Sculptures de Charles Cordier

"câpresse des colonies" par Charles Cordier
“Câpresse des colonies” par Charles Cordier

Dès son ouverture en 1860, la galerie d’anthropologie du Muséum a le souci d’exposer des types humains statufiés.  On fait appel à Charles Cordier (1827-1905), sculpteur dont la vocation fut de mettre « l’art et la beauté au service de la science anthropologique ». Élève de Rude en 1847, il rencontre son premier modèle « exotique », un ancien esclave soudanais, Seïd Enkess, qui oriente sa vocation à dépeindre la diversité humaine. Rapidement s’y ajoutent une « Vénus africaine » (1851), et un couple de Chinois (1853), où il introduit la galvanoplastie et l’émaillage, puis à partir de 1855 il passe à la polychromie et à la polylithie. L’humanité et la modernité de Cordier sont dans un traitement magnifié de la figure de l’indigène, bien que son interprétation typologique et raciologique de la diversité, normale à son époque, soit à présent obsolète.

La création de la galerie d’anthropologie amène à s’interroger sur l’origine de cette science au Muséum, et auparavant au Jardin du Roi. On constate que le mot anthropologie est présent dès l’époque des premiers démonstrateurs d’anatomie, comme Jean Riolan (1577-1657). De grands noms de l’anatomie, tous médecins et chirurgiens (Winslow, Vicq d’Azyr, Portal), se succèderont dans cet enseignement qui est totalement indépendant de la Faculté de Médecine. En 1838 la chaire devient « Anatomie et Histoire naturelle de l’Homme ». C’est Etienne Serres, titulaire de cette chaire de 1839 à 1855, qui commande les bustes à Cordier mais c’est son successeur Armand de Quatrefages (1810-1892, titulaire de 1855 à 1892) qui la transforme en  chaire d’anthropologie et ouvre la galerie du même nom, avec l’appui de son aide-naturaliste Ernest Théodore Hamy (1842-1908), lequel lui succédera comme professeur, et fondera le Musée d’Ethnographie du Trocadéro.

Alain Froment
Collections d’Anthropologie du Musée de l’Homme


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.