Archives de catégorie : Séances

Résumés, textes intégraux ou documents issus des présentations faites lors des séances du séminaire.

Le Muséum d’histoire naturelle de Paris et la Province – Un exemple : La botanique au XIXe siècle

A short illustrated history of botany in the Netherlands through the eyes of J. Lanjouw and H. Uittien and drawn for the members of the Sixth International Botanical Congress by H. Ramaer Jr. Utrecht, 1935.

Pour comprendre les relations entre le Muséum d’histoire naturelle de Paris et les autres institutions parisiennes et de province, il est nécessaire de faire appel à différentes approches : institutionnelles (évolution des chaires de botanique au muséum vs création des facultés (médecines, sciences, pharmacie) et en leur sein la mise en place d’un enseignement de botanique ; création des muséum d’histoire naturelle) ; sociologiques (développement des réseaux de botanistes au travers ou non de société savantes ; mise en place de collections privées aussi riches sinon plus que celles du Muséum) ; conceptuelles (quelle est la botanique pratiquée par le Muséum, en Province ? importance de la floristique au sein des sociétés savantes, etc.).

Des indicateurs peuvent se dégager de cette approche :

– Les collections – elles dérivent directement de la pratique botanique (collectes, échanges, constitution de séries bien identifiées, les spécimens qui servent de référence aux descriptions des espèces nouvelles) et sont donc d’abord du domaine privé avant de rejoindre un établissement régional ou national. S’interroger sur ce qu’est un herbier national.

– Les publications  – elles sont de natures (notes ou listes florisitiques régionales ou nationales, taxonomiques, études phytogéographiques, ou physiologiques) ; les flores sont le plus souvent le fait de personnes pour lesquelles la botanique est un passe-temps ; le choix de publier dans une revue locale ou nationale s’avère un critère efficace dans la compréhension d’une stratégie de reconnaissance.

Il demeure des questions :

  • La province a-t-elle besoin du Muséum national pour pratiquer la botanique  et de quelle botanique s’agit-il ?
  • Les échanges vont-ils au-delà du seul débat de la détermination des espèces ?
  • Est-il possible de dessiner une filiation intellectuelle entre les botanistes du Muséum et les autres ?
  • La dichotomie amateur/professionnel est-elle à conserver dans la mesure où les amateurs sont pour la plupart des experts reconnus ?

Pour conclure. Si l’on veut préciser la nature et la qualité des échanges entre le Muséum et les autres institutions (publiques ou privées), il est nécessaire de mener des études croisées

  • de la correspondance
  • des collections
  • des parcours suivis par tel ou tel botaniste
  • du mode de production, etc.

Ce séminaire ne donne pas de réponses définitives mais pose les prémices d’une recherche pluridisciplinaire. Ce séminaire est le résultat de plusieurs approches de l’histoire de la botanique et de recherches personnelles sur les amateurs en bryologie au XIXe siècle, la professionnalisation de la botanique, la façon dont les botanistes agissent dans l’association française pour l’avancement des sciences, et aussi l’évolution de la botanique au Muséum.

Quelques pistes bibliographiques :

Dayrat B., Les botanistes et la flore de France trois siècles de découvertes. Paris, Publications scientifiques du Muséum, 2003, 690p.

Duris P., « L’enseignement de l’histoire naturelle dans les écoles centrales (1795-1802) ». Revue d’histoire des sciences t. 49, 1996, p. 23-52.

Jaussaud P. & Brygoo R.B., Du Jardin au Muséum en 516 biographies. Paris, Publications scientifiques du Muséum (collection Archives), 2004, 630 p. (dictionnaire biographique des directeurs et sous-directeurs ; textes officiels depuis la création du Jardin des Plantes)

Laissus Yves, « Les sociétés savantes et l’avancement des sciences naturelles. Les Musées d’histoire naturelle ». Actes du 100e congrès des sociétés savantes, 1976, pp. 41-67.

