Edouard Lartet

Notice sur la colline de Sansan, par Édouard Lartet, Jean Baptiste Noulet,M. l’abbé Dupuy, M. de Boissy, Auch, 1851 

C’est un grand plaisir d’ouvrir la deuxième année du séminaire de recherche «Le Muséum national d’histoire naturelle, objet d’Histoire», séminaire est organisé conjointement par le Centre Alexandre Koyré en histoire des sciences, UMR rattachée au département Hommes-natures-sociétés du Muséum, et l’UMR « histoire naturelle de l’homme préhistorique » du département de préhistoire du Muséum.

Cette année encore l’École doctorale 227 du Muséum a bien voulu inscrire ce séminaire au programme de ses modules de formation destinés à ses doctorants.

Nous souhaitions ouvrir ce cycle en nous arrêtant sur une personnalité, Édouard Lartet, et un domaine, la paléontologie. Pour cela, à qui d’autre qu’à l’un de ses successeurs en ces murs aurions-nous pu faire appel ? Nous nous sommes donc tournés vers Pascal Tassy, professeur au Muséum, qui nous a fait l’honneur et l’amitié de répondre à notre appel.

Pascal Tassy est un paléontologue, spécialiste des mammifères fossiles et plus spécifiquement de la phylogénie des proboscidiens. Il est l’auteur d’une production scientifique remarquée dans ce domaine, mais il est aussi un chercheur qui s’intéresse à la phylogénie des idées scientifiques.

Deux illustrations à cet égard.

Tout d’abord, son dernier livre publié, L’invention du mastodonte. Aux origines de la paléontologie paru chez Belin (2009), œuvre à la fois scientifique, historique et personnelle.

Ensuite, ses travaux sur Albert Gaudry, le successeur de Lartet au Muséum, et son étude de l’évolutionnisme professé par ce paléontologue chrétien. On citera en particulier son analyse des marginalia écrites par Gaudry sur son exemplaire personnel de L’Origine des espèces de Darwin : « Albert Gaudry et l’émergence de la paléontologie darwinienne au XIXe siècle » (Annales de Paléontologie, 92, 2006, p. 41-70)

L’exposé de Pascal Tassy, ce soir, nous invite à un voyage dans le temps, celui de l’histoire de la vie et de l’histoire des sciences, et dans l’espace, entre le Gers et Paris à la suite d’Édouard Lartet.

Pour les historiens des sciences de la nature et de l’Homme, Lartet est un personnage incontournable par son apport fondamental à la reconnaissance de la haute antiquité de l’Homme dont il n’a pas hésité à faire un contemporain d’un primate fossile, le Pliopithèque. Un autre de ses apports réside dans la connaissance de l’homme antéhistorique que ses travaux de terrain ont apportée en mettant au jour les œuvres même de cet homme préhistorique, c’est-à-dire ses outils et son art mobilier.

Lartet a apporté la preuve de cette haute antiquité de l’Homme en montrant l’association des productions matérielles humaines avec des restes fossiles d’animaux disparus de nos régions et en mettant en évidence la présence « d’empreintes et d’entailles » sur ces ossements. Incisions indubitablement faites par l’homme lorsque ces os étaient encore frais.

Le cadre personnel de pensée dans lequel Lartet inscrit ses découvertes et ses analyses est original. Il s’agit de cette troisième voie de l’histoire de la vie que Lartet emprunte à la suite d’Henri de Blainville, la voie de la création unique, originelle et complète.

Lartet n’est pas catastrophiste comme Cuvier et ses disciples. Lartet n’est pas plus évolutionniste au sens Lamarckien.

Créationniste et fixiste, Lartet n’en est pourtant pas moins l’un des artisans majeurs de la découverte de la profondeur antéhistorique de l’histoire de la vie. L’immensité des temps ne l’effraye pas, qu’il s’agisse des animaux ou de l’Homme.

Cet homme préhistorique dont il s’évertue à démontrer la richesse des productions est pour Lartet un être créé et accompli au jour de sa création. Prenons l’exemple de son étude de la grotte d’Aurignac. De ce gisement, il retient la démonstration de la permanence des aspirations humaines. Avec Aurignac, Lartet construit en 1861 le modèle idéal de la grotte sépulcrale de l’âge du renne. Il y voit un lieu d’habitation mais aussi un lieu de sépulture où s’accomplissaient des rites et devant lequel des festins étaient organisés pour honorer les morts.

Pendant plus d’une décennie, Aurignac a été la référence obligée, le site de comparaison pour toute nouvelle découverte, celui que d’autres vont en vain chercher à retrouver à Bruniquel, Cro-Magnon, Laugerie-Basse, Solutré et dans d’autres sites encore. Ce n’est que dix ans plus tard, juste après la mort de Lartet, qu’Émile Cartailhac et Eugène Trutat vont mettre à mal ce qu’ils appelèrent la « poésie d’Aurignac ».

Évoquant Lartet, Goulven Laurent a pu écrire : « Son nom est resté célèbre dans les annales de la Paléontologie pour l’importance de ses découvertes ; mais, lorsqu’on interroge son œuvre, on se rend compte que c’est bien plus leur prestige, que l’originalité de ses idées, qui a été à l’origine de sa réputation. » (Goulven Laurent, Paléontologie et évolution en France de 1800 à 1860. Une histoire des idées de Cuvier et Lamarck à Darwin, Paris, Éditions du CTHS, 1987)

L’un des objectifs de ce soir est donc de revenir sur ces découvertes importantes qui ont fait la célébrité de Lartet, mais aussi de s’arrêter sur les idées de ce chercheur et discuter la pertinence du qualificatif de « peu originales ».

A. Hurel (MNHN)