Édouard Lartet (1801-1871), de la ferme du Campané au Muséum national d’Histoire naturelle : un itinéraire singulier

Édouard Lartet (1801-1871), de la ferme du Campané  au Muséum national d’Histoire naturelle : un itinéraire singulier

Le Mammouth de la Madeleine. Extrait de Reliquiae aquitanicae : being contributions to the archaeology and palaeontology of Perigord and the adjoining provinces of Southern France, London, Williams, 1865-1875, planche XXXVII

Édouard Lartet fut professeur du Muséum sans l’être. Ce paradoxe résume une vie hors du commun, au cours à la fois atypique et exemplaire. Avocat de formation, il devient palaéontologue puis préhistorien. Il fouille notamment le gisement du Campané à Sansan, ainsi que plusieurs autres gisements du département du Gers, comme Simorre. C’est grâce à lui qu’une région connue depuis le XVIIe siècle pour livrer des objets bizarres (les « fausses turquoises de Simorre ») devient une terre paléontologique. Lartet est d’abord un homme de terrain mû par sa passion pour les fossiles puis il se « professionnalise » et devient paléontologue, décrivant les restes fossiles qu’il met au jour. Il publie notamment plusieurs notices sur la colline de Sansan avec la liste des espèces qui y vivaient au Miocène. Parmi les découvertes qui l’ont rendu célèbre la première est celle du Pliopithecus souvent cité comme le premier singe qui mit à bas la théorie de Cuvier. On détaillera cet aspect, et les légendes qui y sont associées. La découverte d’un autre singe, le Dryopithecus, du côté de Saint-Gaudens cette fois, mérite également une mention.

La carrière de Lartet s’est orientée en direction de la préhistoire. Aussi, devenu théoricien à part entière, Lartet conçoit-il la première chronologie du Quaternaire digne de ce nom. Il aura, de surcroît, la bonne fortune de découvrir un ivoire de mammouth gravé, la gravure représentant un mammouth, prouvant définitivement la contemporanéité de l’homme et des grands mammifères quaternaires : c’est l’ivoire dit de La Madeleine.

Si Lartet critiqua le cuviérisme dogmatique il ne devint pas évolutionniste quoiqu’ayant travaillé avec son collègue du Muséum Albert Gaudry, paléontologue évolutionniste s’il en est. Nommé à la chaire de paléontologie du Muséum en 1869, il ne put néanmoins y enseigner : malade, il dût retourner dans son Gers natal où il rend son dernier soupir au seuil de l’année 1871, l’année où Charles Darwin publie en Angleterre The Descent of man.

Pascal Tassy
MNHN, HDT, CR2P

 

Question ontologique

Cabinet Bonnier de la Mosson, Paris, Muséum national d’Histoire naturelle, bibliothèque centrale

Nos six séances précédentes ont permis d’esquisser la très grande variété des identités d’un établissement comme le Muséum national d’histoire naturelle. En définitive, ces rencontres ont représenté une sorte d’introduction nécessaire à la question fondamentale, la question identitaire qui sera traitée ce soir : qu’est-ce qu’un Muséum ?

Dans la vie du Muséum national d’histoire naturelle, ce questionnement s’est posé de manière impérieuse à de multiples reprises : bien sûr lorsqu’il s’est agi de transformer le Jardin du Roi en un Muséum, mais également en arrière-plan de toutes les crises institutionnelles, c’est-à-dire  lorsque le Muséum dut justifier son organisation ou sa raison d’être.

L’historien Camille Limoges a très bien montré, qu’après l’âge d’or des années 1793-1844 une nouvelle période s’ouvre dans les années 1849-1863. À ce moment-là, les particularités voire le particularisme affichés par le Muséum deviennent autant de sujets de controverses. Le Muséum apparaît alors comme une « anomalie ».

Le rapport Corne de 1849 évoque cette institution comme :

« Une branche détachée du tronc commun et qui vit un régime particulier. La puissance publique est absente de cet établissement, excepté pour en solder les dépenses. Les hommes de science n’occupent pas seulement les chaires, ils administrent dans toute la portée de ce mot. »

Aux reproches sur l’administration générale, à la mise en cause du fonctionnement de l’établissement par le biais de la critique de la gestion des collections, ne tarderont pas à se superposer des débats sur la ligne et la légitimité scientifique du Muséum.

