Archives de catégorie : Présentations

Question ontologique

Cabinet Bonnier de la Mosson, Paris, Muséum national d’Histoire naturelle, bibliothèque centrale

Nos six séances précédentes ont permis d’esquisser la très grande variété des identités d’un établissement comme le Muséum national d’histoire naturelle. En définitive, ces rencontres ont représenté une sorte d’introduction nécessaire à la question fondamentale, la question identitaire qui sera traitée ce soir : qu’est-ce qu’un Muséum ?

Dans la vie du Muséum national d’histoire naturelle, ce questionnement s’est posé de manière impérieuse à de multiples reprises : bien sûr lorsqu’il s’est agi de transformer le Jardin du Roi en un Muséum, mais également en arrière-plan de toutes les crises institutionnelles, c’est-à-dire  lorsque le Muséum dut justifier son organisation ou sa raison d’être.

L’historien Camille Limoges a très bien montré, qu’après l’âge d’or des années 1793-1844 une nouvelle période s’ouvre dans les années 1849-1863. À ce moment-là, les particularités voire le particularisme affichés par le Muséum deviennent autant de sujets de controverses. Le Muséum apparaît alors comme une « anomalie ».

Le rapport Corne de 1849 évoque cette institution comme :

« Une branche détachée du tronc commun et qui vit un régime particulier. La puissance publique est absente de cet établissement, excepté pour en solder les dépenses. Les hommes de science n’occupent pas seulement les chaires, ils administrent dans toute la portée de ce mot. »

Aux reproches sur l’administration générale, à la mise en cause du fonctionnement de l’établissement par le biais de la critique de la gestion des collections, ne tarderont pas à se superposer des débats sur la ligne et la légitimité scientifique du Muséum.

En 1863, dans un mémoire en défense en réponse aux conclusions du rapport Allard de 1858, les professeurs du Muséum auront à cœur de démontrer que l’organisation de leur établissement n’est pas politique. Sa création en 1793 ne le marque pas du sceau du jacobinisme ou de quelque autre doctrine :

« Si le décret qui créa le Muséum d’Histoire naturelle est du 10 de juin 1793, il repose sur les principes du projet présenté à l’Assemblée nationale le 23 d’août 1790 » porté par les Officiers du Jardin du Roi et du cabinet d’Histoire naturelle : Daubenton, Lemonnier, Portal, Mertrud, Van Spaendonck, Brongniart, Lamarck, Desfontaines, Faujas, Thouin, Fourcroy, Lacépède, Jussieu.

Bien plus que la politique, c’est selon eux « la science qui a présidé à l’institution du Muséum ». Le Muséum est donc un établissement scientifique avant tout et les règles qui président à son fonctionnement traduisent la nécessité d’être au plus proche des exigences scientifiques.

Bien sûr le temps des professeurs-administrateurs du Muséum national d’histoire naturelle des statuts originels de 1793 est révolu.

Pourtant, au-delà des seuls accommodements juridiques et administratifs à un contexte scientifique, politique, social en perpétuelle évolution, le Muséum n’a jamais pu faire l’économie de ses réflexions ontologiques.

Dès lors, seul un chercheur armé, tant sur le plan philosophique que sur le plan de l’histoire des sciences était à même d’aborder, aujourd’hui, dans ce séminaire, cette question identitaire dans ses multiples dimensions.

Jean-Marc Drouin, professeur au Muséum national d’histoire naturelle, est l’un des plus fins connaisseurs du Muséum et de son histoire. C’est donc tout naturellement que celui-ci, en tant qu’historien et épistémologue des savoirs naturalistes, est invité à se pencher sur cette question qui vient clore cette première année du séminaire : Qu’est-ce qu’un Muséum ?

 Rappel de quelques éléments bibliographiques concernant Jean-Marc Drouin :

  • 2008. L’Herbier des philosophes, Paris, Seuil, (Coll. Science ouverte)
  • 2008. (Nouvelle édition revue et actualisée) Présentation de Charles Darwin, l’Origine des espèces, Paris, Flammarion, (Collection GF), traduction d’Edmond Barbier, revue par Daniel Becquemont.
  • 2004 (Avec Jean-Daniel Candaux et la collaboration de Patrick Bungener et René Sigrist) édition annotée des Mémoires et souvenirs d’Augustin-Pyramus de Candolle (1778-1841), Genève, Georg, [autobiographie d’un botaniste].
  • 1993. L’écologie et son histoire, Réinventer la nature. Préface de Michel Serres. Paris, Flammarion, (Champs). [Réédition de Réinventer la nature. L’écologie et son histoire, Paris, Desclée de Brouwer, 1991, 213 p.]
  • 1990. (avec Charles Lenay) Théories de l’évolution. Une anthologie, Paris, Presses Pocket, 212 p. [recueil de textes avec introduction et notes].

 

A. Hurel (MNHN)

 

Le Muséum national d’histoire naturelle et les botanistes “hors les murs” au XIXe siècle. Pratiques, collections, échanges, sociétés savantes

J. Lamarck. Plan du travail à faire pour mettre en ordre les herbiers du Cabinet national d’histoire naturelle (AN A/J15/512, cl. P. Lafaite)

Le décret de la Convention nationale du 10 juin 1793 porte création de douze chaires d’enseignement. La botanique est alors au cœur du dispositif, notamment avec ses chaires de « botanique dans le Muséum » et de « botanique dans la campagne ».

