Le Muséum d’histoire naturelle de Paris et la Province – Un exemple : La botanique au XIXe siècle

A short illustrated history of botany in the Netherlands through the eyes of J. Lanjouw and H. Uittien and drawn for the members of the Sixth International Botanical Congress by H. Ramaer Jr. Utrecht, 1935.

Pour comprendre les relations entre le Muséum d’histoire naturelle de Paris et les autres institutions parisiennes et de province, il est nécessaire de faire appel à différentes approches : institutionnelles (évolution des chaires de botanique au muséum vs création des facultés (médecines, sciences, pharmacie) et en leur sein la mise en place d’un enseignement de botanique ; création des muséum d’histoire naturelle) ; sociologiques (développement des réseaux de botanistes au travers ou non de société savantes ; mise en place de collections privées aussi riches sinon plus que celles du Muséum) ; conceptuelles (quelle est la botanique pratiquée par le Muséum, en Province ? importance de la floristique au sein des sociétés savantes, etc.).

Des indicateurs peuvent se dégager de cette approche :

– Les collections – elles dérivent directement de la pratique botanique (collectes, échanges, constitution de séries bien identifiées, les spécimens qui servent de référence aux descriptions des espèces nouvelles) et sont donc d’abord du domaine privé avant de rejoindre un établissement régional ou national. S’interroger sur ce qu’est un herbier national.

– Les publications  – elles sont de natures (notes ou listes florisitiques régionales ou nationales, taxonomiques, études phytogéographiques, ou physiologiques) ; les flores sont le plus souvent le fait de personnes pour lesquelles la botanique est un passe-temps ; le choix de publier dans une revue locale ou nationale s’avère un critère efficace dans la compréhension d’une stratégie de reconnaissance.

Il demeure des questions :

  • La province a-t-elle besoin du Muséum national pour pratiquer la botanique  et de quelle botanique s’agit-il ?
  • Les échanges vont-ils au-delà du seul débat de la détermination des espèces ?
  • Est-il possible de dessiner une filiation intellectuelle entre les botanistes du Muséum et les autres ?
  • La dichotomie amateur/professionnel est-elle à conserver dans la mesure où les amateurs sont pour la plupart des experts reconnus ?

Pour conclure. Si l’on veut préciser la nature et la qualité des échanges entre le Muséum et les autres institutions (publiques ou privées), il est nécessaire de mener des études croisées

  • de la correspondance
  • des collections
  • des parcours suivis par tel ou tel botaniste
  • du mode de production, etc.

Ce séminaire ne donne pas de réponses définitives mais pose les prémices d’une recherche pluridisciplinaire. Ce séminaire est le résultat de plusieurs approches de l’histoire de la botanique et de recherches personnelles sur les amateurs en bryologie au XIXe siècle, la professionnalisation de la botanique, la façon dont les botanistes agissent dans l’association française pour l’avancement des sciences, et aussi l’évolution de la botanique au Muséum.

Quelques pistes bibliographiques :

Dayrat B., Les botanistes et la flore de France trois siècles de découvertes. Paris, Publications scientifiques du Muséum, 2003, 690p.

Duris P., « L’enseignement de l’histoire naturelle dans les écoles centrales (1795-1802) ». Revue d’histoire des sciences t. 49, 1996, p. 23-52.

Jaussaud P. & Brygoo R.B., Du Jardin au Muséum en 516 biographies. Paris, Publications scientifiques du Muséum (collection Archives), 2004, 630 p. (dictionnaire biographique des directeurs et sous-directeurs ; textes officiels depuis la création du Jardin des Plantes)

Laissus Yves, « Les sociétés savantes et l’avancement des sciences naturelles. Les Musées d’histoire naturelle ». Actes du 100e congrès des sociétés savantes, 1976, pp. 41-67.

Lamy D., Quelles sciences botaniques au Muséum national d’histoire naturelle et dans les facultés ? Une première approche. [INRP/ENS, Histoire de l’enseignement supérieur français, XIX-XXe siècle : pour une histoire des disciplines universitaires, F. Lorcher, E. Picard] 9 janvier 2007.

Lamy D., La botanique : taxonomie, classifications, amateurs/professionnels. AligreFM : Recherche en cours, 14 mai 2010

Lamy D., « Rôle des amateurs dans l’étude des bryophytes en France au XIXe siècle ». Cahiers d’histoire et de philosophie des sciences t. 27, 1989, pp. 163-174.

Lamy D., Le savoir botanique par les herbiers – une permanence du travail de cabinet. [Voyages en botanique, Besançon, 16 juin 2005, Accolad]. 13 p.

Woelkerling W .J. & Lamy D.,  Non-geniculate coralline red algae (Rhodophyta) and the Paris Museum: systematics and scientific history. Paris, Publications du Muséum national d’Histoire naturelle/ADAC, 1998, viii+767 p. (la première partie est une courte histoire de la botanique (et spécifiquement la cryptogamie) au Muséum national d’histoire naturelle)

L’histoire de la botanique au Muséum, cours publics donnés par Denis Lamy les 20, 27 septembre et 10 octobre 2012.

Denis Lamy



Citer ce billet
objethistoire (2012, 25 mars). Le Muséum d’histoire naturelle de Paris et la Province – Un exemple : La botanique au XIXe siècle. Muséum, objet d'Histoire. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sh8r