En 1863, dans un mémoire en défense en réponse aux conclusions du rapport Allard de 1858, les professeurs du Muséum auront à cœur de démontrer que l’organisation de leur établissement n’est pas politique. Sa création en 1793 ne le marque pas du sceau du jacobinisme ou de quelque autre doctrine :

« Si le décret qui créa le Muséum d’Histoire naturelle est du 10 de juin 1793, il repose sur les principes du projet présenté à l’Assemblée nationale le 23 d’août 1790 » porté par les Officiers du Jardin du Roi et du cabinet d’Histoire naturelle : Daubenton, Lemonnier, Portal, Mertrud, Van Spaendonck, Brongniart, Lamarck, Desfontaines, Faujas, Thouin, Fourcroy, Lacépède, Jussieu.

Bien plus que la politique, c’est selon eux « la science qui a présidé à l’institution du Muséum ». Le Muséum est donc un établissement scientifique avant tout et les règles qui président à son fonctionnement traduisent la nécessité d’être au plus proche des exigences scientifiques.

Bien sûr le temps des professeurs-administrateurs du Muséum national d’histoire naturelle des statuts originels de 1793 est révolu.

Pourtant, au-delà des seuls accommodements juridiques et administratifs à un contexte scientifique, politique, social en perpétuelle évolution, le Muséum n’a jamais pu faire l’économie de ses réflexions ontologiques.

Dès lors, seul un chercheur armé, tant sur le plan philosophique que sur le plan de l’histoire des sciences était à même d’aborder, aujourd’hui, dans ce séminaire, cette question identitaire dans ses multiples dimensions.

Jean-Marc Drouin, professeur au Muséum national d’histoire naturelle, est l’un des plus fins connaisseurs du Muséum et de son histoire. C’est donc tout naturellement que celui-ci, en tant qu’historien et épistémologue des savoirs naturalistes, est invité à se pencher sur cette question qui vient clore cette première année du séminaire : Qu’est-ce qu’un Muséum ?

 Rappel de quelques éléments bibliographiques concernant Jean-Marc Drouin :

  • 2008. L’Herbier des philosophes, Paris, Seuil, (Coll. Science ouverte)
  • 2008. (Nouvelle édition revue et actualisée) Présentation de Charles Darwin, l’Origine des espèces, Paris, Flammarion, (Collection GF), traduction d’Edmond Barbier, revue par Daniel Becquemont.
  • 2004 (Avec Jean-Daniel Candaux et la collaboration de Patrick Bungener et René Sigrist) édition annotée des Mémoires et souvenirs d’Augustin-Pyramus de Candolle (1778-1841), Genève, Georg, [autobiographie d’un botaniste].
  • 1993. L’écologie et son histoire, Réinventer la nature. Préface de Michel Serres. Paris, Flammarion, (Champs). [Réédition de Réinventer la nature. L’écologie et son histoire, Paris, Desclée de Brouwer, 1991, 213 p.]
  • 1990. (avec Charles Lenay) Théories de l’évolution. Une anthologie, Paris, Presses Pocket, 212 p. [recueil de textes avec introduction et notes].

 

A. Hurel (MNHN)

 

Qu’est-ce qu’un Muséum ?

Description du Cabinet du Roy, Buffon, Georges Louis Leclerc, Cte. de. Histoire naturelle, générale et particulière...Tome 3, 1749, BCM

Introduction

Une ontologie du muséum ? (Vocabulaire de la philosophie. Lalande).

Wilhelm von Humboldt (1767‐183ti). « Sur la traduction… », in Sur le caractère national des langues, Paris, Seuil, (bilingue), [1816] 2000

Ce qu’est un musée :

  • « Un musée est une institution permanente, sans but lucratif, au service de la société et de son développement, ouverte au public et qui fait des recherches concernant les témoins matériels de l’homme et de son environnement, acquiert ceux‐là, les conserve, les communique et notamment les expose à des fins d’études, d’éducation et de délectation. »
  • Statuts de l’ICOM art.2 §.11

Le Muséum entre la vie et la mort

Jacques Henri Bernardin de Saint‐Pierre (1737‐1814).

