Du musée au terrain. L’objet ethnographique et l’objet de l’ethnologie chez André Leroi-Gourhan

Musée de l’Homme ;  Vitrine “Japon” ; Costume féminin, © BCM MNHN

Du musée au terrain

L’objet ethnographique et l’objet de l’ethnologie chez André Leroi-Gourhan

Le cas d’André Leroi-Gourhan, et surtout les premières décennies de ses activités scientifiques, des années 1930 à l’après-guerre, nous permettent de percevoir quelques-unes des transformations de la démarche ethnographique et muséale de l’époque.

Musée de l’Homme ; Panneau “le Japon”, © BCM MNHN

De par ses affiliations théoriques et ses ambitions institutionnelles au MET et musée de l’Homme, mais aussi de par ses liens avec des institutions orientalistes parisiennes, Leroi-Gourhan était bien plus disposé à mener ses enquêtes “du musée au terrain”, plutôt que le vice-versa que prônent désormais les sciences de l’homme.

Sa mission de longue durée au Japon, de 1937 à 1939, contribua à reconfigurer les rapports de forces et les pratiques documentaires de ce qui allait s’appeler bientôt la technologie comparée.

Nathan Schlanger (École nationale des chartes, UMR Trajectoires)



Citer ce billet
objethistoire (2018, 11 septembre). Du musée au terrain. L’objet ethnographique et l’objet de l’ethnologie chez André Leroi-Gourhan. Muséum, objet d'Histoire. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/shb3