L’affaire du Muséum (1872-1875)

Vue perspective de la ménagerie des reptiles – André Louis-Jules (1819-1890) architecte – extrait de la Revue générale de l’architecture et des travaux publics

Auguste Duméril (1812-1870), titulaire de la chaire de Zoologie (reptiles et poissons) décède le 12 novembre 1870. Cette chaire restera vacante pendant cinq années. Elle est à l’origine de « l’affaire du Muséum » et de conflits personnels et politiques qui conduiront Chevreul, alors directeur du Muséum, à donner sa démission, pour la reprendre aussitôt. L’homme du conflit se nomme Camille Dareste (1822-1899), médecin, fondateur de la tératologie expérimentale. Dareste est loin d’être un spécialiste des reptiles et des poissons mais, fatigué des postes de professeur qu’il occupa à Lyon puis à Lille, il désirait à tout prix une chaire parisienne. Chevreul s’opposa à la candidature de Dareste, malgré les appuis de ses amis du Muséum, dont Quatrefages, et de ses relations politiques. La grande presse de l’époque s’empara de cette histoire. Vingt neuf quotidiens vont évoquer la démission de Chevreul et la candidature de Dareste, de la simple ligne d’information aux articles de plusieurs colonnes. Edmond About, directeur du XIXe siècle donnera tout son talent pour conter cette « affaire », véritable imbroglio politique et académique qui s’achève par la nomination de Léon Vaillant (1834-1914) le 20 juillet 1875 à la chaire des Reptiles et Poissons. Quant à Camille Dareste, le ministre crée pour lui un enseignement d’embryogénie et un laboratoire de tératologie à la Faculté de Médecine de Paris en 1875,  laboratoire qui sera rattaché à l’EPHE en 1879.

Jean-Louis Fischer
Centre Koyré