« Quel spectacle nous présentent nos collections d’animaux dans nos cabinets ! En vain l’art des Daubenton leur rend une apparence de vie : quelque industrie qu’on emploie pour conserver leurs formes, leur attitude roide et immobile, leurs yeux fixes et mornes, leurs poils hérissés, nous disent que les traits de la mort les ont frappés. C’est là que la beauté inspire l’horreur, tandis que les objets les plus laids sont agréables lorsqu’ils sont à la place où les a mis la nature. » (Les Études de la nature [1784] 1840)

Retour d’Égypte :

  • Étienne Geoffroy Saint‐Hilaire (1772‐1844),
  • Étienne Lacepède (17ti6‐182ti),
  • Jean‐Baptiste Lamarck (1744‐1829)
  • Georges Cuvier (1769‐1832)
  • Parallèle entre l’embaumement et la taxidermie (Rapport lu le 6 septembre 1802 à l’assemblée des professeurs du Muséum d’Histoire Naturelle)

Empêcher le vivant de se développer : les collections de restes morts menacées par le développement d’organismes vivants…

Jean‐Baptiste Becoeur (1718‐1777), apothicaire et ornithologue à Metz…: (Invention du savon à l’arsenic)

L’ordre du Muséum et l’ordre de la nature

Dezallier d’Argenville (1680‐176ti) L’histoire naturelle éclaircie dans deux de ses parties principales, la lithologie et la conchyliologie…, 1742

Fontenelle (16ti7‐17ti7), à propos de Tournefort

(16ti6‐1708)

Ses collections comprenaient « des Habillements, des Armes, des Instruments de Nations éloignées, autres sortes de curiosités, qui quoiqu’elles ne soient pas sorties immédiatement des mains de la Nature, ne laissent pas de devenir philosophiques pour qui sait philosopher. » (1717).

‐ Bonnier de la Mosson (1702‐1744)

‐ Edme‐François Gersaint (d. 17ti0)

[Antoine Waveau (1684‐1721), Tableau « L’enseigne de Gersaint »]

Sur les cabinets de curiosité et les cabinets d’histoire naturelle :

  • Krzysztof Pomian, Collectionneurs, amateurs et curieux, Paris‐Venise : XVIe‐XVIIIe siècles, Paris,
  • Gallimard, 1987.
  • Antoine Schnapper, Le Géant, la Licorne et la Tulipe, 1988.
  • Yves Laissus, Les Cabinets d’histoire naturelle, Paris, Hermann, 1986
  • Louis Daubenton (1716‐1800) cité dans l’Encyclopédie (article « Cabinet ») : « L’ordre méthodique qui dans ce genre d’étude plait si fort à l’esprit, n’est presque jamais celui qui est le plus agréable aux yeux. »
  • Jean‐Jacques Rousseau (1712‐1778) : « le cabinet d’Émile est plus riche que ceux des rois ; ce cabinet est la Terre entière. Chaque chose y est à sa place : le naturaliste qui en prend soin a rangé le tout dans un fort bel ordre ; d’Aubenton ne ferait pas mieux » Émile ou de l’éducation, 1876, livre ti
  • José Luis Borges, Del rigor en la ciencia. (La « Carte de l’Empire qui avait le format de l’Empire ») 1989 (Trad. 1999)

Les muséums et la classification des musées

Francis Bacon, 160ti, Du progrès et de la promotion des savoirs Tripartition des facultés : Mémoire, Imagination, Raison.

À la tripartition des facultés correspond la tripartition des activités : Histoire (naturelle ou civile), Poésie (et autres formes de création), Sciences (y compris la philosophie).

Cette tripartition semble avoir marqué profondément la culture savante, au point que la distribution des savoirs telle qu’elle s’exprime encore dans les présentations au grand public a donné naissance à trois types de musées : le musée à collections (mémoire), les galeries d’art (imagination), et ce qu’on appelle actuellement les « Science Centers » (raison).

Sur le rapprochement entre collections et mémoire : Lorraine Daston, 2004, « Type spécimens and scientific memory », Critical Inquiry, 31 (à propos des collections de référence et de la notion de type)

Pour des perspectives actuelles sur la classification des musées : Georges‐Henri Rivière et al., La Muséologie selon Georges‐Henri Rivière. Textes et témoignages, Paris, Dunod, 1989, 400 p.

À la classification des musées se substitue aujourd’hui une interpénétration des fonctions (conservation, création, explication).

Conclusion

Le terme de « muséum » pouvait au XVIIIe siècle désigner toute institution qui présentait des collections d’objets, que ceux‐ci aient été fabriqués (tableaux, sculptures, médailles, etc.,), qu’ils aient été extraits du sol (fossiles au sens ancien), ou qu’ils soient les restes pas trop putrescibles d’organismes vivants (plantes séchées, coquilles, squelettes, plumes et écailles..). Il a conservé ce sens large en anglais, mais l’a perdu en français, où on ne l’emploie plus que pour un musée de sciences naturelles. Plus précisément même le terme « muséum » est associé à l’histoire naturelle.

