Archives de catégorie : Résumés

L’anatomie humaine au Jardin du roi, un enseignement politique (XVIIe-XVIIIe siècle)

Edit dissociant la charge de Premier médecin du Roi de la charge de Surintendant
Edit dissociant la charge de Premier médecin du Roi de la charge de Surintendant. Source : gallica.bnf.fr

L’anatomie humaine au Jardin du roi, un enseignement politique (XVIIe-XVIIIe siècle)

Depuis sa création et pendant au moins tout le XVIIe siècle, le Jardin royal des plantes médicinales fait partie des « batailles de Paris » livrées, notamment, par la Faculté de médecine. Ces batailles sont à la fois doctrinales, institutionnelles et politiques. Le Jardin défie le monopole de l’enseignement que la Faculté entend préserver, intègre des doctrines que nombre de docteurs-régents parisiens rejettent, met en tension les rapports que l’École de la rue de la Bûcherie entretient avec le premier médecin du roi. Si les enjeux concernant l’enseignement de la botanique sont certes au cœur des conflits, en particulier au cours des premières décennies d’existence du Jardin, les démonstrations d’anatomie n’en font pas moins l’objet de rapports de force. La nature, les modalités, le contenu et les responsables de l’enseignement de l’anatomie au Jardin du roi ne cessent d’être, jusqu’à la première moitié du XVIIIe siècle, un des vecteurs de la volonté du pouvoir royal, incarné par le premier médecin, d’exercer une influence de poids sur les choix doctrinaux et thérapeutiques de la Faculté de Paris. Aussi le Jardin est-il devenu, avec la Faculté, le Collège royal et l’Académie des sciences, un des principaux lieux de l’anatomie à Paris. Une « anatomie d’État », qui a réussi à s’imposer en concurrente de celle des Écoles, tout en passant des compromis avec les docteurs-régents.

Rafaël Mandressi
CNRS, Centre Alexandre Koyré

 

Le Muséum contre le Collège de France

 Élie de Beaumont, Léonce (1798-1874), Truchelut & Valkman (Paris). Photographe, source gallica.bnf.fr
Élie de Beaumont, Léonce (1798-1874).Truchelut & Valkman (Paris) photographe. Source gallica.bnf.fr

 

Les débuts de la stratigraphie, des années 1820 aux années 1860 : le Muséum contre le Collège de France

La stratigraphie, science qui étudie la disposition des strates, ou couches des terrains, en vue de reconstituer l’histoire de la Terre, naît dans les années 1810, en Angleterre, avec William Smith, et en France avec Alexandre Brongniart (et Georges Cuvier). Elle a besoin pour ce faire d’utiliser des marqueurs, essentiellement des fossiles qui permettent de dater les couches.

Curieusement quand le même Brongniart accède au Muséum, en 1822, c’est dans la chaire de minéralogie, science toute différente. La chaire de paléontologie qui étudie les fossiles, auxiliaires de la stratigraphie, n’est créée qu’en 1853, et confiée à Alcide d’Orbigny.

Et quand Victor Duruy commande les rapports à l’Empereur, pour l’exposition universelle de 1867,  à côté des rapports de minéralogie, de géologie (expérimentale) et de paléontologie, confiées aux professeurs du Muséum, il ajoute un rapport de stratigraphie, demandé à Léonce Elie de Beaumont, professeur au Collège de France (chaire d’histoire naturelle des êtres inorganiques) qui abandonne étrangement le recours aux fossiles au profit d’une géométrisation des « systèmes de montagnes ». Tout cela exige quelques explications.

Gabriel Gohau, Comité français d’histoire de la Géologie (COFRHIGEO)

CommaWikipedia: The comma is a punctuation mark, and it appears in several variants in various languages.

Les archives du Muséum pour éclairer la connaissance des sciences naturelles en Pologne et Lituanie au XIXe siècle

Le cabinet zoologique de Varsovie (moitié du XIXe siècle)
Le cabinet zoologique de Varsovie (moitié du XIXe siècle)

Le XIXe siècle constitue une période de développement dynamique des sciences naturelles en Pologne et en Lituanie. Héritiers de la République des Deux Nations, partagée entre trois puissances étrangères (Russie, Autriche et Prusse), ces deux pays traversent une période de 123 ans (1795-1918) d’occupation. Une grande partie des activités et des institutions scientifiques, interdites ou limitées, se développent à l’étranger, principalement en France. C’est une spécificité polono-lituanienne de l’histoire des sciences en Europe. Autre caractéristique, les initiatives de développement des recherches dans ces pays sont souvent influencées par la pensée naturaliste et les institutions scientifiques françaises. Les archives du Muséum national d’histoire naturelle conservent à cet égard de nombreux documents cruciaux pour comprendre l’histoire des sciences naturelles en Pologne et en Lituanie.

L’importance de l’enseignement au Muséum national d’histoire naturelle dans la formation des élites scientifiques polonaises doit être remarquée. Les listes des auditeurs de cours de minéralogie, de botanique, des visiteurs du cabinet anatomique, des excursions géologiques, témoignent du rôle qui joua la France dans les pays où l’enseignement supérieur ne pouvait pas se développer librement. Ces documents complètent les rapports et les mémoires d’étudiants polonais et lituaniens comme Staszic, Drzewiński, Jarocki, Domeyko. Les collections du Muséum jouaient alors le rôle de modèles dans la création des principaux cabinets et musées d’histoire naturelle en Pologne et en Lituanie. Paris fut aussi souvent la première étape d’un voyage vers l’Amérique du Sud ou l’Afrique comme dans les cas de Jelski, Taczanowski et Sztolcman qui préparèrent au Muséum leurs explorations des tropiques.

Au cours du XIXe siècle, les sciences naturelles françaises jouèrent un rôle primordial dans tous les centres académiques de Pologne et de Lituanie (Cracovie, Vilnius, Krzemieniec et Varsovie). Les sujets de recherches, l’échange des idées et des collections mais aussi la politique et la vie quotidienne des savants témoignent de cette influence que l’on redécouvre à l’étude de la correspondance échangée par les naturalistes de ces centres de recherche (Horodecki, Jundziłł, Besser, Estreicher, Tyzenhauz, Taczanowski, Markowski, Zejszner) avec leurs professeurs et collègues de France.

Piotr Daszkiewicz

Retrouvez les images de la conférence ici