Linné et le Jardin du roi

Statue de Buffon par Jean Carlus (1908)

Pascal Duris évoque lors de cette séance l’histoire d’une relation tumultueuse. Une histoire qu’on peut schématiquement diviser en trois grandes périodes : d’abord celle de l’affrontement de deux visions/conceptions bien différentes de la nature et de l’histoire naturelle, celles de Linné et de Buffon, ce dernier étant intendant du Jardin du roi au moment où Linné devient la figure emblématique de l’histoire naturelle européenne, et dans une moindre mesure du débat entre Linné et les Jussieu, époque qui se termine avec la mort de Linné en 1778 ; celle, ensuite, de la décennie 1778-1788, au cours de laquelle les naturalistes français commencent à afficher ouvertement leur adhésion aux idées linnéennes, époque marquée par la fondation à Paris, en décembre 1787, et à Londres l’année suivante, de deux Sociétés dites linnéennes, les premières au monde, et qui s’achève avec la mort de Buffon en 1788 ; celle, enfin, qui va de la mort de Buffon, en 1788, à la création du Muséum national d’histoire naturelle, le 10 juin 1793, qui voit notamment l’inauguration au mois d’août 1790, par des naturalistes enfin libérés de l’autorité écrasante de Buffon, d’un buste de Linné sous le cèdre du Liban, au pied du labyrinthe.

Au demeurant, l’histoire du linnéisme en France et en Europe ne s’arrête pas en 1793, mais commence au contraire à revêtir à partir de cette date la forme d’un véritable culte. La célébration en Suède en 1807 du centenaire de la naissance de Linné marque le début d’une sorte de « canonisation » à laquelle contribueront, à partir de 1818, une multitude de Sociétés linnéennes partout en France (Bordeaux, Lyon, Caen, etc.) et dans le monde. Ce néolinnéisme (ou renouveau des idées linnéennes sous la Restauration) vise paradoxalement à célébrer Linné au moment où son œuvre est scientifiquement dépassée par celle de Jussieu. Mais ceci est une autre histoire…

Texte intégral de Linné et le Jardin du roi (Pascal DURIS, 12.04.2012)

Linné et le Jardin du roi – Pascal Duris

 

Linné et la France (1780-1850)

Pascal Duris Linné et la France

Pascal Duris Linné et la France : 1780-1850

Droz – Histoire des Idées et Critique Littéraire

Présentation de l’éditeur : Linné (1707-1778), auteur de la nomenclature binaire des plantes, a très vite été idolâtré par les amis de la Nature en France. Rousseau l’invoque de façon touchante. Cependant, les milieux officiels d’Ancien Régime lui préféraient Buffon. Par réaction, au moment de la Révolution, la réputation de Linné monta à son zénith. De nombreuses Sociétés linnéennes se fondèrent à Paris et surtout dans les villes méridionales, dont M. Duris retrace l’histoire mouvementée. Peu à peu, les travaux de Jussieu et de Lamarck tendirent à supplanter Linné dans l’esprit de beaucoup de gens. Vers le milieu du XIXe siècle, les controverses s’apaisent, les Linnéens se réconcilient avec les adeptes de Jussieu. La vie du « Prince des botanistes » devient, grâce à la littérature populaire, un exemple à méditer pour la jeunesse.

Le Muséum d’histoire naturelle de Paris et la Province – Un exemple : La botanique au XIXe siècle

A short illustrated history of botany in the Netherlands through the eyes of J. Lanjouw and H. Uittien and drawn for the members of the Sixth International Botanical Congress by H. Ramaer Jr. Utrecht, 1935.

Pour comprendre les relations entre le Muséum d’histoire naturelle de Paris et les autres institutions parisiennes et de province, il est nécessaire de faire appel à différentes approches : institutionnelles (évolution des chaires de botanique au muséum vs création des facultés (médecines, sciences, pharmacie) et en leur sein la mise en place d’un enseignement de botanique ; création des muséum d’histoire naturelle) ; sociologiques (développement des réseaux de botanistes au travers ou non de société savantes ; mise en place de collections privées aussi riches sinon plus que celles du Muséum) ; conceptuelles (quelle est la botanique pratiquée par le Muséum, en Province ? importance de la floristique au sein des sociétés savantes, etc.).

