Archives par mot-clé : sciences de l’Homme

Muséum, objet d’Histoire

Le jardin des plantesLe carnet « Muséum, objet d’Histoire » présente les travaux du séminaire de recherche « Le Muséum national d’histoire naturelle, objet d’Histoire » (Centre Koyré-Muséum national d’histoire naturelle). Au-delà, il rend compte de l’actualité des études en histoire des sciences sur et autour des institutions savantes dédiées à l’histoire naturelle. Pour cela, il interroge les courants et modèles intellectuels et les différents acteurs de cette histoire.

Expositions universelles et sciences de l’Homme

Musée d'ethnographie du Trocadéro
Musée d’ethnographie du Trocadéro

Expositions universelles et sciences de l’Homme à Paris au XIXe siècle

Présentation de madame Christiane Demeulenaere (Conservateur général honoraire aux Archives nationales et chercheur associé au Centre Alexandre Koyré) à l’occasion de sa communication du jeudi 13 février 2014.

 

 

Expositions universelles et sciences de l’Homme à Paris au XIXe siècle by Objets

Expositions universelles et sciences de l’Homme à Paris au XIXe siècle

Palais de l'Exposition Universelle de 1867 : [estampe], Mathis J. illustrateur, source Gallica.bnf.fr
Palais de l’Exposition Universelle de 1867 : [estampe], Mathis J. illustrateur, source Gallica.bnf.fr

Expositions universelles et sciences de l’Homme à Paris au XIXe siècle

Les expositions internationales, universelles ou spécialisées, ne sont pas seulement des fêtes du commerce et de l’industrie, même si la célébration du progrès technique y demeure l’objectif affiché. En décidant en 1855 d’accueillir l’ensemble des productions humaines et d’être ainsi « universelles », elles endossent un autre rôle, devenir des acteurs importants dans les échanges intellectuels, artistiques et culturels entre les pays, voire entre les continents.

Véritables fenêtres sur le monde, ouvertes sur des pays qui ne peuvent se prévaloir d’appartenir au cercle restreint des nations industriellement développées, mais qui ambitionnent de participer car les enjeux sont importants pour eux en termes économique, commercial ou diplomatique, les expositions fournissent à un public majoritairement européen, qui souvent n’a ni les moyens ni même l’envie de voyager, des représentations du monde qui rencontrent les images mentales qu’il a glanées dans ses lectures du Magasin pittoresque ou du Tour du monde.

Dans une époque où des sciences nouvelles, archéologie, paléontologie, anthropologie, ethnologie, s’élaborent, obtiennent pignon sur rue (chaires d’enseignement, congrès, musées…) et se muent en disciplines académiques, les expositions sont un relais efficace pour mieux les faire connaître et adopter du grand public. Tout comme les expositions ont contribué à familiariser le public avec la technique, elles contribuent aussi à lui rendre plus accessibles ces sciences de l’Homme qui se construisent alors, fût-ce sous des formes pittoresques comme la pyramide de Xochicalco reconstituée sur le Champ de Mars en 1867. D’autant que les voyageurs et explorateurs eux-mêmes qui parcourent la planète apprécient volontiers, comme Ujfalvi, Hugues Kraft, Désiré Charnay et beaucoup d’autres, de présenter leurs collectes dans les enceintes des expositions, avant de les confier aux collections publiques.

Des considérations de rentabilité financière s’en mêlent, poussant les organisateurs des expositions à favoriser des attractions « exotiques » dont ils savent qu’elles attireront un public nombreux. Ainsi, artisans de chibouques, tireurs de pouss-pouss, danseuses du ventre et autres bijoutiers africains proposent une « ethnologie du pauvre », à la limite entre découverte de l’autre et divertissement populaire, qui va être un élément décisif dans le succès des expositions.

Christiane Demeulenaere-Douyère
Conservateur général honoraire aux Archives nationales (Paris)
Chercheur associé au Centre Alexandre Koyré, UMR 8560 /CNRS-EHESS-MNHN, Paris

Bibliographie :

  • « Avant les expositions coloniales. Les colonies dans les expositions industrielles et universelles du xixe siècle », dans Archives municipales de la ville Marseille, Désirs d’ailleurs. Les expositions coloniales de Marseille 1906 et 1922, Marseille, Éditions Alors Hors du Temps, 2006, p.  23-31.
  • « Le Mexique s’expose à Paris : Xochicalco, Léon Méhédin et l’exposition universelle de 1867 », HISTOIRE(S) de l’Amérique latine, 3, 2009, p. 1-16 (revue électronique).
  • « Les expositions universelles sous l’objectif. La photographie dans les fonds des expositions aux Archives nationales (Paris) », dans Ana M. Cardoso de Matos et Irina Gouzévitch (dir.), Expositions universelles, musées techniques et société industrielle / World Exhibitions, Technical Museums and Industrial Society, Lisboa, Ediçoes Cilibri/CIDEHUS-UE/CIUHCT, 2009, p. 165-178.
  • « 1867: Los Parisinos descubren el México antiguo », Istor. Revista de Historia Internacional, n° 50, año XIII, Otoño de 2012, p. 283-311 (ISSN: 977165-171015).
  • [dir. avec Anne-Laure Carré, Marie-Sophie Corcy et Liliane Hilaire-Pérez], Les expositions universelles en France au xixe siècle. Techniques. Publics. Patrimoines, Paris, CNRS Editions, Collection Alpha, 2012 (présentation : http://www.cnrseditions.fr/Histoire/6659-les-expositions-universelles-en-france-au-xixe-siecle-sous-la-direction-de-anne-laure-carre-marie-sophie-corcy.html).
  • [dir. avec Ana Cardoso de Matos et Maria Helena Souto], The World’s Exhibitions and the display of science, technology and culture: moving boundaries, Quaderns d’Historia de l’Enginyeria, Barcelone, 2012, vol. 13 (en ligne sur http://upcommons.upc.edu/revistes/handle/2099/12864).
  • « World Exhibitions: a gateway to non-European cultures? », dans Ana Cardoso de Matos, Christiane Demeulenaere-Douyère et Maria Helena Souto (dir.), The World’s Exhibitions and the display of science, technology and culture: moving boundaries, Quaderns d’Historia de l’Enginyeria, Barcelone, 2012, vol. 13, p. 81-96. (en ligne sur http://upcommons.upc.edu/revistes/handle/2099/12864).
  • « Entre archéologie savante, intention politique et divertissement grand public : la révélation du Mexique ancien dans les expositions universelles parisiennes (1867-1889) », dans Christiane Demeulenaere-Douyère et Liliane Pérez (dir.), Identité, altérité et mondialisation : l’expérience des expositions universelles, à paraître.