Lamy D., Quelles sciences botaniques au Muséum national d’histoire naturelle et dans les facultés ? Une première approche. [INRP/ENS, Histoire de l’enseignement supérieur français, XIX-XXe siècle : pour une histoire des disciplines universitaires, F. Lorcher, E. Picard] 9 janvier 2007.

Lamy D., La botanique : taxonomie, classifications, amateurs/professionnels. AligreFM : Recherche en cours, 14 mai 2010

Lamy D., « Rôle des amateurs dans l’étude des bryophytes en France au XIXe siècle ». Cahiers d’histoire et de philosophie des sciences t. 27, 1989, pp. 163-174.

Lamy D., Le savoir botanique par les herbiers – une permanence du travail de cabinet. [Voyages en botanique, Besançon, 16 juin 2005, Accolad]. 13 p.

Woelkerling W .J. & Lamy D.,  Non-geniculate coralline red algae (Rhodophyta) and the Paris Museum: systematics and scientific history. Paris, Publications du Muséum national d’Histoire naturelle/ADAC, 1998, viii+767 p. (la première partie est une courte histoire de la botanique (et spécifiquement la cryptogamie) au Muséum national d’histoire naturelle)

L’histoire de la botanique au Muséum, cours publics donnés par Denis Lamy les 20, 27 septembre et 10 octobre 2012.

Denis Lamy

Le Muséum national d’histoire naturelle et les botanistes “hors les murs” au XIXe siècle. Pratiques, collections, échanges, sociétés savantes

J. Lamarck. Plan du travail à faire pour mettre en ordre les herbiers du Cabinet national d’histoire naturelle (AN A/J15/512, cl. P. Lafaite)

Le décret de la Convention nationale du 10 juin 1793 porte création de douze chaires d’enseignement. La botanique est alors au cœur du dispositif, notamment avec ses chaires de « botanique dans le Muséum » et de « botanique dans la campagne ».

  • La chaire de « botanique dans le Muséum », confiée à René-Louiche Desfontaines, a pour objet l’« exposition de la physique végétale, de la philosophie botanique, des principaux systèmes ou méthodes de distribution des plantes », cours suivis de démonstrations fondées sur les collections du Muséum, dont l’herbier qui se voit rattaché à la chaire de botanique.
  • Les activités de celle de « botanique dans la campagne », de Laurent-Antoine de Jussieu, prendront la forme de « 20 herborisations » à différentes périodes de l’année, « dans les campagnes des environs de Paris ». « Il sera fait dans les mois de février et de mars quelques herborisations destinées à l’étude des mousses, des lichens et de plusieurs autres plantes analogues qu’on ne trouve en pleine végétation que pendant ces mois. »

Au-delà de ces chaires, c’est tout un projet dynamique du savoir scientifique qui est mis en place.

Afin d’accélérer les progrès de l’histoire naturelle, il est tout de suite envisagé les moyens permettant d’accroître les collections. Le « règlement pour le Muséum national d’histoire naturelle » de 1793 nous donne quelques pistes de ce point de vue

La botanique y une place essentielle fondée sur un jeu de réciprocités multiples : publier des inventaires pour informer les naturalistes, développer la correspondance avec les « établissements analogues et les naturalistes », favoriser la circulation des pièces – échanges, acquisitions, demandes aux divers départements « des productions de leur territoire », voyages et missions dans les régions et parfois au loin.

Ainsi, d’un point de vue formel, le Muséum semble envisager son développement dans une interaction perpétuelle. Le lien est tout de suite établi entre collections et terrain, entre Paris le Muséum et d’autres établissements, la province, voire l’étranger, entre les professeurs du Jardin des plantes et les naturalistes « hors les murs ».

Il nous a semblé important de revenir sur cette espèce de cahier des charges originel et de vérifier si, dans les faits, dans la pratique, celui-ci s’est trouvé validé ou non au cours du XIXe siècle.

