Les princes de Monaco et la science (XVIIe-XVIIIe siècles). Troisième séance de la session 2012-2013 du séminaire

Nous nous retrouvons ce soir pour écouter et discuter une communication de monsieur Thomas Fouilleron intitulée : « Les Grimaldi en leur cabinet de curiosités. Les princes de Monaco, la science et le Jardin du Roi »

Les habitués de ce séminaire savent que nous aimons voyager entre les époques et entre un centre, le Jardin des Plantes, et sa périphérie intellectuelle, sociale et géographique. La mise en lumière et l’étude des sociabilités savantes occupent dans ce cadre une place essentielle. Ce soir, c’est à un artefact spécifique aux confins du scientifique et du social, le cabinet de curiosités, que nous avons souhaité consacrer notre séance.

Ce cabinet de curiosité est pour l’historien un sujet de recherche très riche sur le plan culturel, scientifique et social. Il est un lieu où se côtoient naturalia, artificialia et scientifica mais il est tout autant le miroir de l’homme et des idées qui ont présidé à la collecte des pièces. En effet, par le choix des objets et des références, le propriétaire offre et expose ses curiosités et ses références intellectuelles. Parfois, la création de ce cabinet de curiosités relève plus du devoir d’état, du sacrifice fait à l’air du temps d’un siècle et du positionnement social que de l’œuvre scientifique.

Effectivement, aux XVIIe et XVIIIe siècles, la science se révèle être l’un des éléments d’intégration au sein de la haute aristocratie, voire de la société des princes, ce « petit monde » qui gouverne alors l’Europe. Dans cette perspective, nous avons choisi de consacrer notre séance à une étude de cas : les princes de Grimaldi dans leurs rapports à la science et à des institutions du type du Jardin du Roi.

Nous connaissons par ailleurs les liens des princes de Monaco avec les milieux naturalistes et le Muséum. Ces liens sont parfois « légendaires » comme lorsqu’une tradition fit de Cuvier le précepteur à la fois d’Achille d’Héricy et du jeune prince Honoré V de Monaco. Lors d’un récent colloque Thomas Fouilleron a pu démythifier cela. Mais ces liens entre les Grimaldi et le Muséum ont pu être aussi d’une extraordinaire fidélité intellectuelle et scientifique, comme dans le cas du Prince Albert Ier qui entretint avec cet établissement et ses chercheurs des relations suivies des années 1880 jusqu’à son décès en 1922.

À cet égard, nous ne pouvons pas rappeler cette proximité entre Albert Ier et le Muséum sans évoquer les travaux que mène madame Jacqueline Carpine-Lancre. Celle-ci travaille depuis de nombreuses années à restituer dans toute sa diversité et toute sa richesse la réalité de l’œuvre et de la vie du « Prince savant ». Un récent article de madame Carpine-Lancre « Honorer la science : Le prince Albert Ier de Monaco, le Muséum de Paris et Lamarck », publié l’an dernier dans le Bulletin du Musée d’anthropologie préhistorique de Monaco, nous permet de retrouver la figure du Prince et son rôle dans l’affaire du monument à la gloire de Lamarck érigé dans le Jardin des Plantes en 1908 et inauguré l’année suivante.

Nous avons donc le plaisir d’accueillir ce soir avec monsieur Thomas Fouilleron un autre historien, un parfait connaisseur de la haute aristocratie des époques moderne et contemporaine comme des princes de Monaco. Thomas Fouilleron est le Directeur des archives et de la bibliothèque du Palais Princier de Monaco et chercheur associé au Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine (EA 1193) de l’université de Nice.

Pédagogue, il est l’auteur du manuel officiel d’histoire pour l’enseignement secondaire monégasque. Par la richesse de son contenu, ce manuel, Histoire de Monaco, est tout autant le livre du professeur que celui de ses élèves.

Chercheur, ses travaux font référence. Sa thèse de doctorat d’histoire avait pour titre : Culture, sociabilité et politique des princes de Monaco, des Lumières à 1848. Elle a depuis fourni la matière à un fort ouvrage de 976 pages publié en 2012 chez Honoré Champion, sous le titre Des princes en Europe. Les Grimaldi de Monaco, des Lumières au printemps des peuples.

Rappelons que ce « printemps des peuples », ce « printemps des révolutions » de 1848 se traduisit pour la principauté de Monaco par une amputation de son territoire suite à la sécession des villes de Menton et Roquebrune.

A. Hurel (MNHN)