Une histoire muséographique de l’ethnologie, du second MET au premier musée de l’Homme, 1928-1972

Réouverture du musée de l’Homme, 23 novembre 1939, © MNHN-BCM

Une histoire muséographique de l’ethnologie, du second musée d’Ethnographie du Trocadéro au premier musée de l’Homme, 1928-1972

À partir d’une approche qui prend la muséographie – définie ici, en première approximation, comme les modalités de présentation des collections – comme objet d’histoire, il s’agira de montrer comment et en quoi l’étude des présentations muséales apporte de nouveaux éclairages sur le passé de ces deux musées (tous deux rattachés au Muséum), des sciences qui y furent mises en scène (l’ethnographie et l’ethnologie) et de la communauté savante qui s’y constitua, tout spécialement dans leurs rapports à la diffusion de ces sciences dans la société en lien avec le colonialisme.

Lorsqu’en 1928, Paul Rivet et Georges-Henri Rivière décident de la réorganisation du musée d’Ethnographie du Trocadéro, ils mettent en place une nouvelle politique muséale destinée à promouvoir l’ethnologie redéfinie au sein de l’Institut d’Ethnologie, en s’appuyant sur le renouveau muséographique alors en cours. Située à la croisée de la pratique savante, de l’éducation populaire, de la vitrine d’une nouvelle discipline et de sa communauté de chercheurs, et du colonialisme, la présentation des collections se trouve alors investie, non sans tensions, de multiples enjeux. De cette première expérience sera issue, dans ses ruptures comme dans ses continuités, la nouvelle proposition muséographique incarnée par le musée de l’Homme. Après une ouverture triomphante, ses principes mêmes de présentations seront contestés pendant la Seconde Guerre mondiale, avant d’apparaître de plus en plus décalés au regard, notamment, de l’élargissement du champ anthropologique et des décolonisations. Nous avons choisi de clore notre examen avec le premier signe muséographique d’effondrement de l’ethnologie définie par Rivet, soit la fermeture et la réorganisation de la galerie d’anthropologie physique, en 1972.

L’examen des investissements cognitif, social et politique des muséographies réalisées dans ces deux établissements nous permettrons de mieux comprendre la difficile intégration des changements survenus dans le champ anthropologique au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, de même que la lente “décolonisation” des galeries.

Anne Loyau (Paris 1)