Présentation de la communication Froment/Cordier

CordierLes sculptures anthropologiques de Charles Cordier dans le contexte des recherches anatomiques au Jardin des Plantes

Dire que les liens entre science et art sont nombreux relève de la plus plate des évidences.

Le Muséum et ses collections sont là pour témoigner que l’objet scientifique n’est pas seulement une source d’inspiration pour l’artiste, mais que l’art prend toute sa place dans le processus de la connaissance scientifique comme illustration du fait scientifique ou de l’hypothèse scientifique.

Sur le plan institutionnel, les fondateurs du Muséum avaient tenu à marquer ce lien très fort en créant en 1793 une « chaire d’iconographie naturelle ou de l’art de dessiner et de peindre toutes les choses de la nature » et en faisant de son titulaire l’un des douze professeurs-administrateurs.

Certes, cette chaire n’a pas survécu au décès en 1822 de son premier titulaire le Flamand Gérard Van Spaedonck (1746-1822), ancien peintre en miniature du Roi. Mais pendant un peu plus de deux décennies ce sont de nombreux artistes naturalistes, dont l’un de ses plus brillants élèves le Wallon Pierre-Joseph Redouté (1750-1840), et des naturalistes eux-mêmes qui ont été formés par Van Spaedonck.

Fort heureusement, la collaboration féconde entre pratique artistique et pratique scientifique ne s’est pas arrêtée au Muséum avec la disparition de cette chaire. Tous les domaines des sciences naturelles sont là pour en attester. Pour le naturaliste, et pas seulement le botaniste, la planche est indissociable du type. Bien sûr, cette relation ne se limite pas aux seules représentations en deux dimensions.

L’art est ainsi le compagnon de route de l’anatomie. Il est tout à fait significatif de constater le chemin que les uns font vers les autres.

Au XIXe siècle, l’École nationale des Beaux-arts ouvrit en grand les portes de sa leçon d’anatomie à la science à travers les anthropologues de la Société d’anthropologie de Paris et à l’École d’anthropologie et spécialement à des chercheurs comme Mathias Duval (1844-1907) ou Paul Topinard (1830-1911).

En 2008, à l’ENSBA, Philippe Comar dans la très belle exposition Figures du corps nous a montré toute la place que cette école a occupée dans l’histoire de l’anthropologie.

Du côté du Muséum, si Georges Cuvier (1869-1932) à travers un buste de Pierre-Jean David d’Angers (1788-1856) se chargeait de l’accueil des visiteurs dans les anciennes galeries d’anatomie et d’anthropologie comparées, c’est-à-dire avant 1898, les visiteurs découvraient très vite au fur et à mesure de leur périple dans le labyrinthe des salles l’importance de la sculpture ethnographique.

C’est justement pour analyser la place et le rôle accordés aux reconstitutions plastiques par les anthropologues du Muséum au XIXe siècle que nous avons proposé à Alain Froment d’intervenir au sein de ce séminaire.

À juste raison, il a choisi de s’arrêter sur les travaux de Charles Cordier (1827-1905). Celui-ci occupait, physiquement, une place majeure dans les collections d’anthropologie.

Ainsi, dans 7 des 11 salles d’anthropologie au premier étage, 15 sculptures réalisées par Cordier et déposées au Jardin des Plantes entre 1863 et 1880 se présentaient aux visiteurs des galeries d’anatomie et d’anthropologie.

Ces bustes se voulaient les témoins vrais d’une réalité artistique et scientifique.

En 1855, le critique d’art Edmond About (1828-1885) écrivit à propos de Charles Cordier « Je voudrais être peau rouge pour qu’il me fit mon portrait » (Voyage à travers l’exposition des beaux-arts, Paris, Librairie Hachette et Cie, 1855, p. 248).

Juste avant de lui céder la parole, permettez-moi de vous présenter Alain Froment.

Alain Froment est directeur de recherches à l’IRD, habilité à diriger des recherches. Médecin-épidémiologiste, Alain Froment est entré à l’ORSTOM – devenu IRD – en 1980. Il a ensuite soutenu une thèse de troisième cycle en anthropologie biologique consacrée au Peuplement humain de la boucle du Niger. Il travaillé en Afrique (Burkina-Faso, Sénégal, Cameroun) sur les questions relatives à la nutrition, aux maladies infectieuses, à l’anthropologie, la génétique, et plus généralement à l’écologie humaine. Au Muséum, Alain Froment est, sur le plan de la recherche, responsable de l’axe « dimension biologique des adaptations » au sein de l’UMR 208 IRD-MNHN dans le département Hommes-Nature-Sociétés du Muséum, mais aussi responsable scientifique des collections anthropologiques conservées au Musée de l’Homme.

Alain Froment est par ailleurs l’auteur d’une Anatomie impertinente parue en avril 2013 chez Odile Jacob.

Voici bien des titres qui justifient de lui avoir proposé de d’évoquer les « Sculptures anthropologiques de Charles Cordier dans le contexte des recherches anatomiques au Jardin des Plantes ».

A. Hurel (12-12-2013)

Sculptures de Charles Cordier

"câpresse des colonies" par Charles Cordier
“Câpresse des colonies” par Charles Cordier

Dès son ouverture en 1860, la galerie d’anthropologie du Muséum a le souci d’exposer des types humains statufiés.  On fait appel à Charles Cordier (1827-1905), sculpteur dont la vocation fut de mettre « l’art et la beauté au service de la science anthropologique ». Élève de Rude en 1847, il rencontre son premier modèle « exotique », un ancien esclave soudanais, Seïd Enkess, qui oriente sa vocation à dépeindre la diversité humaine. Rapidement s’y ajoutent une « Vénus africaine » (1851), et un couple de Chinois (1853), où il introduit la galvanoplastie et l’émaillage, puis à partir de 1855 il passe à la polychromie et à la polylithie. L’humanité et la modernité de Cordier sont dans un traitement magnifié de la figure de l’indigène, bien que son interprétation typologique et raciologique de la diversité, normale à son époque, soit à présent obsolète.

La création de la galerie d’anthropologie amène à s’interroger sur l’origine de cette science au Muséum, et auparavant au Jardin du Roi. On constate que le mot anthropologie est présent dès l’époque des premiers démonstrateurs d’anatomie, comme Jean Riolan (1577-1657). De grands noms de l’anatomie, tous médecins et chirurgiens (Winslow, Vicq d’Azyr, Portal), se succèderont dans cet enseignement qui est totalement indépendant de la Faculté de Médecine. En 1838 la chaire devient « Anatomie et Histoire naturelle de l’Homme ». C’est Etienne Serres, titulaire de cette chaire de 1839 à 1855, qui commande les bustes à Cordier mais c’est son successeur Armand de Quatrefages (1810-1892, titulaire de 1855 à 1892) qui la transforme en  chaire d’anthropologie et ouvre la galerie du même nom, avec l’appui de son aide-naturaliste Ernest Théodore Hamy (1842-1908), lequel lui succédera comme professeur, et fondera le Musée d’Ethnographie du Trocadéro.

Alain Froment
Collections d’Anthropologie du Musée de l’Homme

Le Muséum national d'histoire naturelle, objet d'Histoire (recherches, hommes, institutions, patrimoine, enseignement)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search