De l’ordre des Bimanes à la sous-tribu des hominines

Systema naturae per regna tria naturae. Tome 1 / , secundum classes, ordines, genera, species, cum characteribus & differentiis, par Carl von Linné (1707-1778), BNF

De l’ordre des Bimanes à la sous-tribu des hominines : les enjeux philosophiques d’une querelle taxinomique

Au XIXe siècle, la classification de l’humain dans le règne animal fait l’objet d’un intense débat dans lequel s’opposent les partisans de l’ordre des Bimanes (selon la terminologie introduite par Buffon) et les défenseurs de l’ordre des Primates (conformément à la nomenclature établie par Linné). A Blumenbach, Cuvier, Lamarck ou encore Owen s’opposent ainsi I. Geoffroy Saint-Hilaire, Broca et Darwin notamment. S’il se pose aujourd’hui en d’autres termes, le débat taxinomique est pourtant loin d’être clos. Au cours du XXe siècle, la désignation de la lignée humaine varie à plusieurs reprises, le terme d’hominidés laissant place à celui d’homininés puis d’hominines. La lignée humaine se trouve ainsi rétrogradée du rang taxinomique de la famille (hominidés) à celui d’une sous-tribu (hominines).

Histoire naturelle, générale et particulière, avec la description du Cabinet du roi, par Georges-Louis Leclerc de Buffon (1707-1788), BNF

En retraçant l’histoire tumultueuse des classifications de l’humain, cet exposé mettra en évidence les enjeux philosophiques sous-jacents à ces querelles taxinomiques. Nous montrerons que ces variations terminologiques ne relèvent pas d’une problématique purement nomenclaturale, pas plus qu’elles ne procèdent seulement, dans la période actuelle, d’une évolution des connaissances sur la phylogénie des primates. Nous mettrons ainsi en évidence les implications anthropologiques de ces débats, qui mettent en jeu la démarcation entre humanité et animalité. Nous mettrons également en évidence leurs implications épistémologiques, dans la mesure où ces variations terminologiques traduisent une incertitude des définitions de l’humain à ses différents niveaux taxinomiques qui n’est pas sans conséquences dans la paléoanthropologie actuelle.

Mathilde Lequin (université Paris Nanterre / université Toulouse Jean Jaurès)

Bibliographie

Blanckaert, Claude, « “Produire l’être singe”. Langage du corps et harmonies spirituelles », Annales historiques de la Révolution française, 377, 2014, p. 9-35

Blumenbach, Johann Friedrich, Handbuch der Naturgeschichte, 4e édition, Göttingen, Dieterich, 1791

Buffon, Georges-Louis Leclerc, Histoire naturelle, générale et particulière avec la description du Cabinet du Roi, tome XIV, « Nomenclature des singes », 1766

Cuvier, Georges, Le règne animal distribué d’après son organisation : pour servir de base à l’histoire naturelle des animaux et d’introduction à l’anatomie comparée,  tome 1, Paris, Deterville, 1817

Linné, Carl von, Systema Naturae, 10e édition, Laurentius Salvius, Stockholm, 1758

Schwartz, Jeffrey, « Defining Hominidae », in W. Henke & I. Tattersall (dir.), Handbook of Paleoanthropology, Berlin Heidelberg: Springer, 2015, p. 1791-1835.

Zeitoun, Valéry, « Hominidés », in A. Piette & J.-M. Salanskis (dir.), Dictionnaire de l’humain, Presses universitaires de Paris Nanterre, 2018, p. 221-228



Citer ce billet
objethistoire (2018, 31 août). De l’ordre des Bimanes à la sous-tribu des hominines. Muséum, objet d'Histoire. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/shb0