  • La chaire de « botanique dans le Muséum », confiée à René-Louiche Desfontaines, a pour objet l’« exposition de la physique végétale, de la philosophie botanique, des principaux systèmes ou méthodes de distribution des plantes », cours suivis de démonstrations fondées sur les collections du Muséum, dont l’herbier qui se voit rattaché à la chaire de botanique.
  • Les activités de celle de « botanique dans la campagne », de Laurent-Antoine de Jussieu, prendront la forme de « 20 herborisations » à différentes périodes de l’année, « dans les campagnes des environs de Paris ». « Il sera fait dans les mois de février et de mars quelques herborisations destinées à l’étude des mousses, des lichens et de plusieurs autres plantes analogues qu’on ne trouve en pleine végétation que pendant ces mois. »

Au-delà de ces chaires, c’est tout un projet dynamique du savoir scientifique qui est mis en place.

Afin d’accélérer les progrès de l’histoire naturelle, il est tout de suite envisagé les moyens permettant d’accroître les collections. Le « règlement pour le Muséum national d’histoire naturelle » de 1793 nous donne quelques pistes de ce point de vue

La botanique y une place essentielle fondée sur un jeu de réciprocités multiples : publier des inventaires pour informer les naturalistes, développer la correspondance avec les « établissements analogues et les naturalistes », favoriser la circulation des pièces – échanges, acquisitions, demandes aux divers départements « des productions de leur territoire », voyages et missions dans les régions et parfois au loin.

Ainsi, d’un point de vue formel, le Muséum semble envisager son développement dans une interaction perpétuelle. Le lien est tout de suite établi entre collections et terrain, entre Paris le Muséum et d’autres établissements, la province, voire l’étranger, entre les professeurs du Jardin des plantes et les naturalistes « hors les murs ».

Il nous a semblé important de revenir sur cette espèce de cahier des charges originel et de vérifier si, dans les faits, dans la pratique, celui-ci s’est trouvé validé ou non au cours du XIXe siècle.

Denis Lamy, ingénieur de recherche au CNRS, UMR « Origine, Structure et évolution de la biodiversité », membre du Centre Alexandre Koyré, est un spécialiste de l’histoire de la botanique. Ses travaux portent sur l’étude des classifications botaniques XVIIe-XIXe siècles en relation avec l’évolution des concepts et sur une mise en perspective sociale et académique, par l’étude de la circulation des savoirs à travers les réseaux de botanistes, des grandes institutions, des sociétés savantes spécialisées et de la vie des grandes collections de plantes.

A. Hurel (MNHN)

Architecture et décors du Muséum national d’histoire naturelle aux XIXe et XXe siècles

Galerie d'anatomie comparée et de paléontologie (1898)

La question du patrimoine immobilier est récurrente au Muséum national d’histoire naturelle, et elle est même toujours d’une actualité brûlante.

Elle est d’autant plus cruciale que le Muséum s’est développé dans un espace contraint, alors que les missions qui lui étaient dévolues ne faisaient que croître. Ainsi, dès décembre 1794, un rapport soulignait déjà l’exiguïté et l’insuffisance des locaux rapportées aux missions que la Convention nationale lui avait confiées un an plus tôt.

Au-delà de l’aspect financier, les questions où ? comment ? pourquoi ? sont au cœur de la relation entre le patrimoine immobilier et l’activité scientifique du Muséum. Depuis plus de deux siècles l’architecture tente cahin-caha d’accompagner le développement de cet établissement scientifique et l’émergence des nouvelles thématiques de recherche.

Les évolutions de ce patrimoine immobilier sont d’ailleurs retenues comme un indice fiable par les historiens du Muséum ou par ceux qui se sont interrogés sur le déclin de la science française au XIXe siècle.

Or, dans les années 1850-1860, plusieurs rapports officiels mettent l’accent sur l’état de crise dans lequel se trouve le Muséum : Rapport Corne de 1851, Rapport Allard de 1863, Rapports des commissions d’inspection du matériel de 1864 à 1868. Tous dressent un bilan consternant de l’état du Muséum. Les critiques portent alors sur les dysfonctionnements structurels – le modèle statutaire des années 1793 n’est plus adapté –, et les difficultés du Muséum à conserver sa place dans le contexte général de l’enseignement supérieur et de la recherche. Mais les reproches concernent également l’état du patrimoine immobilier dont la vétusté ou l’inadéquation pèsent directement sur la gestion des collections.

De ce point de vue, le bâtiment de la Baleine qui accueille ce séminaire fait office de cas d’école. Ces galeries d’anatomie comparée et d’anthropologie, chaires dites « à collections », ont été longtemps une plaie ouverte au sein du Jardin des Plantes. Jusqu’à l’inauguration de la galerie de la place Valhubert en 1898, elles ont cristallisé tous les reproches adressés à cet établissement, incapable d’offrir une place digne au laboratoire d’anthropologie et à ses collections.

Architecte en chef du Muséum entre les deux guerres mondiales, Emmanuel Pontremoli confia toute sa joie de travailler dans un établissement comme le Muséum mais également sa peine : « Je rêvais de tout ce qu’il aurait fallu pour revivifier le domaine qui m’était confié. J’établissais des projets, des devis ; cependant le pactole ne coulait pas dans ce jardin, cet éden en décrépitude. »

De manière fort judicieuse Christian Hottin rappelle dans le titre de son intervention le lien qui unit si intimement architecture et science dans des établissements comme celui-ci.

Christian Hottin est Conservateur du patrimoine, Adjoint au département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique au sein de la Direction générale des patrimoines du ministère de la Culture et de la Communication. Sa thèse de l’École des Chartes portait sur le patrimoine peint et sculpté des établissements d’enseignement supérieur à Paris. Ses recherches actuelles ont pour objet l’architecture des institutions scientifiques et culturelles, mais également la notion de patrimoine immatériel.