La Ménagerie dans les années 1930, patrimoine scientifique et artistique du Muséum

L’une des rotondes où les Singes s’ébattent en plein air. Feuillée-Billot, A. “La nouvelle singerie du Muséum national d’histoire naturelle.” La Nature 62, n°2939 (15 octobre 1934) : 367.

Au tournant du XXe siècle, on croyait généralement que la Ménagerie de Paris, le zoo public le plus ancien du monde, avait grandement besoin d’être rénovée. Deux grands édifices – une Singerie par François-Benjamin Chaussemiche (1864-1945) et une Fauverie par René Berger (1878-1954) – furent finalement construits dans les années 1930. Dans les deux cas, l’architecture était esthétiquement moderne et scientifiquement fondée sur les besoins des animaux exposés. Les édifices furent salués comme dignes de la capitale et il y eut un sentiment général que la Ménagerie serait à nouveau source d’envie pour ceux qui venaient des provinces et des pays étrangers. Continuer la lecture de La Ménagerie dans les années 1930, patrimoine scientifique et artistique du Muséum

Le Muséum national d’histoire naturelle et Rouen au XIXe siècle : relations et collections

Portrait d'Henri-Marie Ducrotay de Blainville, collection BIU Santé Médecine, CIPB1121, « Licence ouverte Open Licence ».
Portrait d’Henri-Marie Ducrotay de Blainville, collection BIU Santé Médecine, CIPB1121, « Licence ouverte Open Licence ».

Dès ses origines, la ville de Rouen entretient un lien privilégié avec le Jardin du Roy. Si la naissance rouennaise de son fondateur, Guy de la Brosse, reste légendaire, son lien avec la région est avéré. Continuer la lecture de Le Muséum national d’histoire naturelle et Rouen au XIXe siècle : relations et collections

Rénover et raconter la préhistoire après 1950 dans la lignée du Muséum

Biface acheuléen (Abbeville). Coll. MNHN, cliché R. Orliac
Biface acheuléen (Abbeville). Coll. MNHN, cliché R. Orliac

Rénover et raconter la préhistoire après 1950 dans la lignée du Muséum : François Bordes et la préhistoire moderne

La génération de préhistoriens qui arrive en France aux postes de responsabilités après la Seconde Guerre mondiale n’a eu de cesse de moderniser l’archéologie préhistorique, de la constituer en discipline scientifique à part entière. Parmi ceux-ci, François Bordes qui occupe un poste de  maître de conférences à Bordeaux à partir de 1956 – avant de devenir professeur, directeur de l’Institut du Quaternaire, puis directeur des antiquités préhistoriques d’Aquitaine – peut à juste titre être considéré comme ayant organisé et structuré la recherche paléolithique en Aquitaine. Continuer la lecture de Rénover et raconter la préhistoire après 1950 dans la lignée du Muséum

Le Muséum national d'histoire naturelle, objet d'Histoire (recherches, hommes, institutions, patrimoine, enseignement)