L’herbier des philosophes

L'Herbier des philosophes. J.-M. Drouin

L’Herbier des philosophes
Jean-Marc Drouin
Paris, Éditions du Seuil, collection “Science ouverte”, 320 p.

Science « aimable » et populaire, art d’effeuiller la marguerite, la botanique, devenue partie prenante de la recherche en biologie, a longtemps été le lieu d’affrontement de grandes querelles philosophiques auxquelles prirent part Leibniz et Rousseau, Goethe, Coleridge ou Condorcet. Le système sexuel développé dans la Philosophie botanique de Linné n’offusqua pas seulement la très puritaine Encyclopaedia Britannica, il inspira aussi diverses classifications zoologiques, voire ? à Auguste Comte ? une classification des sciences au parfum végétal bien marqué. Quant à Charles Darwin, on ne s’étonnera pas de le trouver ici penché sur primevères et orchidées, trouvant dans la botanique quelques idées-forces de sa théorie.

Au terme de cette excursion très rousseauiste, on se prend à penser que s’il n’y eut jamais, comme le disait Kant, de « Newton du brin d’herbe », le végétal eut cependant de patients observateurs, de hardis théoriciens et de merveilleux penseurs.

Linné et le Jardin du roi

Statue de Buffon par Jean Carlus (1908)

Pascal Duris évoque lors de cette séance l’histoire d’une relation tumultueuse. Une histoire qu’on peut schématiquement diviser en trois grandes périodes : d’abord celle de l’affrontement de deux visions/conceptions bien différentes de la nature et de l’histoire naturelle, celles de Linné et de Buffon, ce dernier étant intendant du Jardin du roi au moment où Linné devient la figure emblématique de l’histoire naturelle européenne, et dans une moindre mesure du débat entre Linné et les Jussieu, époque qui se termine avec la mort de Linné en 1778 ; celle, ensuite, de la décennie 1778-1788, au cours de laquelle les naturalistes français commencent à afficher ouvertement leur adhésion aux idées linnéennes, époque marquée par la fondation à Paris, en décembre 1787, et à Londres l’année suivante, de deux Sociétés dites linnéennes, les premières au monde, et qui s’achève avec la mort de Buffon en 1788 ; celle, enfin, qui va de la mort de Buffon, en 1788, à la création du Muséum national d’histoire naturelle, le 10 juin 1793, qui voit notamment l’inauguration au mois d’août 1790, par des naturalistes enfin libérés de l’autorité écrasante de Buffon, d’un buste de Linné sous le cèdre du Liban, au pied du labyrinthe.

Au demeurant, l’histoire du linnéisme en France et en Europe ne s’arrête pas en 1793, mais commence au contraire à revêtir à partir de cette date la forme d’un véritable culte. La célébration en Suède en 1807 du centenaire de la naissance de Linné marque le début d’une sorte de « canonisation » à laquelle contribueront, à partir de 1818, une multitude de Sociétés linnéennes partout en France (Bordeaux, Lyon, Caen, etc.) et dans le monde. Ce néolinnéisme (ou renouveau des idées linnéennes sous la Restauration) vise paradoxalement à célébrer Linné au moment où son œuvre est scientifiquement dépassée par celle de Jussieu. Mais ceci est une autre histoire…

Texte intégral de Linné et le Jardin du roi (Pascal DURIS, 12.04.2012)

Linné et le Jardin du roi – Pascal Duris

 

Linné et la France (1780-1850)

Pascal Duris Linné et la France

Pascal Duris Linné et la France : 1780-1850

Droz – Histoire des Idées et Critique Littéraire

Présentation de l’éditeur : Linné (1707-1778), auteur de la nomenclature binaire des plantes, a très vite été idolâtré par les amis de la Nature en France. Rousseau l’invoque de façon touchante. Cependant, les milieux officiels d’Ancien Régime lui préféraient Buffon. Par réaction, au moment de la Révolution, la réputation de Linné monta à son zénith. De nombreuses Sociétés linnéennes se fondèrent à Paris et surtout dans les villes méridionales, dont M. Duris retrace l’histoire mouvementée. Peu à peu, les travaux de Jussieu et de Lamarck tendirent à supplanter Linné dans l’esprit de beaucoup de gens. Vers le milieu du XIXe siècle, les controverses s’apaisent, les Linnéens se réconcilient avec les adeptes de Jussieu. La vie du « Prince des botanistes » devient, grâce à la littérature populaire, un exemple à méditer pour la jeunesse.