De la protection des œuvres littéraires à la protection de la nature

Raoul de Clermont (1863-1942) : De la protection des œuvres littéraires à la protection de la nature

Raoul de Clermont est né le 1er avril 1863 dans le Doubs. Il est le fils de Philippe de Clermont et de Clémentine Peugeot. Son père Philippe est issu d’une vieille famille de drapiers renommée ;  sa mère d’une famille d’industriels. Les parents de Raoul se sont mariés en 1860 à Audincourt (Doubs) et ils  ont eu trois enfants : Raoul, Philibert et Marguerite. Continuer la lecture de De la protection des œuvres littéraires à la protection de la nature

Une histoire politique de Victor de l’Aveyron

Une histoire politique de Victor de l’Aveyron

De l'éducation d'un homme sauvage, ou Des premiers développemens physiques et moraux du jeune sauvage de l'Aveyron, par E. M. Itard, médecin de l'Institution nationale des sourds-muets, membre de la Société médicale de Paris, etc. A Paris, chez Goujon fils, imprimeur-libraire, rue Taranne, n°. 737. Vendémiaire an X. (1801)
De l’éducation d’un homme sauvage, ou Des premiers développemens physiques et moraux du jeune sauvage de l’Aveyron, par E. M. Itard, médecin de l’Institution nationale des sourds-muets, membre de la Société médicale de Paris, etc.
A Paris, chez Goujon fils, imprimeur-libraire, rue Taranne, n°. 737. Vendémiaire an X. (1801)

En décembre 1799, alors que la France vient de connaître un nouveau coup d’État politique portant le général Bonaparte au pouvoir, des chasseurs capturent un jeune enfant dans les forêts de l’Aveyron. Rapidement, cet enfant, confié aux autorités municipales puis départementales, suscite la curiosité, l’intérêt voire la convoitise : alors que chacun cherche à conserver sa place ou à renforcer sa réputation auprès des nouvelles autorités, cette première capture est suivie d’une véritable lutte, scientifique et administrative, pour s’approprier l’enfant. Alors que commence l’enquête pour déterminer les origines de l’enfant baptisé Victor, les journaux parisiens s’emparent de cette affaire qui divise alors les savants : Victor est-il sourd ? Peut-on le soigner ? Ces questions font autant écho à des débats anciens autour desquels se sont divisés les philosophes depuis le XVIe siècle et que la Révolution française, traversée par l’idéal de « régénération », n’a fait que réactualisée : est-il possible, en observant cet enfant « sauvage », de saisir les origines d’une humanité et de comprendre les modalités de développement du langage ou des mœurs et ainsi de saisir les moyens pour transformer l’homme et perfectionner la société. Les membres de la nouvelle Société des Observateurs de l’homme érigent Victor de l’Aveyron en premier objet de l’anthropologie que ses membres entendent construire. On comprend que cette découverte de l’enfant sauvage de l’Aveyron cristallise l’intérêt des savants et suscite rapidement des débats politiques au moment même où se pose la question de la nature du régime politique. Lucien Bonaparte, fugace ministre de l’Intérieur, parvient à imposer le transfert de l’enfant à Paris, afin qu’il soit confié aux bons soins de l’abbé Sicard, directeur de l’Institut des sourds et muets. Dès lors, la mission confiée au jeune médecin Jean-Marc-Gaspard Itard pour soigner l’enfant, est soumise autant aux mutations du regard médical qu’aux transformations politiques qui caractérisent la transformation du Consulat en Empire, puis l’évolution de plus autoritaire du régime bonapartiste. L’échec de toute perfectibilité constatée par Itard, la reprise en main de l’enfant par les nouveaux experts médicaux Gall et Spurzheim qui arguent de la débilité irréductible de l’enfant, marquent indéniablement plus qu’un échec thérapeutique la fin des idéaux portés par les Lumières et la Révolution française. Continuer la lecture de Une histoire politique de Victor de l’Aveyron

André Thouin (1747-1824) et les collections de graines du Muséum : des échanges à l’ensemencement du territoire

Portrait dessiné d'après nature en 1823 par Alexis Noël et lithographié par Langlumé. ; La légende complète porte : « André Thouin, Né à Paris au Jardin du Roi le 10 Février 1747. Auteur de savans mémoires sur la physique végétale, sur l'économie rurale, et d'un très bon cours de culture et de naturalisation des végétaux ». (BCM-MNHN)
Portrait dessiné d’après nature en 1823 par Alexis Noël et lithographié par Langlumé. ; La légende complète porte : « André Thouin, Né à Paris au Jardin du Roi le 10 Février 1747. Auteur de savans mémoires sur la physique végétale, sur l’économie rurale, et d’un très bon cours de culture et de naturalisation des végétaux ». (BCM-MNHN)

Après avoir été jardinier en chef du Jardin du Roi depuis l’âge de 17 ans, André Thouin (1747-1824) s’est vu confier la chaire de Culture lors de la création du Muséum d’histoire naturelle en 1793. Parmi les nombreuses activités qu’il assuma au sein de la nouvelle institution, Thouin organisa tout au long de sa carrière de très actifs échanges de plantes avec d’autres jardins botaniques ou des particuliers, en France et dans de nombreux pays. Cette pratique fut affichée dans les missions de la chaire de Culture. Si les envois pouvaient concerner des plantes développées, il s’avéra plus commode et efficace d’échanger des graines.

Continuer la lecture de André Thouin (1747-1824) et les collections de graines du Muséum : des échanges à l’ensemencement du territoire

Le Muséum national d'histoire naturelle, objet d'Histoire (recherches, hommes, institutions, patrimoine, enseignement)