Archives de catégorie : Résumés

Postérité de Lamarck

"La postérité vous admirera, elle vous vengera, mon père" Aménaïde Cornélie Lamarck à son père. Monument Lamarck, Muséum.
“La postérité vous admirera, elle vous vengera, mon père” Aménaïde Cornélie Lamarck à son père. Monument Lamarck, Muséum.

La question de la réputation de Lamarck pendant sa vie et immédiatement après sa mort est très complexe. Pour la majorité des historiens, Lamarck aurait été défait de son vivant même, par Cuvier et d’autres naturalistes, qui dénonçaient son amour pour les spéculations oisives.

Des historiens éminents et à contre-courant ont au contraire affirmé que Lamarck avait beaucoup de disciples, notamment en France et en Angleterre. L’examen critique du problème, avec l’appui de deux cas majeurs de réactions à Lamarck en France et en Angleterre, nous permettra de faire un pas de plus vers une historiographie moins anachronique et « militante ».

Pietro Corsi

Le Musée d’ethnographie du Trocadéro et le Musée de l’Homme face ou dans le Muséum ?

affiche-mh-1938
© BC MNHN

Dans la foulée de l’exposition universelle de 1878, l’État fonde le Musée d’Ethnographie du Trocadéro. Directement placé sous la tutelle du ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, il est destiné, selon le vœu formulé par Jules Ferry, à présenter « l’histoire des mœurs et des coutumes des peuples de tous les âges ».

L’établissement de ce nouveau musée permet alors, non seulement de centraliser les collections d’objets provenant des missions scientifiques effectuées de par le monde, mais aussi de procurer aux collections « ethnographiques » un statut légitime et autonome au sein des musées français. Cependant, le Musée d’Ethnographie du Trocadéro permet surtout d’afficher la politique de la jeune IIIe République, en présentant les objets liés à des pratiques culturelles sensées disparaître en raison de la colonisation et de la mise en place de l’État-nation dans les régions métropolitaines.

Continuer la lecture de Le Musée d’ethnographie du Trocadéro et le Musée de l’Homme face ou dans le Muséum ?

Réceptions de Buffon dans les Lumières écossaises

An essay on the history of civil society, Adam Ferguson, Basil : printed by J.J. Tourneisen, 1789
An essay on the history of civil society, Adam Ferguson, Basil : printed by J.J. Tourneisen, 1789

L’historiographie, dans les dernières années, a souligné l’originalité et l’importance des Lumières écossaises dans l’établissement d’une nouvelle conception de l’histoire : avec Adam Smith et le mainstream des philosophes écossais, celle-ci abandonnait la narration traditionnelle des événements politiques pour s’attacher à l’étude du développement social de l’humanité à travers le franchissement des stades socio-économiques, depuis la sauvagerie primitive jusqu’à la société commerciale moderne. Restent cependant encore à interroger les liens entre cette conception progressive de l’histoire de la société civile et l’histoire naturelle de l’homme, ainsi que les classifications du monde naturel qui s’y développent.

Continuer la lecture de Réceptions de Buffon dans les Lumières écossaises