Archives de catégorie : Résumés

Représenter l’homme fossile : la préhistoire en peinture dans le Caïn de Cormon et dans son décor pour l’amphithéâtre de paléontologie, d’anatomie comparée et d’anthropologie

Esquisse pour le plafond de l’amphithéâtre de paléontologie du Muséum d’histoire naturelle de Paris : Les Races humaines (Plafond). Cormon, Fernand (Fernand-Anne Piestre, dit) , Peintre. PDUT1396, CC0 Paris Musées / Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, Petit Palais

Au XIXe siècle, les idées nouvelles, le développement de la pensée positiviste et scientifique, les ouvrages de Darwin et les résultats des fouilles archéologiques et paléontologiques ne sont pas restés sans incidences sur la représentation des premiers hommes, dès lors que la question des origines de l’homme se trouve posée en d’autres termes que par le passé. Des réalisations artistiques en témoignent telles que les peintures de Fernand Cormon. Dans une tentative de renouvellement du grand genre historique, Cormon tient compte des acquis nouveaux de la science. Son Caïn ainsi que son décor pour l’amphithéâtre de la galerie de paléontologie, d’anatomie comparée et d’anthropologie du Muséum national d’Histoire naturelle sont l’expression de la complexité des sources dont se nourrit le grand genre dans la seconde moitié du siècle.

Chang-ming PENG (Université de Lille, IRHIS)

Les objets de la préhistoire extra-européenne au Trocadéro (1878-1940)

Musée d’ethnographie du Trocadéro ; Vitrine Préhistoire Amérique ; 1880-1929

Cette communication traitera de la façon dont le musée d’Ethnographie du Trocadéro, puis le musée de l’Homme ont intégré la préhistoire non européenne dans leurs collections et expositions. Il s’agira de déterminer comment la présence de ce type de collections fut justifiée dans l’institution, ce qui a poussé les acteurs du musée à associer ou dissocier ces pièces de celles de populations actuelles, quelle part elles prirent dans le développement d’un modèle alternatif à celui s’étant développé dans la seconde moitié du XIXe siècle en Europe.

En passant par une histoire matérielle de la préhistoire au Trocadéro, nous tenterons de mettre en lumière les jalons de la reconnaissance d’une haute antiquité de l’Homme hors des frontières européennes.

Adèle Chevalier (doctorante MNHN, UMR 7194 Histoire naturelle de l’homme préhistorique)

Défendre « l’action du milieu » au Muséum : la trajectoire de Julien-Noël Costantin entre réseaux familiaux et enjeux coloniaux (1884-1932)

Georges Canguilhem, “Le vivant et son milieu”, in La connaissance de la vie, Paris, Librairie Hachette, coll. Science et Pensée, 1952, pp. 160-193.

L’article de G. Canguilhem « Le vivant et son milieu » (1952) propose une grandiose généalogie de la notion de milieu, de Newton aux behavioristes. La fresque est loin d’être axiologiquement neutre : face à l’appréhension mécaniste et menaçante du milieu, Canguilhem défend une définition soucieuse de la singularité des milieux propres à chaque espèce et de leur irréductible normativité. Bien plus que Lamarck qui échappe au discrédit, ce sont les néo-lamarckiens qui, avec les behavioristes, sont les plus fermement dénoncés. Opposant leur mécanisme au « vitalisme nu » de Lamarck, il ajoute même que « le terme (de milieu) pris comme universel, comme abstrait, leur est transmis par Taine », véritable bête noire de Canguilhem tout au long de sa carrière. Leur faute est grave : les « néo-lamarckiens français » n’auraient retenu « des caractères morphologiques et des fonctions du vivant que leur formation par le conditionnement extérieur et pour ainsi dire par déformation. Il suffit de rappeler les expériences de Costantin sur les formes de la feuille de sagittaire ».

Face à cette véhémente critique, l’objectif de cette communication sera de tenter de revenir sur la trajectoire de Julien-Noël Costantin (1857-1936), promoteur de l’explication des transformations végétales par le milieu et dont la carrière fut intimement associée au Muséum : comme aide naturaliste (1884-1887), professeur à la chaire de culture (1901-1919) puis de botanique (1919-1932). Réseaux familiaux et enjeux coloniaux semblent avoir favorisé une carrière promouvant « l’action du milieu ».

Wolf Feuerhahn (CNRS, Centre Koyré)