Archives de catégorie : Résumés

Les Grimaldi en leur cabinet de curiosités

Cabinet de Joseph Bonnier de La Mosson (1702-1744) à la médiathèque du Muséum national d’histoire naturelle 

Les Grimaldi en leur cabinet de curiosités
Les princes de Monaco, la science et le Jardin du Roi

 

Jusque-là seigneur de Monaco, Honoré II (1597-1662) prend, en 1612, le titre de prince. En 1641, il se place sous la protection du roi de France qui confirme, par le traité de Péronne, sa souveraineté. Parallèlement à son effort d’affirmation politique, il s’attache à intégrer la société européenne des princes en adoptant les pratiques culturelles de la distinction monarchique.
Souverains à Monaco et grands aristocrates en France, les Grimaldi constituent, au XVIIe siècle, des cabinets de curiosités. Miroirs de souveraineté, substituts de regalia ou de mirabilia, ces objets rares et précieux publient l’éminence de la dynastie aux yeux des visiteurs de leur palais, en particulier des voyageurs savants en route vers l’Italie. Leur qualité en fait des hôtes choyés par les princes. Même si certains, comme le mathématicien Bernouilli ou l’astronome Cassini n’ont qu’une vision rapide et lointaine de la Principauté, d’autres, comme le géologue Saussure, le naturaliste Millin ou le médecin botaniste Fodéré usent de leur regard de spécialistes pour décrire les spécificités du petit État dans leur discipline. Certains s’arrêtent, comme le père jésuite Laval, en 1719, pour faire des expérimentations devant le prince Antoine Ier (1661-1731), qui, dans sa bibliothèque, conserve des outils de géométrie. Amateur d’art et esprit éclairé, Jacques Ier (1689-1751) achète, quant à lui, des instruments du cabinet de Bonnier de La Mosson. La provenance prestigieuse de ces objets distingue et sanctionne sa curiosité. À la fin du XVIIIe siècle, la science devient « utile » et objet de gouvernement. Honoré III (1720-1795) commande des mémoires sur la culture du mûrier. Il fait venir de façon précoce des chevaux anglais pour améliorer la race normande et recourt à l’expertise d’un agronome d’outre-Manche pour mettre en valeur ses terres. À Monaco, il fait évaluer par le géologue Faujas de Saint-Fond un filon charbonneux qui, un temps, fait croire à une possible industrialisation de la Principauté. Homme de son temps et des usages de son ordre, le dernier prince d’Ancien Régime sacrifie à la frénésie mesmérienne et à la mode parisienne des expériences publiques. Même si l’histoire continue à être un goût dominant, les « sciences et arts » sont bien représentés dans les bibliothèques des Grimaldi au siècle des Lumières. Quelques ouvrages savants et techniques leur sont dédiés. Les jeunes princes reçoivent les rudiments d’une éducation scientifique, en particulier dans le domaine des mathématiques. Georges Cuvier est même, pendant la Révolution, le précepteur fortuit du futur prince Honoré V (1778-1841). L’exemple des souverains entraîne quelques sujets, gens de cour ou ecclésiastiques de la Principauté, à s’investir dans les sciences. Le milieu naturel local les amène souvent à s’intéresser à la botanique. Lamarck, en garnison à Monaco, y aurait d’ailleurs fait ses premières observations.
Si, dans le domaine du connoissorship scientifique, les Grimaldi suivent les usages de leur temps, peut-être plus qu’ils ne les précèdent, ils instrumentalisent les sciences et les savants à des fins de reconnaissance culturelle et de légitimation politique. Laboratoire des grandes cours européennes, le palais de Monaco peut ainsi être vu comme un observatoire privilégié des rapports qu’entretiennent aux XVIIe et XVIIIe siècles, les princes et les savants et un marqueur de la propagation de la culture scientifique jusque dans les petites cours.

