, transforme le Jardin du Roy en Muséum d’Histoire naturelle. Douze chaires avec une large autonomie pour la gouvernance accordée à leurs titulaires, sont alors créées, dont deux de chimie, l’une consacrée aux aspects théoriques (Chimie générale) illustrée après Fourcroy par Gay-Lussac et l’autre aux applications (Arts chimiques) avec Vauquelin, puis Chevreul. C’est le temps du renouveau de la chimie commencé par Lavoisier. Vauquelin découvre le chrome à partir d’un échantillon de crocoïte des collections de minéralogie. Ensuite, au cours de sa très longue carrière au Muséum (86 ans), Chevreul marque la chimie par ses découvertes sur les graisses animales et fonde la chimie des corps gras. Entre 1813 et 1815, il isole, caractérise et nomme le cholestérol et les principaux acides gras, puis explique la saponification et en tire une application avec la fabrication des bougies stéariques. Par la suite, ses travaux sur les couleurs influenceront non seulement les peintres néo-impressionnistes (Signac, Seurat), mais aussi des artistes du XXe siècle (Delaunay). Enfin, sa longévité marquera ses contemporains avec les fastueuses cérémonies de son centenaire en 1886 et lui permettra d’établir des records.

En 1850, les deux chaires de chimie sont renommées, la première Chimie appliquée aux Corps inorganiques avec comme titulaire Fremy et la seconde Chimie appliquée aux Corps organiques dont le titulaire reste Chevreul jusqu’en 1889. C’est aussi une époque de crise pour le Muséum dont la gouvernance est critiquée. Chevreul, directeur du Muséum défend vigoureusement l’institution. De plus, en ce milieu du XIXe siècle, une phase de déclin est observée pour le Muséum et Fremy qui partage souvent la direction de l’établissement avec Chevreul, s’efforce de trouver de nouvelles voies. Constatant le développement de l’industrie chimique en Europe et l’absence de formation pratique pour les chimistes à l’Université, il crée en 1864 au Muséum, avec l’appui de Chevreul et du ministre Duruy, une École de chimie gratuite et où une formation expérimentale de la chimie complète les cours théoriques. Cette école qui fonctionnera jusqu’en 1892, formera 1400 élèves, dont beaucoup se sont orientés vers l’industrie, mais dont certains ont eu des carrières universitaires brillantes tels H. Moissan, G. Bertrand, J. Curie… Les recherches de Fremy portent sur de nombreux sujets en chimie inorganique : des métaux de la mine de platine, aux fluorures et à la synthèse du rubis. Mais aussi en chimie organique: il isole l’acide palmitique, s’intéresse à la nature des ferments, à la saponification des graisses… et enfin aux applications industrielles de la chimie. À la fin du XIXe siècle les formations de l’École  de Fremy pouvant être acquises à l’Université et dans les écoles de chimie alors créées, son École est fermée. Simultanément la chaire de Fremy est supprimée et lui-même est mis à la retraire dont l’âge légal venait d’être fixée à 75 ans.

Arnaud, successeur de Chevreul, s’établit alors dans les locaux de Fremy pour y développer ses recherches en chimie végétale. Il découvre un médicament cardiotonique (Ouabaïne) à partir d’un poison de flèches utilisé par les ethnies Somalis. Plus récemment Mentzer et Molho s’intéressent aux anticoagulants et synthétisent un médicament antithrombotique (Pindione) analogue structural d’un anticoagulant naturel.

Actuellement les recherches des équipes de chimie sont orientées vers des aspects d’écologie chimique, avec l’étude des substances naturelles impliquées dans les interactions biotiques entre des micro-organismes et des organismes animaux où végétaux: champignons endophytes, interactions bactéries/organismes marins, bactéries de l’écosystème intestinal. Dans le cadre de collaborations internationales, sont développées des recherches sur les plantes médicinales ou toxiques, dans le but de découvrir les molécules responsables des effets observés.

