Ernest Renan, les sciences naturelles et le Muséum

Joseph Ernest Renan par
Liébert, Alphonse (1827-1914). Photographie de 1884 (© BNF)

Si Ernest Renan (1823-1892) est connu pour sa destitution du Collège de France (en 1862), puis pour son retour triomphal (en 1870), les liens de ce premier défenseur français de Darwin avec le Muséum d’histoire naturelle de Paris sont moins connus.

Renan, en tant qu’historien, n’a pas occupé de chaire au Muséum ; il a pourtant noué des liens, intellectuels comme personnels, avec nombre de ses savants. C’est d’abord par ses personnalités les plus éminentes que Renan connaît le Muséum : les noms de Cuvier ou de Geoffroy Saint-Hilaire égrènent ses Cahiers de jeunesse comme ses premiers traités de linguistique. D’autres sont des proches : ainsi Georges Pouchet, qui est aussi un ami d’enfance de Flaubert. L’importance du Muséum est pour Renan particulièrement prégnante pour sa formation intellectuelle : la méthodologie des sciences naturelles, élaborée au sein du Muséum, expérimentée dans le Jardin des Plantes, est un modèle constant pour l’auteur de la Vie de Jésus.

Dès ses écrits de jeunesse, Renan élabore en effet une pensée synthétique, pour une part héritée de Lamarck, qu’il ne cite pourtant jamais, pour une autre part personnelle et teintée de religiosité. Son transformisme téléologique le mène à élaborer dès l’Avenir de la science (1848, 1890) un programme scientifique qui doit permettre d’accélérer la marche de l’humanité vers ses fins, en redonnant aux institutions savantes, comme le Muséum, importance et autonomie.

Azélie Fayolle (Université Paris-Est Marne-la-Vallée, ANR Biolographes)



Citer ce billet
objethistoire (2017, 11 septembre). Ernest Renan, les sciences naturelles et le Muséum. Muséum, objet d'Histoire. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/shar