Quand le cabinet du Roi devient le Muséum : accroissement et réorganisation des collections (1788-1797)

Tableau des découvertes du Capitaine Cook et de La Pérouse (cl. B. Daugeron)

En juin 1793, dans la tourmente révolutionnaire, rien ne prédisait la succession du Muséum national d’Histoire naturelle au Cabinet du Roi du Jardin des Plantes. Bien que le basculement entre ces deux institutions naturalistes se fasse dans une apparente continuité avec une permanence du personnel scientifique et l’installation dans les mêmes lieux, il y a une rupture nette avec un  programme naturaliste axé désormais sur la classification et non plus sur une mise en récit du monde naturel. L’héritage de Buffon est liquidé au profit du classificateur Linné, l’ancien rival.

Cette rupture épistémologique se concrétise sur le plan des collections qui sont étendues par les saisies et confiscations tant en France et à l’étranger, et par l’organisation d’expédition au long cours. De plus elles sont organisées selon un ordre méthodique qui fait tente de mettre en correspondance les activités de Ranger et Classer. Entre la mort de Buffon (1788) et le départ de la Belle Angélique (1797) pour les Caraïbes se joue le début de l’âge d’or du Muséum et l’accroissement considérable de ses collections.

Bertrand Daugeron

 

 

 

A La Recherche de L’Espérance, Revisiter la rencontre des Aborigènes tasmaniens avec les Français (1772-1802)
aux éditions Ars apodemica (distribution Librest)

348 pages, 22 cm sur 21, plus de 300 illustrations et photographies couleurs.
Dans toutes les bonnes librairies et sur http://www.ars-apodemica.fr/ (38€ franco de port)

 

Collections naturalistes entre science et empires (1763-1804), Paris, Publications scientifiques du Muséum national d’Histoire naturelle, collection “Archives” 2009, 635 p.

ISBN 978-2-85653-641-4.