Archives par mot-clé : Ethnologie

Le Musée d’ethnographie du Trocadéro et le Musée de l’Homme face ou dans le Muséum ?

affiche-mh-1938
© BC MNHN

Dans la foulée de l’exposition universelle de 1878, l’État fonde le Musée d’Ethnographie du Trocadéro. Directement placé sous la tutelle du ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, il est destiné, selon le vœu formulé par Jules Ferry, à présenter « l’histoire des mœurs et des coutumes des peuples de tous les âges ».

L’établissement de ce nouveau musée permet alors, non seulement de centraliser les collections d’objets provenant des missions scientifiques effectuées de par le monde, mais aussi de procurer aux collections « ethnographiques » un statut légitime et autonome au sein des musées français. Cependant, le Musée d’Ethnographie du Trocadéro permet surtout d’afficher la politique de la jeune IIIe République, en présentant les objets liés à des pratiques culturelles sensées disparaître en raison de la colonisation et de la mise en place de l’État-nation dans les régions métropolitaines.

Continuer la lecture de Le Musée d’ethnographie du Trocadéro et le Musée de l’Homme face ou dans le Muséum ?

Paul Rivet et Jacques Soustelle

Rivet Laurière« Paul Rivet et Jacques Soustelle, deux chercheurs du Musée de l’Homme face à la question coloniale »

Christine Laurière (CNRS, LAHIC)
Séance du jeudi 13 février 2014

La séance de ce soir s’inscrit dans le cadre des communications spécialement dédiées au Musée de l’Homme dans la perspective de sa réouverture aux chercheurs dès la fin de l’année 2014 et au grand public en 2015.

Chargée de recherches au CNRS, Christine Laurière est membre du Laboratoire d’anthropologie et d’histoire de l’institution de la culture (LAHIC). Ses recherches portent sur l’histoire de l’anthropologie, que ce soit à travers ses idées, ses hommes, ses terrains ou ses institutions.

Parmi ses nombreuses activités, relevons qu’elle participe activement au travail ambitieux sur l’histoire des savoirs ethnographiques en Europe mis en œuvre dans le cadre du projet ANR BEROSE, devenu aujourd’hui une encyclopédie en ligne et un outil précieux pour les chercheurs.

Les travaux de recherche de Christine Laurière et sa connaissance approfondie des archives du Musée de l’Homme, lui ont permis à de développer une connaissance unique de l’histoire de cette institution et de ses chercheurs et spécialement tous ces anthropologues, au sens large du terme, qui ont construit et fait vivre ce musée.

En particulier, les travaux de Christine Laurière ont ouvert une porte nouvelle sur les temps de fondation du Musée de l’Homme à travers la figure majeure de Paul Rivet. Son livre Paul Rivet, le savant et le politique, édité par les Publications scientifiques du Muséum en 2008, est devenu l’un des incontournables de toute bonne bibliographie sur l’histoire des sciences de l’Homme. Il est une étape importante de la connaissance d’un homme, Paul Rivet bien sûr, mais tout autant une histoire de l’institutionnalisation de l’ethnologie, de ses sociabilités, de ses références et de ses points d’ancrage institutionnels.

Dans ce livre, Christine Laurière nous montre à quel point le plan de création d’un « Musée de l’Homme » est incarné, ce fut une affaire d’hommes portés par un idéal, de réseaux et de soutiens divers. Ce fut aussi un projet tout autant scientifique que social et politique s’inscrivant dans le contexte de la France coloniale de l’Entre-deux guerres.

En 723 pages et à travers la personnalité, le parcours et l’œuvre de Rivet, Christine Laurière nous dévoile ainsi une espèce de jeu de miroir entre d’un côté un projet scientifique et muséal et, de l’autre, une certaine idée du rôle et de la place de la France dans le monde.

Paul Rivet, le savant et le politique montre très clairement cet aspect à travers un certain nombre de documents, dont une note de Paul Rivet et Georges-Henri Rivière datée du 14 décembre 1931 présentée devant la commission des finances de la Chambre des députés. Cette pièce a pour objet les compétences et objectifs assignés à un musée d’ethnographie. Ce document est essentiel car il dévoile la feuille de route et l’esprit du futur Musée de l’Homme :

 « 1) Rôle scientifique : Les magasins d’un musée d’ethnographie, à condition d’être bien agencés et pourvus, sont pour les savants une mine presque inépuisable d’études non seulement techniques, mais aussi sociologiques ; il est en effet bien rare qu’une coutume ne soit pas en quelque sorte matérialisée par un ou des objets qu’il appartient à un musée d’ethnographie de recueillir et de conserver avec toutes les explications nécessaires. Ils sont l’indispensable annexe des écoles d’ethnologie et les élèves de ces établissements y viennent faire des travaux pratiques.

