Le Phénomène humain de Pierre Teilhard de Chardin, source d’une controverse scientifique

Teilhard de Chardin à la bibliothèque de l’Institut de paléontologie humaine. Colloque de Paléontologie, 17-23 avril 1947 (Cliché Fondation Teilhard)

Pierre Teilhard de Chardin (1881-1955) mène une importante carrière scientifique dans le domaine de la géologie puis de la paléontologie. Ses travaux sur les Mammifères de l’Éocène inférieur français et leurs gisements, sont conduits pour partie dans le laboratoire de paléontologie du Pr Marcellin Boule (1861-1942) au Muséum.

Ils lui permettent d’accéder, en 1922, au grade de docteur ès sciences. Là, à partir de 1911, il assiste aux recherches de Boule sur le squelette du Néandertalien mis au jour à la Chapelle-aux-Saints (1908). À partir de 1923, il est chargé d’une mission paléontologique en Chine par le Muséum, l’Académie des sciences et l’Institut de paléontologie humaine. Quelques années plus tard, il se voit associé aux fouilles sur le site de Choukoutien où il participe à la découverte du Sinanthropus pekinensis. Il participe par la suite à des campagnes en Birmanie, Abyssinie, Java et aussi en Afrique du sud.

En même temps, Teilhard est jésuite. En 1926, il écrit le Milieu divin, un petit livre de piété qui sera publié bien plus tard, pilier de son œuvre de foi. Le Phénomène humain constitue l’autre pilier de cette Œuvre. Mais, entre science et foi, quelle est la place du Phénomène humain ? S’il a été présenté par ses éditeurs et un aréopage de scientifiques, dont Paul Rivet, au mois d’octobre 1955, « comme un mémoire scientifique », c’est loin d’être une évidence.

Teilhard de Chardin, décédé le 10 avril 1955, ne connaîtra pas le devenir de cette œuvre ni la vogue qu’elle suscite, le teilhardisme. Cet « isme » se développe tout au long des années 1950-1960 et le Phénomène humain a constitué l’enjeu majeur de ce succès posthume.

Mercè Prats