Archives de catégorie : Résumés

Du côté du musée de l’Homme 1940-1941

Au commencement de la Résistance. Du côté du musée de l’Homme 1940-1941, Paris, Le Seuil, 2010, 513 p.

Le “réseau du musée de l’Homme”, organisation emblématique des débuts de la Résistance en zone Nord, semble bien connu.
Autour de quelques figures de proue issues du monde intellectuel (Yvonne Oddon, Germaine Tillion, Boris Vildé, Anatole Lewitsky et Paul Rivet) et d’une institution clairement identifiée, il paraît incarner une des première manifestation du refus de l’occupant.
Une étude précise permet pourtant de souligner la grande diversité de ses composantes, la variété des activités entreprises ou encore l’originalité de son mode de fonctionnement… autant de caractéristiques éloignées de l’image d’Epinal qui en est souvent donnée.
A travers le cas d’école que représente cette organisation en construction, ce sont quelques-unes des spécificités de la désobéissance pionnière qui peuvent être mises en lumière.

J. Blanc

Expositions universelles et sciences de l’Homme à Paris au XIXe siècle

Palais de l'Exposition Universelle de 1867 : [estampe], Mathis J. illustrateur, source Gallica.bnf.fr
Palais de l’Exposition Universelle de 1867 : [estampe], Mathis J. illustrateur, source Gallica.bnf.fr

Expositions universelles et sciences de l’Homme à Paris au XIXe siècle

Les expositions internationales, universelles ou spécialisées, ne sont pas seulement des fêtes du commerce et de l’industrie, même si la célébration du progrès technique y demeure l’objectif affiché. En décidant en 1855 d’accueillir l’ensemble des productions humaines et d’être ainsi « universelles », elles endossent un autre rôle, devenir des acteurs importants dans les échanges intellectuels, artistiques et culturels entre les pays, voire entre les continents.

Véritables fenêtres sur le monde, ouvertes sur des pays qui ne peuvent se prévaloir d’appartenir au cercle restreint des nations industriellement développées, mais qui ambitionnent de participer car les enjeux sont importants pour eux en termes économique, commercial ou diplomatique, les expositions fournissent à un public majoritairement européen, qui souvent n’a ni les moyens ni même l’envie de voyager, des représentations du monde qui rencontrent les images mentales qu’il a glanées dans ses lectures du Magasin pittoresque ou du Tour du monde.

Dans une époque où des sciences nouvelles, archéologie, paléontologie, anthropologie, ethnologie, s’élaborent, obtiennent pignon sur rue (chaires d’enseignement, congrès, musées…) et se muent en disciplines académiques, les expositions sont un relais efficace pour mieux les faire connaître et adopter du grand public. Tout comme les expositions ont contribué à familiariser le public avec la technique, elles contribuent aussi à lui rendre plus accessibles ces sciences de l’Homme qui se construisent alors, fût-ce sous des formes pittoresques comme la pyramide de Xochicalco reconstituée sur le Champ de Mars en 1867. D’autant que les voyageurs et explorateurs eux-mêmes qui parcourent la planète apprécient volontiers, comme Ujfalvi, Hugues Kraft, Désiré Charnay et beaucoup d’autres, de présenter leurs collectes dans les enceintes des expositions, avant de les confier aux collections publiques.

Des considérations de rentabilité financière s’en mêlent, poussant les organisateurs des expositions à favoriser des attractions « exotiques » dont ils savent qu’elles attireront un public nombreux. Ainsi, artisans de chibouques, tireurs de pouss-pouss, danseuses du ventre et autres bijoutiers africains proposent une « ethnologie du pauvre », à la limite entre découverte de l’autre et divertissement populaire, qui va être un élément décisif dans le succès des expositions.

Christiane Demeulenaere-Douyère
Conservateur général honoraire aux Archives nationales (Paris)
Chercheur associé au Centre Alexandre Koyré, UMR 8560 /CNRS-EHESS-MNHN, Paris

Bibliographie :

