Louis-Eugène Bouvier (1856-1944), un amateur à la chaire d’entomologie ?

Louis Eugène Bouvier (1856-1944) ( © Muséum national d’histoire naturelle – Direction des bibliothèques et de la documentation)

Titre volontairement accrocheur pourrait-on dire, voire irrespectueux à l’égard d’un savant qui occupa une chaire au Muséum 36 années durant. Instituteur dans le Jura, devenu élève à l’École Normale supérieure de Saint-Cloud en 1878, Bouvier y est repéré par son enseignant d’histoire naturelle : Edmond Perrier (1844-1921). Boursier puis stagiaire du Muséum, il acquiert rapidement les grades de l’enseignement supérieur. Le voilà licencié, agrégé et docteur ès sciences naturelles (1887). Il doublera ensuite son agrégation naturaliste par celle obtenue à l’École supérieure de pharmacie (1889) où il suppléera les enseignements de cryptogamie. Sa thèse de pharmacie portera sur l’appareil circulatoire des cétacés souffleurs. Avec celle de zoologie sur le système nerveux des gastéropodes prosobranches, il renouvelle les considérations évolutives et systématiques de tout ce groupe. Très appuyé par Perrier et Alphonse Milne-Edwards (1835-1900) avec qui il mène d’importants travaux sur les crustacés, il est nommé professeur à chaire des animaux articulés en 1895 (à 39 ans) et ne quittera plus le giron du Muséum de sa carrière. Continuant son ascension, il est élu président de la Société zoologique de France en 1896 et de la Société entomologique de France en 1898. Quatre ans plus tard, il entre à l’Académie des sciences (section d’anatomie et de zoologie). La Légion d’honneur suivra de près… Continuer la lecture de Louis-Eugène Bouvier (1856-1944), un amateur à la chaire d’entomologie ?

L’arrivée d’une girafe (1826-1827). Écrire la rencontre de son point de vue

La girafe donnée en présent au roi de France par le pacha d’Égypte et arrivée à Paris le 30 juin 1827 (Source : Muséum national d’histoire naturelle – Direction des bibliothèques et de la documentation)

À l’automne 1826, une girafe, offerte à Charles X par le Pacha d’Égypte et destinée à la ménagerie du Jardin des Plantes, débarque à Marseille où elle hiverne et s’acclimate aux habitants. Ensuite, elle traverse de nombreuses cités, notamment Aix et Lyon, au printemps 1827, lors de sa montée pédestre sur Paris, et cette première girafe vivante en France fait sensation tout au long du chemin puis au muséum parisien. Continuer la lecture de L’arrivée d’une girafe (1826-1827). Écrire la rencontre de son point de vue

La gestation de la ménagerie du Jardin des Plantes et les formes de la captivité animale (1793-vers 1837)

Le bâtiment des « féroces » de la ménagerie du Jardin des Plantes, construit par Molinos, achevé en 1821, photographié au début du XXe siècle.
Carte postale, vers 1905 (Source : Muséum national d’histoire naturelle – Direction des bibliothèques et de la documentation, Ms 3315).

La naissance de la ménagerie du Jardin des Plantes de Paris, premier jardin zoologique de l’Occident, traditionnellement située en 1793 mais qui s’étire sur plusieurs décennies, est une période particulière : le terrain est vierge et tout reste à écrire, les volontés de renouveau sont fortes dans le contexte révolutionnaire, mais le projet porte en lui les ambiguïtés des relations aux captifs car, s’il souhaite libérer les animaux des contraintes des ménageries commerciales et princières, il éprouve des difficultés à marquer une rupture d’avec leurs structures de l’enfermement[1]. Continuer la lecture de La gestation de la ménagerie du Jardin des Plantes et les formes de la captivité animale (1793-vers 1837)

Le Muséum national d'histoire naturelle, objet d'Histoire (recherches, hommes, institutions, patrimoine, enseignement)