L’affaire de Moulin Quignon (1863-1864)

Selon le Rapport public annuel 2017 de la Cour des comptes, 66,8 millions de biens sont inscrits dans les inventaires du Muséum national d’histoire naturelle, Musée de France au sens de la loi de 2002. Ce nombre représente un peu plus de la moitié du volume total de pièces de tous les musées de France (121 millions).

Or, les collections scientifiques, leur collecte et leur analyse s’inscrivent dans un temps et dans un contexte donnés. De nouveaux paradigmes, conséquences ou non d’une rupture épistémologique, ou un renouvellement méthodologique par exemple, viennent logiquement modifier la perspective d’analyse et l’intérêt porté aux pièces.

L’enjeu pour une institution du type du Muséum est donc de survivre à une espèce de déterminisme initial qui serait susceptible de conduire à terme à transformer irrémédiablement toute collection en cimetière d’objets, au gré des avancées de la science.

Pour éviter cela, il convient d’inscrire dans la pérennité chaque collection et faire que le qualificatif d’historique qu’on lui accole parfois ne soit pas synonyme d’oubli. L’étape primordiale en la matière est de réussir à préserver ou leur redonner à ces collections toute leur historicité.

Dans le cas de la préhistoire, les collections dites « historiques », attachées aux pères et sites fondateurs au XIXe siècle, sont parfois considérées comme muettes, voire suspectes, à l’aune des attendus scientifiques actuels.

Le « procès de la mâchoire » de Moulin Quignon (Abbeville) intervient au printemps 1863. Les acteurs, français et anglais, et terrains, une carrière d’Abbeville, sont quasiment les mêmes que ceux qui en 1859 avaient permis la reconnaissance du principe de haute antiquité de l’Homme. Mais, cette fois, la découverte d’une mandibule humaine associée à une possible supercherie va rejeter dans l’enfer des collections du Muséum un ensemble de pièces (industrie lithique, faune, restes humains, sédiments) et dans l’oubli archéologique un site de la Vallée de la Somme (Abbeville). Cette affaire va contribuer à réorienter les principes et méthodes de la préhistoire naissante.

Partant de cette collection et de fonds archivistiques pour partie inédits, une étude pluridisciplinaire menée en 2012-2017 a permis de retrouver le fil de cette histoire et de soumettre l’ensemble de la documentation aux problématiques scientifiques actuelles, avec des résultats majeurs.

Arnaud HUREL