B. Bodo

René Verneau et l’étude des Aborigènes guanches des Îles Canaries

Le professeur René Verneau (1852-1938)
Le professeur René Verneau (1852-1938)

En 1877, René Verneau (1852-1938) effectuait son premier séjour d’étude aux îles Canaries. Son objectif était de tester les théories de ses mentors scientifiques du Muséum national d’histoire naturelle, Ernest-Théodore Hamy et Armand de Quatrefages, sur les rapports entre la race de Cro-Magnon, définie depuis 1868, et les populations aborigènes des Canaries, appelées collectivement guanches d’après les études de Sabin Berthélot en 1842.

Cette idée, déjà avancée par Paul Broca, faisait partie d’une démarche scientifique plus large, celle de l’enquête sur les origines ethniques des populations d’Europe et d’Afrique du Nord, déclenchée par le processus de colonisation de ces derniers territoires. Concrètement, en Espagne péninsulaire, l’étude des populations aborigènes des Canaries fut liée à cette époque à une théorie sur les origines de la « race ibérique », mise en relation avec les populations préhistoriques du nord de l’Afrique, dont les berbères.

Publié en 1876, Los aborígenes ibéricos o los Bereberes en la Península ouvrage de Francisco María Tubino – secrétaire de la Société d’anthropologie espagnole de Madrid –, mobilise études anatomiques, données archéologiques et observations ethnographiques à l’appui de cette théorie née dans un contexte d’échanges étroits entre anthropologues français et espagnols.

Cette communication vise à replacer dans leur contexte historique les études de Verneau à propos de l’anthropologie des populations canariennes et à s’interroger sur le rôle des transferts scientifiques au-delà des frontières nationales dans la production du savoir. Finalement, on va prêter aussi attention à la formation des collections anthropologiques canariennes à Paris, en particulier dans la Section d’Anthropologie organisée pendant l’Exposition Universelle de Paris de 1878 au Palais du Trocadéro.

égalementThe Free Dictionary: De façon égale, identique: Ces deux idées sont également intéressantes.

Évolution des expositions du Muséum

L’ancienne Galerie de zoologie du Muséum

Le concept d’exposition tel qu’il pourrait être très schématiquement défini – présentation publique d’une sélection d’éléments en collection en vue de la transmission d’un message – ne recouvre qu’une période, relativement tardive, des 4 siècles d’histoire des musées.

Au Muséum, l’on pourrait fixer à l’inauguration des galeries de 1898 cette innovation qui marque la rupture entre, d’une part, la conception de lieux qui visaient à l’exhaustivité en s’apparentant à des réserves visitables scénographiées, comme la galerie de zoologie de 1889 et, d’autre part, la galerie de paléontologie avec son troupeau de l’évolution, serait-il encore fragmentaire en 1898. Quelle que soit la mutation à l’œuvre entre ces formes de mise à voir les collections, cette évolution est – comme les présentations antérieures – déterminée par la volonté de scientifiques soucieux de promouvoir et faire partager certains aspects de leurs disciplines.

Cette mutation, puis l’évolution des expositions, reflète ainsi principalement des évolutions des idées scientifiques et témoigne souvent de tensions entre telles ou telles écoles, parfois au sein même du Muséum, jusque dans le courant du XXe siècle.

Depuis quelques décennies, la professionnalisation des métiers de l’exposition, la remise en cause du concept de propagation des idées scientifiques au profit de celui de médiation prenant en compte les questionnements des scientifiques et de la société puis, plus récemment, l’emprise de l’économie du loisir, amènent les scientifiques, au Muséum comme ailleurs, à négocier avec de nouveaux acteurs la politique culturelle de leurs établissements.

Dans ce nouveau contexte, les expositions – réalisées ou rejetées – reflètent non seulement les avancées et tensions liées au savoir scientifique, mais aussi les approches des divers acteurs.

L’analyse des expositions ne peut plus se réduire comme dans la longue période précédente à leur dimension « de miroirs épistémologiques de l’évolution des idées scientifiques », tant elles témoignent des nouvelles hiérarchies à l’œuvre au sein des institutions scientifiques et muséales.

Michel Van Praët

 

Références

« Les expositions scientifiques « miroirs épistémologiques » de l’évolution des idées en sciences de la vie », Bulletin d’Histoire et d’Épistémologie des Sciences de la Vie, 1995, 2 (1), p. 52-69.

« Muséums et collections d’histoire naturelle : quelle place dans l’histoire des musées ? », Histoire de l’Art, 2008, 62, p. 11-18