Les Grimaldi en leur cabinet de curiosités

Cabinet de Joseph Bonnier de La Mosson (1702-1744) à la médiathèque du Muséum national d’histoire naturelle 

Les Grimaldi en leur cabinet de curiosités
Les princes de Monaco, la science et le Jardin du Roi

 

Jusque-là seigneur de Monaco, Honoré II (1597-1662) prend, en 1612, le titre de prince. En 1641, il se place sous la protection du roi de France qui confirme, par le traité de Péronne, sa souveraineté. Parallèlement à son effort d’affirmation politique, il s’attache à intégrer la société européenne des princes en adoptant les pratiques culturelles de la distinction monarchique.
Souverains à Monaco et grands aristocrates en France, les Grimaldi constituent, au XVIIe siècle, des cabinets de curiosités. Miroirs de souveraineté, substituts de regalia ou de mirabilia, ces objets rares et précieux publient l’éminence de la dynastie aux yeux des visiteurs de leur palais, en particulier des voyageurs savants en route vers l’Italie. Leur qualité en fait des hôtes choyés par les princes. Même si certains, comme le mathématicien Bernouilli ou l’astronome Cassini n’ont qu’une vision rapide et lointaine de la Principauté, d’autres, comme le géologue Saussure, le naturaliste Millin ou le médecin botaniste Fodéré usent de leur regard de spécialistes pour décrire les spécificités du petit État dans leur discipline. Certains s’arrêtent, comme le père jésuite Laval, en 1719, pour faire des expérimentations devant le prince Antoine Ier (1661-1731), qui, dans sa bibliothèque, conserve des outils de géométrie. Amateur d’art et esprit éclairé, Jacques Ier (1689-1751) achète, quant à lui, des instruments du cabinet de Bonnier de La Mosson. La provenance prestigieuse de ces objets distingue et sanctionne sa curiosité. À la fin du XVIIIe siècle, la science devient « utile » et objet de gouvernement. Honoré III (1720-1795) commande des mémoires sur la culture du mûrier. Il fait venir de façon précoce des chevaux anglais pour améliorer la race normande et recourt à l’expertise d’un agronome d’outre-Manche pour mettre en valeur ses terres. À Monaco, il fait évaluer par le géologue Faujas de Saint-Fond un filon charbonneux qui, un temps, fait croire à une possible industrialisation de la Principauté. Homme de son temps et des usages de son ordre, le dernier prince d’Ancien Régime sacrifie à la frénésie mesmérienne et à la mode parisienne des expériences publiques. Même si l’histoire continue à être un goût dominant, les « sciences et arts » sont bien représentés dans les bibliothèques des Grimaldi au siècle des Lumières. Quelques ouvrages savants et techniques leur sont dédiés. Les jeunes princes reçoivent les rudiments d’une éducation scientifique, en particulier dans le domaine des mathématiques. Georges Cuvier est même, pendant la Révolution, le précepteur fortuit du futur prince Honoré V (1778-1841). L’exemple des souverains entraîne quelques sujets, gens de cour ou ecclésiastiques de la Principauté, à s’investir dans les sciences. Le milieu naturel local les amène souvent à s’intéresser à la botanique. Lamarck, en garnison à Monaco, y aurait d’ailleurs fait ses premières observations.
Si, dans le domaine du connoissorship scientifique, les Grimaldi suivent les usages de leur temps, peut-être plus qu’ils ne les précèdent, ils instrumentalisent les sciences et les savants à des fins de reconnaissance culturelle et de légitimation politique. Laboratoire des grandes cours européennes, le palais de Monaco peut ainsi être vu comme un observatoire privilégié des rapports qu’entretiennent aux XVIIe et XVIIIe siècles, les princes et les savants et un marqueur de la propagation de la culture scientifique jusque dans les petites cours.

 

Thomas Fouilleron
Directeur des archives et de la bibliothèque du Palais princier de Monaco
Docteur en histoire – Chercheur associé au Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine (EA 1193 – Université de Nice Sophia Antipolis)

 

Edouard Lartet

Notice sur la colline de Sansan, par Édouard Lartet, Jean Baptiste Noulet,M. l’abbé Dupuy, M. de Boissy, Auch, 1851 

C’est un grand plaisir d’ouvrir la deuxième année du séminaire de recherche «Le Muséum national d’histoire naturelle, objet d’Histoire», séminaire est organisé conjointement par le Centre Alexandre Koyré en histoire des sciences, UMR rattachée au département Hommes-natures-sociétés du Muséum, et l’UMR « histoire naturelle de l’homme préhistorique » du département de préhistoire du Muséum.

Cette année encore l’École doctorale 227 du Muséum a bien voulu inscrire ce séminaire au programme de ses modules de formation destinés à ses doctorants.