Denis Lamy, ingénieur de recherche au CNRS, UMR « Origine, Structure et évolution de la biodiversité », membre du Centre Alexandre Koyré, est un spécialiste de l’histoire de la botanique. Ses travaux portent sur l’étude des classifications botaniques XVIIe-XIXe siècles en relation avec l’évolution des concepts et sur une mise en perspective sociale et académique, par l’étude de la circulation des savoirs à travers les réseaux de botanistes, des grandes institutions, des sociétés savantes spécialisées et de la vie des grandes collections de plantes.

A. Hurel (MNHN)

Architecture et décors du Muséum national d’histoire naturelle aux XIXe et XXe siècles

Galerie d'anatomie comparée et de paléontologie (1898)

La question du patrimoine immobilier est récurrente au Muséum national d’histoire naturelle, et elle est même toujours d’une actualité brûlante.

Elle est d’autant plus cruciale que le Muséum s’est développé dans un espace contraint, alors que les missions qui lui étaient dévolues ne faisaient que croître. Ainsi, dès décembre 1794, un rapport soulignait déjà l’exiguïté et l’insuffisance des locaux rapportées aux missions que la Convention nationale lui avait confiées un an plus tôt.

Au-delà de l’aspect financier, les questions où ? comment ? pourquoi ? sont au cœur de la relation entre le patrimoine immobilier et l’activité scientifique du Muséum. Depuis plus de deux siècles l’architecture tente cahin-caha d’accompagner le développement de cet établissement scientifique et l’émergence des nouvelles thématiques de recherche.

Les évolutions de ce patrimoine immobilier sont d’ailleurs retenues comme un indice fiable par les historiens du Muséum ou par ceux qui se sont interrogés sur le déclin de la science française au XIXe siècle.

Or, dans les années 1850-1860, plusieurs rapports officiels mettent l’accent sur l’état de crise dans lequel se trouve le Muséum : Rapport Corne de 1851, Rapport Allard de 1863, Rapports des commissions d’inspection du matériel de 1864 à 1868. Tous dressent un bilan consternant de l’état du Muséum. Les critiques portent alors sur les dysfonctionnements structurels – le modèle statutaire des années 1793 n’est plus adapté –, et les difficultés du Muséum à conserver sa place dans le contexte général de l’enseignement supérieur et de la recherche. Mais les reproches concernent également l’état du patrimoine immobilier dont la vétusté ou l’inadéquation pèsent directement sur la gestion des collections.

De ce point de vue, le bâtiment de la Baleine qui accueille ce séminaire fait office de cas d’école. Ces galeries d’anatomie comparée et d’anthropologie, chaires dites « à collections », ont été longtemps une plaie ouverte au sein du Jardin des Plantes. Jusqu’à l’inauguration de la galerie de la place Valhubert en 1898, elles ont cristallisé tous les reproches adressés à cet établissement, incapable d’offrir une place digne au laboratoire d’anthropologie et à ses collections.

Architecte en chef du Muséum entre les deux guerres mondiales, Emmanuel Pontremoli confia toute sa joie de travailler dans un établissement comme le Muséum mais également sa peine : « Je rêvais de tout ce qu’il aurait fallu pour revivifier le domaine qui m’était confié. J’établissais des projets, des devis ; cependant le pactole ne coulait pas dans ce jardin, cet éden en décrépitude. »

De manière fort judicieuse Christian Hottin rappelle dans le titre de son intervention le lien qui unit si intimement architecture et science dans des établissements comme celui-ci.

Christian Hottin est Conservateur du patrimoine, Adjoint au département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique au sein de la Direction générale des patrimoines du ministère de la Culture et de la Communication. Sa thèse de l’École des Chartes portait sur le patrimoine peint et sculpté des établissements d’enseignement supérieur à Paris. Ses recherches actuelles ont pour objet l’architecture des institutions scientifiques et culturelles, mais également la notion de patrimoine immatériel.