2) Rôle éducatif populaire : les galeries ouvertes au public exposent les objets les plus typiques des diverses civilisations ; non seulement ces objets doivent être accompagnés du maximum d’explications, de photographies, de cartes, mais ils doivent se répartir à plusieurs exemplaires à des classements divers, afin d’apparaître sous leurs différents aspects (classements topographiques et méthodiques). Ainsi le public reçoit, s’il est attentif, des leçons non seulement d’ethnographie proprement dite, mais aussi de géographie, de sociologie, de technique, etc.

3) Rôle artistique : que ce soit dans les galeries publiques ou dans les magasins qui leur seront ouverts sur demande, les artistes et artisans trouveront dans les objets d’art primitif non seulement l’idée d’une multiplicité de techniques inconnues de notre civilisation, mais aussi maints décors et formes qui rafraîchiront heureusement leur imagination.

4) un rôle national : les musées d’ethnographie sont d’incomparables instruments de propagande coloniale (voir par exemple les musées de Tervuren et d’Anvers) et culturelle […]. Ils sont également pour les futurs coloniaux et même pour les coloniaux tout court un centre précieux et indispensable de documentation sur les populations qu’ils seront amenés à administrer. »[1]

À l’évidence, c’est une vaste mission qui est confiée au Musée de l’Homme.

Benoît de L’Estoile dans sa contribution au volume Les politiques de l’anthropologie, dirigé par Claude Blanckaert et paru en 2001, a étudié le lien, la filiation, entre l’exposition coloniale qui s’est tenue cette même année 1931, de mai à novembre à Vincennes, et le Musée de l’Homme. Il apparaît que le Musée de l’Homme participe au mouvement global, intellectuel et politique, de refondation de la politique coloniale, y compris dans la légitimité renouvelée de cette politique.

Paul Rivet n’hésitera pas à écrire en 1938 à propos du Musée de l’homme que « notre Musée est avant tout un musée colonial »[2] Bien sûr, la formule est efficace et porte, mais elle ne peut totalement escamoter une réalité plus complexe ne serait-ce parce que l’ethnologie ne s’exerce pas que dans l’Empire et que d’autres sciences œuvrent au Musée de l’Homme et n’ont pas pour terrain les colonies.

Néanmoins, le fait colonial est à la fois une donnée intrinsèque, en tant que partie prenante du projet global que porte le nouveau musée ethnographique à sa fondation et dans ses objectifs scientifiques, et une donnée extrinsèque, dans la mesure où l’Empire colonial est le cadre d’exercice d’une partie des missions confiées au Musée. Dès lors, il peut paraître légitime à l’historien de s’interroger sur la pérennité d’une telle institution lorsqu’elle se trouve confrontée à la contestation de cet Empire, à ses soubresauts puis à sa désintégration.

Pour réfléchir à cette question dans le cadre de ce séminaire, il nous a semblé intéressant d’interroger le parcours de l’anthropologue directeur-fondateur Paul Rivet et celui de son élève l’ethnologue américaniste Jacques Soustelle.

Rivet, Soustelle, deux hommes dont les noms appartiennent à l’histoire du Musée de l’Homme, mais aussi à l’histoire politique de la France, deux hommes engagés, y compris sur la question coloniale.

Quelles étaient les options personnelles de ces deux savants et hommes politiques sur la question coloniale ? Quelle fut leur attitude à l’égard du processus de décolonisation, en particulier en ce qui concerne la question de l’Algérie ? Quelle fut la portée de leurs engagements respectifs reportée à la communauté scientifique du Musée de l’Homme ?

Les interrogations sont nombreuses et je suis certain que la communication de Christine Laurière va stimuler notre réflexion et susciter bien des questions à lui poser à la suite de son intervention.

A. Hurel


[1] Cité par Laurière C., Paul Rivet, le savant et le politique, Paris, Publications scientifiques du Muséum, 2008, p. 418-419.

[2] Cité par De L’Etoile B., « “Des races non pas inférieures, mais différentes” : de l’exposition coloniale au Musée de l’Homme », in Blanckaert C., Les Politiques de l’anthropologie, Paris, L’Harmattan, 2001, p. 466