Or la définition de l’histoire naturelle pose problème. Faut‐il entendre par cette expression un mode de connaissance du réel, sur le modèle de l’enquête, un mode d’exposition du type narratif et descriptif, ou un mode d’être qui intègre la longue durée et le changement. Comme l’ont noté plusieurs auteurs, l’histoire naturelle a existé bien avant qu’on reconnaisse l’historicité de la nature. Ceci s’applique à tous les muséums, à ceux qu’on trouve dans la plupart des métropoles régionales comme au Muséum national d’histoire naturelle, mais celui‐ci possède des spécificités, qui ne sont pas uniquement des  effets d’échelle.

Il s’agit de la coexistence des fonctions de conservation, de recherche et d’expertise, et de celles liées à la diffusion des connaissances et, plus généralement, au rapport entre les savoirs naturalistes et le public. Il s’agit également de la présence de chaires sans collection, dont les unes datent des débuts de l’institution, c’est le cas de la chimie; et dont d’autres, telle l’écologie, sont plus récentes. Une recherche sur l’histoire du Muséum serait peine perdue si elle présupposait une essence intemporelle. Elle peut au contraire éclairer les débats actuels, en soulignant la singularité de cette institution.

Jean-Marc Drouin

 

Bibliographie

DAGOGNET, François, « La Révolution dans l’institution muséale : le Muséum d’histoire naturelle et les collections », in François AZOUVI (dir.), L’Institution de la raison, Paris, Vrin, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 1992, 91‐99.

BACON Francis, Du progrès et de la promotion des savoirs [1605], Trad. Michèle Le Doeuff, Paris, Gallimard, 1991

BLANCKAERT, Claude et al. (dir.), Le Muséum au premier siècle de son histoire, Paris, Muséum national d’histoire naturelle (Collection Archives), 1997, 688 p.

COLIN‐FROMONT Cécile, Muséums en rénovation. Les sciences de la terre et l’anatomie comparée, Dijon, OCIM et Paris, MNHN, 2005

DAUBENTON, « Description du cabinet du Roy », dans Buffon, Histoire naturelle, tome III, Paris, Imprimerie royale, 1749 <buffon.cnrs.fr>

DIDEROT Denis & d’ALEMBERT Jean Le Rond, « Cabinet d’histoire naturelle», Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des Arts et des Métiers, Tome II, Paris, 1751, pp. 489‐492.

DROUIN Jean‐Marc, « Une espèce de livre vivant. Le rôle des jardins botaniques d’après Augustin‐Pyramus de Candolle », Saussurea, 1993, pp.37‐46.

DROUIN‐HANS Anne‐Marie, « La culture une spirale de sens », Le Télémaque. Éducation et philosophie, n° 7‐8, 1996, pp.31‐40

EDELMAN Jacqueline & VAN PRAET Michel, La Muséologie des sciences et ses publics. Regards croisés sur la Grande galerie de l’évolution du Muséum national d’histoire naturelle, Paris, PUF, 2000 (Coll. Éducation et formation)

LAISSUS, Yves, Le Muséum national d’histoire naturelle, Paris, Découvertes Gallimard, 1995, 144 p.

MALHERBE Michel, « Bacon, Diderot et l’ordre encyclopédique », Revue de synthèse, 1‐2, janvier‐juin 1994, pp.13‐37.

POMIAN Krzysztof, Collectionneurs, amateurs et curieux, Paris‐Venise : XVIe‐XVIIIe siècles, Paris, Gallimard, 1987.

POUSSEUR Jean‐Marie, Bacon (1561‐1626), Inventer la science, Paris, Belin, 1988 (Coll. « Un savant, une époque »)

RIVIÈRE, Georges‐Henri et al., La Muséologie selon Georges‐Henri Rivière. Textes et témoignages, Paris, Dunod, 1989, 400 p.

RODRIGUES‐BARBOSA Catia, « L’esthétique dans les musées des sciences et des techniques ». La Lettre de l’OCIM, Paris, n. 95, 2004, pp. 27‐30.

SCHAER Roland, L’invention des musées, Paris, Gallimard, 2004 (Coll. Découvertes)

SCHNAPPER Antoine, Collections et collectionneurs dans la France du XVIIe siècle. Tome 1, Le géant, la Licorne et la tulipe, Paris, Flammarion, 1988

VIEL Anneve & DE GUISE Céline (dir.), Muséo‐séduction, muséo‐réflexion, Québec, Musée de la civilisation, 1992.

Le Muséum national d'histoire naturelle, objet d'Histoire (recherches, hommes, institutions, patrimoine, enseignement)