Tous les articles par objethistoire

Frank M. Chapman (1864-1945) et la mise en exposition de la beauté de l’oiseau

Dutcher Irving, Des enfants observent l’exposition des oiseaux, août 1927, photographie négative, New York, American Museum of Natural History, Special Collections, Photographic Negative Collection, inv. 312175.

Frank Michler Chapman, nommé « conservateur adjoint pour les oiseaux » à l’American Museum of Natural History en 1901, puis conservateur du département d’ornithologie en 1908, est aujourd’hui considéré comme l’initiateur des « Habitat groups » ornithologiques au muséum. Cette déclaration est toutefois abusive : sous sa direction, furent démantelés ou déplacés ceux qui existaient déjà pour construire de nouvelles vitrines correspondant à un nouveau besoin de spectacularisation du savoir. Pour y parvenir Frank Chapman envisagea de documenter la vie des oiseaux américains, en priorité les plus menacés, et fut assisté dans cette récolte par des peintres, des photographes et des taxidermistes. Les images ainsi obtenues devaient à la fois servir de documentation pour ses articles, d’illustrations pour ses ouvrages ou ses conférences, mais surtout d’enregistrements visuels pour atteindre la vérité de la nature, dans le montage des spécimens comme dans leur intégration dans un environnement reconstitué.

Ces nouveaux groupes sont des images construites et composées, de véritables créations visuelles nées de l’observation du vivant. En ce sens, les groupes ornithologiques de l’American Museum of Natural History appartiennent pleinement à l’art animalier ; cette communication aura par conséquent vocation à en dégager les règles, expliquer les formes et les méthodes didactiques.

Thierry Laugée

Thierry Laugée est Professeur d’Histoire de l’art contemporain à Nantes Université. Spécialiste de l’art animalier, du patrimoine scientifique dans ses liens avec l’art du XIXe siècle, il a publié Figures du génie dans l’art français (1802-1855) (Pups, 2015), Des images pour l’animal. Instruction visuelle et conservation des espèces dans l’État de New York (1869-1914) (Presses universitaires de Strasbourg, 2022) et Ernest Thompson Seton, portraitiste du monde sauvage (Éditions Vendémiaire, 2022).

La collection Vandermonde de minéraux chinois à la Galerie de minéralogie du Muséum

Lors de son séjour à Macao dans les années 1720, le chirurgien français Jacques-François Vandermonde (? -1746) a constitué une collection de minéraux chinois, apparemment achetés à une pharmacie locale.

La collection de 79 échantillons minéraux, récemment redécouverte au Muséum national d’histoire naturelle, a été soigneusement étiquetée en caractères chinois, calligraphiés par les contacts locaux de Vandermonde à Macao. Elle était également accompagnée d’une traduction française de la section sur les minéraux du Bencao gangmu [Compendium of Materia Medica] de Li Shizhen, que Vandermonde a faite à partir d’une traduction anonyme en portugais.

Alexandre Brongniart. Source : Muséum national d’histoire naturelle (Paris) – Direction des bibliothèques et de la documentation

Au XIXe siècle, dans le contexte où la géologie et la minéralogie devenaient des disciplines indépendantes, cette collection a suscité un regain d’intérêt. Le sinologue Édouard Biot (1803-1850) et le minéralogiste Alexandre Brongniart (1770-1847) se sont associés pour examiner ces échantillons au regard des monographies locales chinoises conservées dans la Bibliothèque royale. Leur projet de cartographier les ressources métallifères de Chine n’a pourtant pas été suivi d’effet.

Finalement, Fernand de Mély (1851-1935), dans Les lapidaires chinois (1896), réexamine cette collection avec les textes chinois et japonais, dans la perspective d’une histoire transculturelle de l’alchimie du monde ancien, “pénétrer scientifiquement les origines des civilisations”.

Cette communication retrace la trajectoire de cette collection de minéraux chinois. Situant cette collection dans le contexte de la galerie de minéralogie, elle offre quelques résultats préliminaires de reconstitution des manières dont ces minéraux ont été collectés, étiquetés, expédiés, cartographiés et utilisés. Elle prend note de la grande variété de supports physiques et d’agendas savants autour de cette collection, et interroge sur l’impact d’une telle variété sur la production de savoirs. 

Huiyi Wu (Centre Koyré, UMR 8560)

 

Mély, Fernand de, Les lapidaires de l’antiquité et du moyen-âge. T. 1, Les lapidaires chinois, introduction, texte et traduction avec la collaboration de M. H. Courel, Paris, E. Leroux, 1896

Les énigmes d’Étienne Geoffroy Saint-Hilaire

Institut Royal de France. Le Chevalier Geoffroy St Hilaire. Source : Muséum national d’histoire naturelle (Paris) – Direction des bibliothèques et de la documentation

La personnalité et l’œuvre scientifiques d’Étienne Geoffroy Saint-Hilaire (1772-1844) ont fait l’objet d’interprétations les plus variées. Avait-il été l’adversaire malchanceux de Georges Cuvier lors du fameux débat de 1830 sur l’unité de composition organique traversant tout le monde animal, ou le philosophe réformateur de l’anatomie apprécié par Goethe et les évolutionnistes anglais des années 1830 et 1840 ? Avait-il été un courageux radical s’opposant aux régimes de la restauration, ou l’homme qui faisait de son mieux pour avancer sa carrière et les fortunes de sa propre famille en rendant hommage aux princes et à leurs ministres? Le solitaire paladin de Jean-Baptiste Lamarck ou l’auteur d’éloges opportunistes et de brève durée du vieux naturaliste?

La lecture de sources académiques, mais surtout la prise en compte des initiatives éditoriales confiées à des fidèles disciples dessinent les contours d’une personnalité très complexe, aussi complexe que la géographie scientifique et culturelle en dehors des portes de l’Académie des sciences ou du Muséum d’histoire naturelle.

Pietro Corsi

Pietro Corsi, “The Revolutions of Evolution: Geoffroy and Lamarck, 18251840”,  Bulletin du Musée d’Anthropologie préhistorique de Monaco, 51 (2011), pp. 97-122.