  • « Avant les expositions coloniales. Les colonies dans les expositions industrielles et universelles du xixe siècle », dans Archives municipales de la ville Marseille, Désirs d’ailleurs. Les expositions coloniales de Marseille 1906 et 1922, Marseille, Éditions Alors Hors du Temps, 2006, p.  23-31.
  • « Le Mexique s’expose à Paris : Xochicalco, Léon Méhédin et l’exposition universelle de 1867 », HISTOIRE(S) de l’Amérique latine, 3, 2009, p. 1-16 (revue électronique).
  • « Les expositions universelles sous l’objectif. La photographie dans les fonds des expositions aux Archives nationales (Paris) », dans Ana M. Cardoso de Matos et Irina Gouzévitch (dir.), Expositions universelles, musées techniques et société industrielle / World Exhibitions, Technical Museums and Industrial Society, Lisboa, Ediçoes Cilibri/CIDEHUS-UE/CIUHCT, 2009, p. 165-178.
  • « 1867: Los Parisinos descubren el México antiguo », Istor. Revista de Historia Internacional, n° 50, año XIII, Otoño de 2012, p. 283-311 (ISSN: 977165-171015).
  • [dir. avec Anne-Laure Carré, Marie-Sophie Corcy et Liliane Hilaire-Pérez], Les expositions universelles en France au xixe siècle. Techniques. Publics. Patrimoines, Paris, CNRS Editions, Collection Alpha, 2012 (présentation : http://www.cnrseditions.fr/Histoire/6659-les-expositions-universelles-en-france-au-xixe-siecle-sous-la-direction-de-anne-laure-carre-marie-sophie-corcy.html).
  • [dir. avec Ana Cardoso de Matos et Maria Helena Souto], The World’s Exhibitions and the display of science, technology and culture: moving boundaries, Quaderns d’Historia de l’Enginyeria, Barcelone, 2012, vol. 13 (en ligne sur http://upcommons.upc.edu/revistes/handle/2099/12864).
  • « World Exhibitions: a gateway to non-European cultures? », dans Ana Cardoso de Matos, Christiane Demeulenaere-Douyère et Maria Helena Souto (dir.), The World’s Exhibitions and the display of science, technology and culture: moving boundaries, Quaderns d’Historia de l’Enginyeria, Barcelone, 2012, vol. 13, p. 81-96. (en ligne sur http://upcommons.upc.edu/revistes/handle/2099/12864).
  • « Entre archéologie savante, intention politique et divertissement grand public : la révélation du Mexique ancien dans les expositions universelles parisiennes (1867-1889) », dans Christiane Demeulenaere-Douyère et Liliane Pérez (dir.), Identité, altérité et mondialisation : l’expérience des expositions universelles, à paraître.

 

Sculptures de Charles Cordier

"câpresse des colonies" par Charles Cordier
“Câpresse des colonies” par Charles Cordier

Dès son ouverture en 1860, la galerie d’anthropologie du Muséum a le souci d’exposer des types humains statufiés.  On fait appel à Charles Cordier (1827-1905), sculpteur dont la vocation fut de mettre « l’art et la beauté au service de la science anthropologique ». Élève de Rude en 1847, il rencontre son premier modèle « exotique », un ancien esclave soudanais, Seïd Enkess, qui oriente sa vocation à dépeindre la diversité humaine. Rapidement s’y ajoutent une « Vénus africaine » (1851), et un couple de Chinois (1853), où il introduit la galvanoplastie et l’émaillage, puis à partir de 1855 il passe à la polychromie et à la polylithie. L’humanité et la modernité de Cordier sont dans un traitement magnifié de la figure de l’indigène, bien que son interprétation typologique et raciologique de la diversité, normale à son époque, soit à présent obsolète.

La création de la galerie d’anthropologie amène à s’interroger sur l’origine de cette science au Muséum, et auparavant au Jardin du Roi. On constate que le mot anthropologie est présent dès l’époque des premiers démonstrateurs d’anatomie, comme Jean Riolan (1577-1657). De grands noms de l’anatomie, tous médecins et chirurgiens (Winslow, Vicq d’Azyr, Portal), se succèderont dans cet enseignement qui est totalement indépendant de la Faculté de Médecine. En 1838 la chaire devient « Anatomie et Histoire naturelle de l’Homme ». C’est Etienne Serres, titulaire de cette chaire de 1839 à 1855, qui commande les bustes à Cordier mais c’est son successeur Armand de Quatrefages (1810-1892, titulaire de 1855 à 1892) qui la transforme en  chaire d’anthropologie et ouvre la galerie du même nom, avec l’appui de son aide-naturaliste Ernest Théodore Hamy (1842-1908), lequel lui succédera comme professeur, et fondera le Musée d’Ethnographie du Trocadéro.

Alain Froment
Collections d’Anthropologie du Musée de l’Homme