Des indicateurs peuvent se dégager de cette approche :

– Les collections – elles dérivent directement de la pratique botanique (collectes, échanges, constitution de séries bien identifiées, les spécimens qui servent de référence aux descriptions des espèces nouvelles) et sont donc d’abord du domaine privé avant de rejoindre un établissement régional ou national. S’interroger sur ce qu’est un herbier national.

– Les publications  – elles sont de natures (notes ou listes florisitiques régionales ou nationales, taxonomiques, études phytogéographiques, ou physiologiques) ; les flores sont le plus souvent le fait de personnes pour lesquelles la botanique est un passe-temps ; le choix de publier dans une revue locale ou nationale s’avère un critère efficace dans la compréhension d’une stratégie de reconnaissance.

Il demeure des questions :

  • La province a-t-elle besoin du Muséum national pour pratiquer la botanique  et de quelle botanique s’agit-il ?
  • Les échanges vont-ils au-delà du seul débat de la détermination des espèces ?
  • Est-il possible de dessiner une filiation intellectuelle entre les botanistes du Muséum et les autres ?
  • La dichotomie amateur/professionnel est-elle à conserver dans la mesure où les amateurs sont pour la plupart des experts reconnus ?

Pour conclure. Si l’on veut préciser la nature et la qualité des échanges entre le Muséum et les autres institutions (publiques ou privées), il est nécessaire de mener des études croisées

  • de la correspondance
  • des collections
  • des parcours suivis par tel ou tel botaniste
  • du mode de production, etc.

Ce séminaire ne donne pas de réponses définitives mais pose les prémices d’une recherche pluridisciplinaire. Ce séminaire est le résultat de plusieurs approches de l’histoire de la botanique et de recherches personnelles sur les amateurs en bryologie au XIXe siècle, la professionnalisation de la botanique, la façon dont les botanistes agissent dans l’association française pour l’avancement des sciences, et aussi l’évolution de la botanique au Muséum.

Quelques pistes bibliographiques :

Dayrat B., Les botanistes et la flore de France trois siècles de découvertes. Paris, Publications scientifiques du Muséum, 2003, 690p.

Duris P., « L’enseignement de l’histoire naturelle dans les écoles centrales (1795-1802) ». Revue d’histoire des sciences t. 49, 1996, p. 23-52.

Jaussaud P. & Brygoo R.B., Du Jardin au Muséum en 516 biographies. Paris, Publications scientifiques du Muséum (collection Archives), 2004, 630 p. (dictionnaire biographique des directeurs et sous-directeurs ; textes officiels depuis la création du Jardin des Plantes)

Laissus Yves, « Les sociétés savantes et l’avancement des sciences naturelles. Les Musées d’histoire naturelle ». Actes du 100e congrès des sociétés savantes, 1976, pp. 41-67.

Lamy D., Quelles sciences botaniques au Muséum national d’histoire naturelle et dans les facultés ? Une première approche. [INRP/ENS, Histoire de l’enseignement supérieur français, XIX-XXe siècle : pour une histoire des disciplines universitaires, F. Lorcher, E. Picard] 9 janvier 2007.

Lamy D., La botanique : taxonomie, classifications, amateurs/professionnels. AligreFM : Recherche en cours, 14 mai 2010

Lamy D., « Rôle des amateurs dans l’étude des bryophytes en France au XIXe siècle ». Cahiers d’histoire et de philosophie des sciences t. 27, 1989, pp. 163-174.

Lamy D., Le savoir botanique par les herbiers – une permanence du travail de cabinet. [Voyages en botanique, Besançon, 16 juin 2005, Accolad]. 13 p.

Woelkerling W .J. & Lamy D.,  Non-geniculate coralline red algae (Rhodophyta) and the Paris Museum: systematics and scientific history. Paris, Publications du Muséum national d’Histoire naturelle/ADAC, 1998, viii+767 p. (la première partie est une courte histoire de la botanique (et spécifiquement la cryptogamie) au Muséum national d’histoire naturelle)

L’histoire de la botanique au Muséum, cours publics donnés par Denis Lamy les 20, 27 septembre et 10 octobre 2012.

Denis Lamy

Le Muséum national d'histoire naturelle, objet d'Histoire (recherches, hommes, institutions, patrimoine, enseignement)