 

Thomas Fouilleron
Directeur des archives et de la bibliothèque du Palais princier de Monaco
Docteur en histoire – Chercheur associé au Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine (EA 1193 – Université de Nice Sophia Antipolis)

 

L’affaire du Muséum (1872-1875)

Vue perspective de la ménagerie des reptiles – André Louis-Jules (1819-1890) architecte – extrait de la Revue générale de l’architecture et des travaux publics

Auguste Duméril (1812-1870), titulaire de la chaire de Zoologie (reptiles et poissons) décède le 12 novembre 1870. Cette chaire restera vacante pendant cinq années. Elle est à l’origine de « l’affaire du Muséum » et de conflits personnels et politiques qui conduiront Chevreul, alors directeur du Muséum, à donner sa démission, pour la reprendre aussitôt. L’homme du conflit se nomme Camille Dareste (1822-1899), médecin, fondateur de la tératologie expérimentale. Dareste est loin d’être un spécialiste des reptiles et des poissons mais, fatigué des postes de professeur qu’il occupa à Lyon puis à Lille, il désirait à tout prix une chaire parisienne. Chevreul s’opposa à la candidature de Dareste, malgré les appuis de ses amis du Muséum, dont Quatrefages, et de ses relations politiques. La grande presse de l’époque s’empara de cette histoire. Vingt neuf quotidiens vont évoquer la démission de Chevreul et la candidature de Dareste, de la simple ligne d’information aux articles de plusieurs colonnes. Edmond About, directeur du XIXe siècle donnera tout son talent pour conter cette « affaire », véritable imbroglio politique et académique qui s’achève par la nomination de Léon Vaillant (1834-1914) le 20 juillet 1875 à la chaire des Reptiles et Poissons. Quant à Camille Dareste, le ministre crée pour lui un enseignement d’embryogénie et un laboratoire de tératologie à la Faculté de Médecine de Paris en 1875,  laboratoire qui sera rattaché à l’EPHE en 1879.

Jean-Louis Fischer
Centre Koyré

Édouard Lartet (1801-1871), de la ferme du Campané au Muséum national d’Histoire naturelle : un itinéraire singulier

Édouard Lartet (1801-1871), de la ferme du Campané  au Muséum national d’Histoire naturelle : un itinéraire singulier

Le Mammouth de la Madeleine. Extrait de Reliquiae aquitanicae : being contributions to the archaeology and palaeontology of Perigord and the adjoining provinces of Southern France, London, Williams, 1865-1875, planche XXXVII

Édouard Lartet fut professeur du Muséum sans l’être. Ce paradoxe résume une vie hors du commun, au cours à la fois atypique et exemplaire. Avocat de formation, il devient palaéontologue puis préhistorien. Il fouille notamment le gisement du Campané à Sansan, ainsi que plusieurs autres gisements du département du Gers, comme Simorre. C’est grâce à lui qu’une région connue depuis le XVIIe siècle pour livrer des objets bizarres (les « fausses turquoises de Simorre ») devient une terre paléontologique. Lartet est d’abord un homme de terrain mû par sa passion pour les fossiles puis il se « professionnalise » et devient paléontologue, décrivant les restes fossiles qu’il met au jour. Il publie notamment plusieurs notices sur la colline de Sansan avec la liste des espèces qui y vivaient au Miocène. Parmi les découvertes qui l’ont rendu célèbre la première est celle du Pliopithecus souvent cité comme le premier singe qui mit à bas la théorie de Cuvier. On détaillera cet aspect, et les légendes qui y sont associées. La découverte d’un autre singe, le Dryopithecus, du côté de Saint-Gaudens cette fois, mérite également une mention.

La carrière de Lartet s’est orientée en direction de la préhistoire. Aussi, devenu théoricien à part entière, Lartet conçoit-il la première chronologie du Quaternaire digne de ce nom. Il aura, de surcroît, la bonne fortune de découvrir un ivoire de mammouth gravé, la gravure représentant un mammouth, prouvant définitivement la contemporanéité de l’homme et des grands mammifères quaternaires : c’est l’ivoire dit de La Madeleine.

Si Lartet critiqua le cuviérisme dogmatique il ne devint pas évolutionniste quoiqu’ayant travaillé avec son collègue du Muséum Albert Gaudry, paléontologue évolutionniste s’il en est. Nommé à la chaire de paléontologie du Muséum en 1869, il ne put néanmoins y enseigner : malade, il dût retourner dans son Gers natal où il rend son dernier soupir au seuil de l’année 1871, l’année où Charles Darwin publie en Angleterre The Descent of man.

Pascal Tassy
MNHN, HDT, CR2P