Archives de catégorie : Résumés

1905-2006 : un siècle de circulations des objets océaniens parmi les collections publiques

Depuis leur fondation, les musées publics en France effectuent des échanges, des mises en dépôts ou des prêts à long terme de leurs collections. Les objets océaniens n’y échappent pas et ont largement circulé entre divers établissements publics en fonction de l’histoire scientifique et intellectuelle, ou au gré des opportunités, fréquemment en lien avec le musée d’ethnographie du Trocadéro puis le musée de l’Homme, tous deux départements du Muséum national d’histoire naturelle.

Cette intervention s’appuie sur mes recherches de doctorat en anthropologie, entreprises à La Rochelle Université et à l’École du Louvre, qui ont porté sur les circulations et les valeurs des objets océaniens dans les collections privées et publiques entre 1980 et 2020. Des exemples plus anciens de circulations seront également considérés pour comprendre leurs effets dans le temps, notamment en lien avec l’histoire du Muséum national d’histoire naturelle et de ces départements d’exposition. La géographie ne se limitera pas à la France hexagonale mais intègrera également les collectivités françaises situées dans l’océan Pacifique, en particulier la Nouvelle-Calédonie et la Polynésie française. Ma présentation s’attachera aussi à mettre en évidence les personnalités impliquées dans ces circulations et leurs motivations. Ainsi, il sera possible d’obtenir une vision historique et diachronique des modalités de circulations des objets océaniens dans les collections publiques au cours du XXe siècle et des implications de ces mouvements en terme d’exposition et de valorisation.

Marion Bertin (ATER en muséologie à l’Université d’Avignon, UFR SHS – Centre Norbert Elias (UMR 8562))

Comment construire un muséum fin-de-siècle ? La galerie de paléontologie du Jardin des Plantes

Comment construire un muséum fin-de-siècle ? La galerie de paléontologie du Jardin des Plantes de Paris, ou quand le Muséum du futur était tourné vers son passé.

[Anonyme], « Le Muséum du Jardin des Plantes / Cette partie du Jardin des Plantes, à laquelle un nouveau et superbe local vient d’être affecté, est de création relativement moderne. […] [vue prise de la place Valhubert] », héliotype retouché, éditeur non id., BHVP, Fonds iconographique, Recueil « Jardin des Plantes (Paris) », fonds Charles-Félix Parent de Rosan (1798-1890), n°1-EST-01321, p.VI.

Durant le dernier tiers du XIXe siècle, la poussée de la compétition scientifique internationale, exacerbée par la guerre franco-prussienne, profita au Muséum de Paris qui connut alors la plus grande phase d’amélioration de ses équipements. Avec la centralisation des sciences dans la capitale, l’institution, reflet du progrès social de la nation, était investie d’un enjeu politique de première importance. La Galerie de paléontologie fut ainsi projetée immédiatement après l’érection quasi simultanée de quatre nouveaux muséums nationaux d’importance : ceux de Londres, Berlin, Vienne et – un peu à part – celui de New York. Le Muséum parisien bénéficia de ces modèles ainsi que des derniers développements des études évaluatives portant notamment sur la fonctionnalité des musées-bâtiments, ­ des meilleurs aménagements muséaux et des propos muséographiques les plus efficaces. Continuer la lecture de Comment construire un muséum fin-de-siècle ? La galerie de paléontologie du Jardin des Plantes

Les empires de papier du Jardin du roi (vers. 1660-1830)

Perrault, Claude (1613-1688), Mémoires pour servir à l’histoire naturelle des animaux, A Paris, de l’Imprimerie royale. M DC LXXI (source : BnF Gallica)

Dans sa quête enthousiaste des sources de la modernité occidentale, l’histoire des sciences positiviste avait tissé un lien étroit entre « révolution scientifique » et « révolution de l’imprimé » : les pratiques manuscrites se présentaient alors comme une relique de temps décidément « a-modernes » ou « prémodernes », un âge des « savants-scribes » révolu avec la diffusion implacable de l’imprimerie. Ces vues sont largement contestées depuis les années 1980 au moins, mais on s’est préoccupé plus de démanteler le mythe de la « culture de l’imprimé » qu’à rendre compte du dynamisme que les pratiques manuscrites ont conservé longtemps après la supposée « révolution de Gutenberg ». Or, dans l’histoire des savoirs de la période moderne, un monde vaste et varié de pratiques d’écriture « à la main » se cache sous la surface de la culture imprimée. Continuer la lecture de Les empires de papier du Jardin du roi (vers. 1660-1830)