Quand le cabinet du Roi devient le Muséum

Collections naturalistes entre science et empires (1763-1804)

Le mois dernier, à l’occasion de la séance d’ouverture de ce séminaire, nous avons eu le plaisir d’accueillir le professeur Philippe Taquet venu nous parler de Cuvier.

Sa présentation nous a permis de dépasser une certaine historiographie un peu hâtive dans ses conclusions sur un Cuvier paré du mauvais rôle, celui qui serait opposé aux savoirs émergents en jouant et abusant de sa position sociale et académique.

Bien sûr, la réalité est une fois encore plus complexe. L’homme de certitudes et de partis-pris que fut Cuvier fut aussi et d’abord, ne l’oublions pas, un grand scientifique et, sur le plan institutionnel, le protecteur du Muséum à cette période essentielle de la fondation sur les bases construites par la révolution.

Le voyage naturaliste, ou plutôt le voyage d’observation et de collecte pour ne pas « voyager inutilement », pour paraphraser le titre d’un mémoire de Baudelot de Derval publié en 1688, est une pratique ancienne.

La collecte d’objets et de type, et donc l’expédition de terrain, sont consubstantiels au Muséum national d’histoire naturelle. Il s’agit l’un d’un caractère identitaire pérenne de cet établissement.

Dès l’origine, son activité se déploie sous la contrainte des contingences de la réalité du terrain qui permet de réunir ces pièces qui vont ensuite prendre place dans l’ordonnancement de la nature tel qu’il est pratiqué au Jardin des Plantes.

Les conséquences de cette chaîne opératoire du savoir sont connues :

  • Voyager comporte des risques – le succès de l’entreprise n’est jamais garanti et il représente un coût humain et financier –, mais c’est aussi la rencontre d’un inconnu qui est à la fois naturel et humain.
  • La collecte est un acte accompli in vivo, au contact d’un milieu naturel et de populations humaines. Cette découverte de l’autre est l’une des grandes variables inconnues de ces voyages naturalistes.
  • Enfin, un autre point essentiel concerne le sens et le destin des objets collectés. Le questionnement est à la fois épistémologique, heuristique et interroge très tôt et très directement sur la politique de conservation d’une institution aussi jeune que le Muséum, que ce soit en terme de moyens voire d’objectifs.

Nous avons souhaité demander à Bertrand Daugeron de nous aider à réfléchir au sein de ce séminaire sur toutes ces tensions qui se font jour autour des pièces d’histoire naturelle ou des artéfacts collectés dans les premières années d’un Muséum porté sur le fonts baptismaux par la révolution avec pour mission : « l’enseignement public de l’histoire naturelle, prise dans toute son étendue et appliquée particulièrement à l’avancement de l’agriculture, du commerce et des arts. ».

Tout de suite, l’on pressent les difficultés et malentendus qui vont se faire jour du fait des missions confiées à cet établissement et de la réalité des collections qui vont lui être confiées.

Pour aborder une telle question, c’est-à-dire  savoir où se construit en définitive la science à l’aube du XIXe siècle – entre le cabinet des naturalistes et le terrain – il nous a semblé que Bertrand Daugeron saurait apporter un éclairage à la fois riche et singulier. Historien aux publications reconnues, Bertrand Daugeron est aussi un homme de terrain pour lequel la rencontre de l’autre et l’échange participent à la construction du savoir.