Archives par mot-clé : Hamy

Sculptures de Charles Cordier

"câpresse des colonies" par Charles Cordier
“Câpresse des colonies” par Charles Cordier

Dès son ouverture en 1860, la galerie d’anthropologie du Muséum a le souci d’exposer des types humains statufiés.  On fait appel à Charles Cordier (1827-1905), sculpteur dont la vocation fut de mettre « l’art et la beauté au service de la science anthropologique ». Élève de Rude en 1847, il rencontre son premier modèle « exotique », un ancien esclave soudanais, Seïd Enkess, qui oriente sa vocation à dépeindre la diversité humaine. Rapidement s’y ajoutent une « Vénus africaine » (1851), et un couple de Chinois (1853), où il introduit la galvanoplastie et l’émaillage, puis à partir de 1855 il passe à la polychromie et à la polylithie. L’humanité et la modernité de Cordier sont dans un traitement magnifié de la figure de l’indigène, bien que son interprétation typologique et raciologique de la diversité, normale à son époque, soit à présent obsolète.

La création de la galerie d’anthropologie amène à s’interroger sur l’origine de cette science au Muséum, et auparavant au Jardin du Roi. On constate que le mot anthropologie est présent dès l’époque des premiers démonstrateurs d’anatomie, comme Jean Riolan (1577-1657). De grands noms de l’anatomie, tous médecins et chirurgiens (Winslow, Vicq d’Azyr, Portal), se succèderont dans cet enseignement qui est totalement indépendant de la Faculté de Médecine. En 1838 la chaire devient « Anatomie et Histoire naturelle de l’Homme ». C’est Etienne Serres, titulaire de cette chaire de 1839 à 1855, qui commande les bustes à Cordier mais c’est son successeur Armand de Quatrefages (1810-1892, titulaire de 1855 à 1892) qui la transforme en  chaire d’anthropologie et ouvre la galerie du même nom, avec l’appui de son aide-naturaliste Ernest Théodore Hamy (1842-1908), lequel lui succédera comme professeur, et fondera le Musée d’Ethnographie du Trocadéro.

Alain Froment
Collections d’Anthropologie du Musée de l’Homme

Verneau et le récit des origines ethniques des populations d’Europe et d’Afrique du Nord

Introduction – Cinquième séance 2012-2013 du séminaire, jeudi 21 mars 2013

Nous avons le grand plaisir d’accueillir ce soir, avec José Lanzarote, l’un des représentants d’une espèce particulière d’historiens, ceux qui ont fait des sciences, des sciences de l’Homme plus précisément, leur objet d’étude.

Par ses recherches, et en particulier sa thèse de doctorat d’histoire brillamment soutenue en janvier 2012 à Florence à l’Institut universitaire européen – « Prehistoria Patria, Identités nationales et européanisation de la construction de l’archéologie préhistorique en Espagne (1860-1936) » –, il a rejoint le petits nombre des historiens qui, au sein de l’histoire des sciences de l’Homme, ont choisi de se pencher sur la naissance et le développement des sciences préhistoriques.

Comme d’autres, José Lanzarote a souhaité construire son étude dans une perspective d’histoire totale, prenant en considération tous les temps, les lieux et toutes les formes de la réalité scientifique. Cette histoire est à la fois celle des concepts et des gestes scientifiques, mais aussi une histoire des idées, des hommes et des faits sociaux.

Depuis les premiers questionnements des géologues et des paléontologues sur les temps antéhistoriques, il est un certain que les interrogations portées par ces sciences ne relèvent pas toutes du seul domaine scientifique. Dès le début, les tensions sont là.

Plus tard, au milieu du XIXe siècle, lorsque la préhistoire connaît ses débats fondateurs, elle est déjà grosse de conflits et de ruptures scientifiques, philosophiques, religieuses, institutionnelles, juridiques, locales, nationales, internationales, etc.

Établir la haute antiquité de l’Homme, placer cet Homme dans une perspective évolutionniste, composer l’histoire des peuples, celle de leurs cultures matérielles et des pratiques symboliques représentent autant d’occasions de controverses. Et nos préhistoriens vont prendre un malin plaisir à s’y jeter à corps perdu.

L’un des grands écueils que rencontrent les études préhistoriques est qu’elles touchent à l’essence de l’être humain – « Si, au lieu d’ossements humains, il s’agissait d’autres animaux, personne ne les mettrait en doute. » Gabriel de Mortillet (Le Préhistorique. Origine et antiquité de l’homme, 1883).

Et ces écueils ont tôt fait d’extirper la préhistoire de la science pure pour la plonger dans la trivialité des débats du siècle.

En tant que science de l’Homme, la préhistoire est une science dans la société, c’est-à-dire une science en construction qui interroge et interpelle la société et les esprits par les documents qu’elle accumule et les hypothèses qu’elle construit.

Les études préhistoriques sont situées, datées et incarnées. Elles font donc les délices de l’historien.

L’historien, dont le quotidien se passe à problématiser le passé, dispose là de matériaux sans égal pour retrouver les rythmes et mettre en lumière les complexités et les dynamiques.

Bon nombre de ces « problèmes » font partie des problématiques de recherche de José Lanzarote qui questionne spécialement les interactions entre identité nationale et construction d’une conscience patrimoniale, les réseaux savants et les solidarités au niveau international.

José Lanzarote est actuellement en séjour post-doctoral à Paris, au centre Koyré, dans le cadre du Labex Hastec. Son projet de recherche a pour titre Les origines africaines de la « race ibérique ». Anthropologie et préhistoire entre internationalisme scientifique et discours coloniaux (1859-1945).

Il va, ce soir, à travers la personnalité et les travaux de René Verneau, professeur d’anthropologie au Muséum national d’histoire naturelle, s’intéresser à la construction du récit des origines ethniques des populations d’Europe et d’Afrique du Nord. Dans ce cadre, les Cro-magnons du Paléolithique supérieur et les Guanches des îles Canaries se trouvent connectés par-delà le temps et l’espace.

De ce point de vue, je crois que Verneau dans la lignée de ses prédécesseurs du Muséum Armand de Quatrefages et son élève Ernest-Théodore Hamy qui expliquaient en 1874 que « c’est surtout parmi les Guanches de Ténériffe que le type de l’antique race de la Vézère semble s’être le mieux conservé. »[1]

En 1878, Émile Rivière ira même jusqu’à inscrire dans une école artistique similaire les gravures de la Vallée des Merveilles avec d’autres représentations relevées au Maroc et des gravures des Canaries exécutées par les Guanches[2].


[1] Quatrefages (Armand de), Hamy (Ernest-Théodore), « La race de Cro-Magnon dans l’espace et dans le temps », Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, 2e série, t. 9, 1874, p. 265.

[2] Rivière (Émile), « Gravures sur roches au lac des Merveilles au Val d’Enfer », Comptes rendus de la 7e session de l’Association française pour l’avancement des sciences, Paris, 1878, Paris, Association française pour l’avancement des sciences, 1879, pp. 783-793.