Nous souhaitions ouvrir ce cycle en nous arrêtant sur une personnalité, Édouard Lartet, et un domaine, la paléontologie. Pour cela, à qui d’autre qu’à l’un de ses successeurs en ces murs aurions-nous pu faire appel ? Nous nous sommes donc tournés vers Pascal Tassy, professeur au Muséum, qui nous a fait l’honneur et l’amitié de répondre à notre appel.

Pascal Tassy est un paléontologue, spécialiste des mammifères fossiles et plus spécifiquement de la phylogénie des proboscidiens. Il est l’auteur d’une production scientifique remarquée dans ce domaine, mais il est aussi un chercheur qui s’intéresse à la phylogénie des idées scientifiques.

Deux illustrations à cet égard.

Tout d’abord, son dernier livre publié, L’invention du mastodonte. Aux origines de la paléontologie paru chez Belin (2009), œuvre à la fois scientifique, historique et personnelle.

Ensuite, ses travaux sur Albert Gaudry, le successeur de Lartet au Muséum, et son étude de l’évolutionnisme professé par ce paléontologue chrétien. On citera en particulier son analyse des marginalia écrites par Gaudry sur son exemplaire personnel de L’Origine des espèces de Darwin : « Albert Gaudry et l’émergence de la paléontologie darwinienne au XIXe siècle » (Annales de Paléontologie, 92, 2006, p. 41-70)

L’exposé de Pascal Tassy, ce soir, nous invite à un voyage dans le temps, celui de l’histoire de la vie et de l’histoire des sciences, et dans l’espace, entre le Gers et Paris à la suite d’Édouard Lartet.

Pour les historiens des sciences de la nature et de l’Homme, Lartet est un personnage incontournable par son apport fondamental à la reconnaissance de la haute antiquité de l’Homme dont il n’a pas hésité à faire un contemporain d’un primate fossile, le Pliopithèque. Un autre de ses apports réside dans la connaissance de l’homme antéhistorique que ses travaux de terrain ont apportée en mettant au jour les œuvres même de cet homme préhistorique, c’est-à-dire ses outils et son art mobilier.

Lartet a apporté la preuve de cette haute antiquité de l’Homme en montrant l’association des productions matérielles humaines avec des restes fossiles d’animaux disparus de nos régions et en mettant en évidence la présence « d’empreintes et d’entailles » sur ces ossements. Incisions indubitablement faites par l’homme lorsque ces os étaient encore frais.

Le cadre personnel de pensée dans lequel Lartet inscrit ses découvertes et ses analyses est original. Il s’agit de cette troisième voie de l’histoire de la vie que Lartet emprunte à la suite d’Henri de Blainville, la voie de la création unique, originelle et complète.

Lartet n’est pas catastrophiste comme Cuvier et ses disciples. Lartet n’est pas plus évolutionniste au sens Lamarckien.

Créationniste et fixiste, Lartet n’en est pourtant pas moins l’un des artisans majeurs de la découverte de la profondeur antéhistorique de l’histoire de la vie. L’immensité des temps ne l’effraye pas, qu’il s’agisse des animaux ou de l’Homme.

Cet homme préhistorique dont il s’évertue à démontrer la richesse des productions est pour Lartet un être créé et accompli au jour de sa création. Prenons l’exemple de son étude de la grotte d’Aurignac. De ce gisement, il retient la démonstration de la permanence des aspirations humaines. Avec Aurignac, Lartet construit en 1861 le modèle idéal de la grotte sépulcrale de l’âge du renne. Il y voit un lieu d’habitation mais aussi un lieu de sépulture où s’accomplissaient des rites et devant lequel des festins étaient organisés pour honorer les morts.

Pendant plus d’une décennie, Aurignac a été la référence obligée, le site de comparaison pour toute nouvelle découverte, celui que d’autres vont en vain chercher à retrouver à Bruniquel, Cro-Magnon, Laugerie-Basse, Solutré et dans d’autres sites encore. Ce n’est que dix ans plus tard, juste après la mort de Lartet, qu’Émile Cartailhac et Eugène Trutat vont mettre à mal ce qu’ils appelèrent la « poésie d’Aurignac ».

Évoquant Lartet, Goulven Laurent a pu écrire : « Son nom est resté célèbre dans les annales de la Paléontologie pour l’importance de ses découvertes ; mais, lorsqu’on interroge son œuvre, on se rend compte que c’est bien plus leur prestige, que l’originalité de ses idées, qui a été à l’origine de sa réputation. » (Goulven Laurent, Paléontologie et évolution en France de 1800 à 1860. Une histoire des idées de Cuvier et Lamarck à Darwin, Paris, Éditions du CTHS, 1987)

L’un des objectifs de ce soir est donc de revenir sur ces découvertes importantes qui ont fait la célébrité de Lartet, mais aussi de s’arrêter sur les idées de ce chercheur et discuter la pertinence du qualificatif de « peu originales ».

A. Hurel (MNHN)